Un responsable israélien semble confirmer le cessez-le-feu à Gaza
Rechercher

Un responsable israélien semble confirmer le cessez-le-feu à Gaza

Environ 460 projectiles tirés en 25 heures ; l'ONU et l'Égypte auraient contribué au calme ; le cabinet de sécurité a donné l'ordre à Tsahal de frapper Gaza si nécessaire

  • Des missiles du système de défense anti-aérienne du Dôme de fer dans le sud d’Israël détruisent les missiles arrivant au-dessus d’Ashkelon, tirés depuis la bande de Gaza le 13 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Des missiles du système de défense anti-aérienne du Dôme de fer dans le sud d’Israël détruisent les missiles arrivant au-dessus d’Ashkelon, tirés depuis la bande de Gaza le 13 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Deux hommes marchant devant un véhicule touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Deux hommes marchant devant un véhicule touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Une photo prise le 12 novembre 2018 montre un convoi de chars israéliens sur une autoroute près de la ville de Sdérot dans le sud d'Israël (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Une photo prise le 12 novembre 2018 montre un convoi de chars israéliens sur une autoroute près de la ville de Sdérot dans le sud d'Israël (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Une femme israélienne blessée, évacuée de son appartement incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, est escortée à l'hôpital sur une civière dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Une femme israélienne blessée, évacuée de son appartement incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, est escortée à l'hôpital sur une civière dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Des Israéliens se mettent à l'abri alors que des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
    Des Israéliens se mettent à l'abri alors que des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
  • Des soldats israéliens se mettent à l'abri près de la frontière entre Israël et Gaza, le 12 novembre 2018. (Crédit : AP / Tsafrir Abayov)
    Des soldats israéliens se mettent à l'abri près de la frontière entre Israël et Gaza, le 12 novembre 2018. (Crédit : AP / Tsafrir Abayov)
  • Des soldats israéliens se tiennent dans un abri anti-bombes pendant que la sirène avertit que des roquettes auraient été tirées de Gaza sur Israël à Kfar Aza le 12 novembre 2018. (Hadas Parush / Flash90)
    Des soldats israéliens se tiennent dans un abri anti-bombes pendant que la sirène avertit que des roquettes auraient été tirées de Gaza sur Israël à Kfar Aza le 12 novembre 2018. (Hadas Parush / Flash90)
  • Des Israéliens inspectent les dégâts dans un appartement touché par une roquette lancée depuis la bande de Gaza, dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
    Des Israéliens inspectent les dégâts dans un appartement touché par une roquette lancée depuis la bande de Gaza, dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
  • Incendie et fumée après des attaques aériennes israéliennes visant Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l'Égypte, le 12 novembre 2018. (Crédit : Saïd KHATIB / AFP)
    Incendie et fumée après des attaques aériennes israéliennes visant Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l'Égypte, le 12 novembre 2018. (Crédit : Saïd KHATIB / AFP)
  • Un autobus a été incendié après avoir été touché par un missile anti-char tiré de la bande de Gaza près de la frontière entre Israël et Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : armée israélienne/Twitter)
    Un autobus a été incendié après avoir été touché par un missile anti-char tiré de la bande de Gaza près de la frontière entre Israël et Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : armée israélienne/Twitter)
  • Une photo prise le 12 novembre 2018 montre la fumée s'élevant au-dessus du bâtiment abritant la chaîne de télévision al-Aqsa gérée par le Hamas dans la bande de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)
    Une photo prise le 12 novembre 2018 montre la fumée s'élevant au-dessus du bâtiment abritant la chaîne de télévision al-Aqsa gérée par le Hamas dans la bande de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne. (Crédit : Mahmud Hams / AFP)
  • Une boule de feu au-dessus du bâtiment abritant la chaîne de télévision Al-Aqsa dirigée par le Hamas dans la bande de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne le 12 novembre 2018. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
    Une boule de feu au-dessus du bâtiment abritant la chaîne de télévision Al-Aqsa dirigée par le Hamas dans la bande de Gaza lors d'une frappe aérienne israélienne le 12 novembre 2018. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
  • Les forces de sécurité et les pompiers israéliens se rassemblent près d'un bâtiment incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Les forces de sécurité et les pompiers israéliens se rassemblent près d'un bâtiment incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Des missiles sont lancés vers Israël depuis la bande de Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : Said KHATIB / AFP)
    Des missiles sont lancés vers Israël depuis la bande de Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : Said KHATIB / AFP)
  • Un homme observe un bâtiment qui a été incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Un homme observe un bâtiment qui a été incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Des policiers se tiennent près d'un incendie d'un immeuble à Sdérot le 12 novembre 2018. (Crédit : Police israélienne)
    Des policiers se tiennent près d'un incendie d'un immeuble à Sdérot le 12 novembre 2018. (Crédit : Police israélienne)
  • Les forces de sécurité israéliennes et les pompiers se rassemblent près d'un bus incendié touché par un missile anti-char tiré depuis l'enclave palestinienne, à la frontière entre Israël et Gaza près du kibboutz de Kfar Aza, le 12 novembre 2018. (Crédit :  Menahem KAHANA / AFP)
    Les forces de sécurité israéliennes et les pompiers se rassemblent près d'un bus incendié touché par un missile anti-char tiré depuis l'enclave palestinienne, à la frontière entre Israël et Gaza près du kibboutz de Kfar Aza, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Les forces de sécurité et les pompiers israéliens se rassemblent près d'un bâtiment incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis l'enclave palestinienne dans la ville de Sdérot, dans le sud du pays, le 12 novembre 2018. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
    Les forces de sécurité et les pompiers israéliens se rassemblent près d'un bâtiment incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis l'enclave palestinienne dans la ville de Sdérot, dans le sud du pays, le 12 novembre 2018. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
  • De la fumée s'échappe après les frappes aériennes israéliennes visant Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l'Égypte, le 12 novembre 2018. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
    De la fumée s'échappe après les frappes aériennes israéliennes visant Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l'Égypte, le 12 novembre 2018. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
  • L'immeuble qui abritait la chaine du Hamas Al-Aqsa TV à Gaza détruit par l'armée israélienne. Photo du 13 novembre 2018 (Crédit : AP/Khalil Hamra)
    L'immeuble qui abritait la chaine du Hamas Al-Aqsa TV à Gaza détruit par l'armée israélienne. Photo du 13 novembre 2018 (Crédit : AP/Khalil Hamra)
  • Une femme palestinienne passe à proximité d'un immeuble résidentiel détruit, frappé par des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza, le mardi 13 novembre 2018. (Crédit : AP / Khalil Hamra)
    Une femme palestinienne passe à proximité d'un immeuble résidentiel détruit, frappé par des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza, le mardi 13 novembre 2018. (Crédit : AP / Khalil Hamra)

Le Times of Israël suit pour vous les événements en direct.

Ce qui s’est passé cette nuit

Un homme a été retiré mort cette nuit des décombres d’un bâtiment du sud d’Israël directement atteint par l’une des dizaines de roquettes tirées de la bande de Gaza depuis lundi après-midi, ont indiqué les secours israéliens. Il s’agit du premier mort causé par le barrage de roquettes palestiniennes.

Pour lire la suite, cliquez ici.

Un Palestinien tué par une frappe israélienne

Un Palestinien a été tué mardi dans la bande de Gaza par une frappe israélienne, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé, contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas, portant à cinq le nombre de Palestiniens tués en moins de 24 heures par les frappes de représailles israéliennes suite à la pluie de roquettes tirée depuis l’enclave palestinienne.

Les quatre autres Palestiniens tués ont été revendiqués par divers groupes terroristes palestiniens de l’enclave.

Nous ne savons pas encore si le cinquième est un civil ou un terroriste.

– avec AFP

Abbas, chef de l’AP, écourte sa visite au Koweït suite aux violences à Gaza

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a écourté mardi sa visite au Koweït. Il est retourné à Ramallah suite à l’escalade de la violence à Gaza, a fait savoir la télévision palestinienne.

Abbas, qui tient Israël pour responsable, était arrivé lundi à Koweït City pour une visite de quarante-huit heures.

Il devait y rencontrer des responsables locaux de haut-rang pour débattre des développements récents sécuritaires.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, prononce un discours après avoir déposé une couronne de fleurs sur la tombe de l’ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat à Ramallah, en Cisjordanie, le 11 novembre 2018. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Un obus de Gaza s’abat aux abords d’une communauté israélienne

Un obus de mortier s’est abattu mardi matin aux abords d’une communauté située dans la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël.

Il n’y a eu ni dégâts, ni blessés, ont indiqué les responsables locaux.

Le nom de la ville n’a pas été rendu public pour éviter que les terroristes de Gaza ne puissent utiliser l’information pour améliorer leurs attaques au mortier.

— Judah Ari Gross

Le Canada exprime sa « totale solidarité » avec Israël

L’ambassade canadienne en Israël a exprimé mardi sa « totale solidarité » avec le sud d’Israël.

« Le Hamas doit immédiatement cesser de prendre pour cible des civils », a écrit l’ambassade sur Twitter.

Ottawa soutient les initiatives de l’Egypte et de l’envoyé de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient Nickolay Mladenov pour obtenir une désescalade de la situation, selon le tweet.

A LIRE : Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël

27 blessés israéliens dans les attaques à la roquette, selon le Magen David Adom

Les services de secours du Magen David Adom (MDA) ont pris en charge 28 personnes blessées dans des attaques de la bande de Gaza, notamment un homme dont la mort a été prononcée.

Selon les services d’urgence, trois personnes ont été grièvement blessées dont un soldat de 19 ans qui a été touché lors d’une frappe au missile anti-char contre un autobus à proximité de la frontière de Gaza.

Un autobus a été incendié après avoir été touché par un missile anti-char tiré de la bande de Gaza près de la frontière entre Israël et Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : armée israélienne/Twitter)

Les deux autres Israéliens se trouvant actuellement dans un état critique sont une femme d’une soixantaine d’années et une quadragénaire qui ont été touchées par des tirs à la roquette à Ashkelon.

24 personnes ont été légèrement blessés par des éclats d’obus et des accidents alors qu’elles se rendaient dans les abris anti-aériens, ou ont eu des malaises suite à des inhalations de fumée.

De plus, environ 27 personnes ont été prises en charge pour des attaques de panique suscitées par les roquettes et les tirs de mortier.

Une femme israélienne blessée, évacuée de son appartement incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, est escortée à l’hôpital sur une civière dans la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, le 12 novembre 2018. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

— Judah Ari Gross

Un Palestinien tué par Israël appartenait au Jihad islamique

Les brigades al-Quds, aile armée du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, ont indiqué qu’un Palestinien qui avait été grièvement blessé par des tirs israéliens lundi, dans le sud de Gaza, et qui n’a pas survécu, était l’un de ses membres.

« Saraya al-Quds annonce la mort de son martyr Mousa Abdelal », a annoncé Palestine Today, lié au Jihad islamique, ajoutant qu’il avait été frappé « alors qu’il faisait son devoir dans le combat contre l’agression de l’occupation ».

Lundi matin, le ministère de la Santé dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas avait fait savoir qu’Abdelal était âgé de 22 ans.

Depuis lundi, des groupes armés à Gaza ont lancé plus de 400 roquettes et autres projectiles vers le sud de l’Etat juif, selon l’armée israélienne.

Pour sa part, l’armée a pris pour cible des douzaines de sites appartenant aux groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique, ont précisé les militaires.

L’immeuble qui abritait la chaine du Hamas Al-Aqsa TV à Gaza détruit par l’armée israélienne. Photo du 13 novembre 2018 (Crédit : AP/Khalil Hamra)

— Adam Rasgon

L’armée se prépare à recruter les réservistes, selon son porte-parole

Le porte-parole de l’armée israélienne, le général de brigade Ronen Manelis, a expliqué mardi que les militaires comptent recruter les soldats de réserve – indiquant la possibilité d’une opération de grande ampleur dans la bande de Gaza.

S’exprimant au micro de la radio 101.5 FM, Manelis a indiqué que cette initiative devrait avoir lieu dans les prochaines heures.

Il a ajouté que l’armée recrutera tout d’abord les forces « vitales » et que « si cela s’avère nécessaire, nous élargirons le recrutement ».

Le porte-parole de Tsahal, Brig. Le général Ronen Manelis s’adresse aux députés français devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale à Paris, le 3 juillet 2018. (Crédit : capture d’écran d’un film de l’Assemblée nationale)

Deux Gazaouis ont endommagé la clôture de sécurité

Les soldats israéliens ont identifié mardi deux Palestiniens qui ont ouvert une brèche dans la frontière, dans le nord de la bande de Gaza, l’endommageant avant de retourner sur le territoire de l’enclave côtière, a annoncé l’armée.

Les militaires ont noté que les suspects avaient fait l’objet d’une surveillance constante durant leur attaque contre la clôture de sécurité.

— Judah Ari Gross

L’armée revoit à la baisse le niveau d’alerte pour les Israéliens autour de Gaza

Selon un communiqué diffusé par l’unité du porte-parole de l’armée israélienne, les travaux « non-essentiels » sont désormais autorisés, si un abri anti-bombes est accessible à proximité.

Les écoles et les jardins d’enfants qui disposent d’un abri anti-aérien sont autorisées à ouvrir.

Les habitants de la région ne sont plus contraints d’être confinés dans des zones sécurisées, poursuit le communiqué.

Le cabinet de sécurité se réunit à Tel Aviv

Les ministres du cabinet de sécurité se sont réunis dans les quartiers généraux de l’armée israélienne à Tel Aviv pour discuter de l’escalade des violences à Gaza.

Doha critique l’opération militaire israélienne à l’origine, selon lui, de l’escalade à Gaza

Le Qatar a condamné mardi Israël pour une opération militaire qui a apparemment mal tourné à Gaza, dimanche soir, durant laquelle un haut-responsable du Hamas a été tué et qui a été à l’origine de l’escalade des violences actuelles.

« L’Etat du Qatar exprime sa forte condamnation et dénonce les bombardement israéliens à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, qui ont entraîné un certain nombre de martyrs et de blessés », a fait savoir le ministère des Affaires étrangères de Doha dans un communiqué.

L’Etat du Golfe qui, la semaine dernière, a donné la somme de 15 millions de dollars en liquidités aux autorités de Gaza, a ajouté qu’il considérait l’événement comme « une grave escalade militaire » qui complique « la situation déjà difficile dans la bande de Gaza en résultat du siège suffocant infligé depuis des années ».

Un officier israélien avait été tué lors de l’opération, ainsi que sept Palestiniens.

A LIRE – « J’espère que ce sera la dernière perte pour Israël », dit le père du soldat tué

A Ashkelon, Gabbay critique Netanyahu, « incapable de restaurer le calme »

Visitant la ville d’Ashkelon, située dans le sud du pays, après que les habitants ont passé une grande partie de la nuit dans des abris anti-bombe, le chef de l’Union sioniste Avi Gabbay a critiqué mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « incapable de restaurer le calme » dans un contexte d’escalade des tirs de roquettes depuis Gaza.

« Netanyahu a transféré des millions de dollars au Hamas et nous recevons des roquettes dans tout le sud du pays », s’est insurgé Gabbay, se référant au transfert de 15 millions de dollars offerts par le Qatar à Gaza qui a été autorisé par Israël, ce week-end.

Se tenant aux abords d’une habitation touchée par une roquette pendant la nuit, Gabbay a expliqué que le gouvernement manque « d’un plan à long-terme » pour mettre fin au conflit avec le Hamas.

« Transférer de l’argent à des terroristes n’est pas un plan », a-t-il estimé. « Le gouvernement est incapable de mettre en place un retour au calme ».

« L’autre possibilité », a-t-il ajouté, « est que le calme puisse revenir dans le sud », sans donner pour autant de détail sur la manière d’y parvenir.

Le président de l’Union sioniste Avi Gabbay à Ashkelon, le mardi 12 novembre 2018. (Crédit : Ra’anan Cohen)

— Raoul Wootliff

Hamas et Jihad islamique menacent d’élargir leurs attaques dans le sud d’Israël

Le groupe terroriste du Hamas a fait savoir mardi que si Israël devait continuer ses frappes aériennes contre la bande de Gaza, il étendrait la portée de ses attaques à la roquette pour atteindre Ashdod et Beer Sheva, des villes majeures du sud, qui hébergent à elle deux environ un demi-million d’Israéliens.

Pour lire la suite, cliquez ici.

Des missiles sont lancés vers Israël depuis la bande de Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : Said KHATIB / AFP)

Israël n’envisage pas actuellement de cessez-le-feu avec des médiateurs

Jérusalem a décidé de ne pas mener de dialogue avec l’Egypte et l’envoyé spécial des Nations unies au Moyen Orient nickolay Mladenov, à ce stade.

Les ministres du cabinet de sécurité se sont réunis dans les quartiers généraux de l’armée israélienne à Tel Aviv pour discuter de l’escalade des violences à Gaza.

La réunion devrait durer plusieurs heures.

— Raphael Ahren

Un Palestinien tué et 2 blessés dans les frappes israéliennes à Gaza – Hamas

Le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas à Gaza a annoncé qu’un troisième Palestinien a été tué dans la bande de Gaza, mardi matin, lors des frappes israéliennes qui ont également fait deux blessés.

Le Palestinien tué a été identifié par le ministère : Il s’appelait Musad Hous et il était âgé de 20 ans.

Cette déclaration porte à six le nombre total de Palestiniens qui auraient été tués au sein de l’enclave côtière au cours de cette dernière escalade des violences.

— Adam Rasgon

L’homme tué à Ashkelon était un Palestinien de 48 ans du secteur de Hébron

L’homme retrouvé mort sous les débris d’une maison de Ashkelon qui a été frappée par une roquette lancée depuis Gaza, la nuit dernière, a été identifié mardi matin.

Il s’appelait Mahmoud Abu Asbah et habitait dans la ville de Halhul, au nord de Hébron, en Cisjordanie.

Il était âgé de 48 ans.

Mahmoud Abu Asbah, 48 ans, de la ville de Halhul, en Cisjordanie, au nord de Hébron, a été tué lundi 12 novembre 2018 lorsqu’une roquette lancée par des terroristes à Gaza a frappé une maison dans la ville côtière israélienne d’Ashkelon, dans le sud du pays. (Crédit : capture d’écran Twitter)

– Jacob Magid

Le président tchèque soutient le droit d’Israël à une « réponse agressive »

Le président de la République tchèque soutient le droit d’Israël à « répondre agressivement » aux incessants tirs de roquettes lancés sur le sud du pays depuis la bande de Gaza.

« Le Hamas est clairement une organisation terroriste. L’attaque de missiles sur Israël est tout bonnement inacceptable et doit être condamnée », a déclaré un porte-parole du président Milos Zeman.

« Israël est en droit de répondre agressivement ».

Zeman, fervent partisan d’Israël, est attendu dans le pays à la fin du mois. Le ministre des Affaires étrangères tchèque Tomáš Petříček est actuellement en visite officielle en Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, serre la main du président tchèque Milos Zeman à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 7 octobre 2013 (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Un obus de mortier tiré de Gaza atterrit devant un jardin d’enfants en Israël

Un tir d’obus de mortier, en provenance de la bande de Gaza, a explosé devant un jardin d’enfants dans l’une des communautés de la région de Shaar HaNeguev, dans le sud d’Israël, causant d’importants dégâts.

Aucun blessé n’a été signalé.

L’école était vide au moment de la chute de l’obus.

Le nom de la communauté n’est pas communiqué afin d’éviter que les terroristes à Gaza n’utilisent ces données pour améliorer la précision de leurs tirs.

— Judah Ari Gross

Les pompiers maîtrisent le feu des citernes de gaz incendiées par les roquettes

Les sapeurs-pompiers sont venus à bout du refroidissement des bonbonnes de gaz souterrainnes qui avaient pris feu et déclenché un important incendie hier à Sderot, après avoir été touchées par une roquette lancée depuis Gaza, selon un porta-parole des pompiers.

Les pompiers ont laissé les trois bonbonnes se consumer entièrement pendant la nuit, sous étroite surveillance.

L’incendie de lundi s’était propagé sur une boulangerie voisine, mais les pompiers ont rapidement maîtrisé ce deuxième feu et empêché d’importants dégâts.

Des bonbonnes de gaz à Sdérot qui se sont enflammées après avoir été frappées par une roquette de Gaza, puis ont brûlé toute la nuit, le 12 novembre 2018. (Crédit : Service israélien de lutte contre l’incendie et les secours)

Un obus de mortier explose près d’un kibboutz de la région de Gaza

Un obus de mortier a explosé à l’extérieur d’un kibboutz de la région de Shaar HaNeguev, au sud d’Israël, peu après que les sirènes d’alarme ont retenti dans la région, ont indiqué les autorités locales.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Le nom de la communauté n’est pas communiqué afin d’éviter que les terroristes à Gaza n’utilisent ces données pour améliorer la précision de leurs tirs.

— Judah Ari Gross

Missile anti-char : La mère du soldat grièvement blessé demande des prières

La mère d’un soldat de l’armée israélienne qui a été grièvement blessé par une roquette lancée depuis la bande de Gaza, hier, a demandé mardi des prières pour le rétablissement de son fils de 19 ans.

Elle a expliqué à la chaîne Hadashot que son fils se trouvait encore dans une unité de soins intensifs de l’hôpital Soroka à Beer Sheva après avoir subi deux interventions majeures la nuit dernière.

« Je vous demande de prier pour le rétablissement de mon fils, pour que mon fils ouvre les yeux », a-t-elle dit. « Nous espérons qu’il le fera d’ici ce soir ».

Le militaire, qui n’a pas été identifié, se tenait aux abords d’un bus à proximité du kibboutz Kfar Azza, lorsqu’un missile téléguidé anti-tank Kornet qui avait été lancé depuis la bande de Gaza s’est abattu sur le véhicule.

Peu de temps après, les médecins de l’hôpital Soroka ont dit à la chaîne Hadashot que l’état du soldat s’était amélioré de manière significative depuis son arrivée, hier, où il présentait des blessures qui mettaient sa survie en danger.

Une photo prise le 12 novembre 2018 montre un autobus incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à la frontière entre Israël et Gaza, près du kibboutz de Kfar Aza, le 12 novembre 2018. (Menahem KAHANA / AFP)

Ankara : « Israël doit cesser immédiatement ces attaques contre la population de Gaza »

La Turquie a exhorté mardi Israël à « cesser immédiatement » ses frappes contre la bande de Gaza, appelant la communauté internationale à « passer à l’action ».

« Israël doit cesser immédiatement ces attaques contre la population de Gaza », a déclaré le porte-parole de la présidence Ibrahim Kalin, cité par l’agence de presse étatique turque Anadolu.

« La communauté internationale, qui reste silencieuse devant les attaques d’Israël, doit prendre ses responsabilités et passer à l’action », a-t-il ajouté.

A LIRE : Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël

Norvège : Les tirs de roquettes en provenance de Gaza sont « inacceptables »

Le gouvernement norvégien s’est déclaré préoccupé par l’importante flambée de violence dans la bande de Gaza et aux alentours, et affirme travailler avec l’Égypte et l’ONU pour rétablir le calme dans le territoire palestinien.

Dans un tweet, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que les centaines de roquettes lancées sur les localités israéliennes sont « inacceptables et doivent cesser » et que la retenue « doit être démontrée par tous et que les civils doivent être protégés ».

A lire : Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël

Des familles du sud d’Israël fuient par dizaines

Des dizaines de familles israéliennes ont fui des localités proches de la bande de Gaza en raison des tirs qui se poursuivent depuis l’enclave côtière, et qui ne semblent guère vouloir prendre fin dans un avenir proche.

Un porte-parole de la région de Shaar Hanegev dans le sud d’Israël affirme qu’environ 60 familles ont quitté la région.

Le site d’information Ynet rapporte que 90 autres familles d’autres régions de la périphérie de Gaza ont également fui la région. Cette information n’est pas confirmée pour l’instant.

Un immeuble à Ashkelon, touché par une roquette du Hamas, qui a fait un mort et une blessée grave, le 13 novembre 2018. (Crédit : Luke Tress / Times of Israel)

Les groupes armés à Gaza auraient accepté de cesser les tirs à 15h30

Les factions armées dans la bande de Gaza auraient accepté de mettre fin aux tirs de roquettes contre Israël, selon les médias palestiniens.

Les médias indiquent que les groupes terroristes stopperont tous les tirs de roquettes et d’obus de mortiers à 15h30, à la demande de l’Egypte et des Nations unies.

Une maison d’Ashkelon touchée par une roquette

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atterri directement sur une maison de la région de Hof Ashkelon, dans le sud d’Israël, selon les autorités locales.

Aucun blessé n’a été signalé.

Cette frappe est survenue quelques minutes avant l’entrée en vigueur d’un présumé cessez-le feu demandé par l’Egypte et les Nations unies.

— Judah Ari Gross

Une délégation égyptienne arriverait mercredi pour négocier un cessez-le-feu

L’agence de presse russe Sputnik a déclaré qu’une délégation égyptienne devrait arriver mercredi en Israël afin de discuter de la flambée des violences qui a secoué la zone autour de la bande de Gaza.

Une source a informé l’agence de presse que la délégation rencontrera des responsables de l’armée israélienne suite à « l’agression éhontée » dans les Territoires palestiniens.

Ces derniers mois le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël ont connu des violences à plusieurs reprises. Les accalmies permettaient à l’Egypte de négocier une trêve.

Mais les violences de ces deux derniers jours laissent craindre que les négociations par l’Egypte et les Nations unies ne suffiront pas à restaurer le calme.

— Adam Rasgon

Les sirènes continuent de retentir en Israël malgré le nouveau cessez-le-feu

Un cessez-le-feu négocié par l’Égypte entre les groupes terroristes palestiniens à Gaza est censé prendre effet, alors que des sirènes de roquettes retentissent dans la ville de Sderot, dans le sud du pays.

Il n’y a pour l’instant aucun signalement de blessés ou de dégâts à Sderot.

Des sirènes retentissent à Shaar HaNeguev malgré le cessez-le-feu annoncé

Trois minutes après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu annoncé, des sirènes à la roquette ont retenti dans la communauté de Mefalsim, dans la région de Shaar HaNeguev, au sud d’Israël.

Il n’y a pour l’instant aucun signalement de blessés ou de dégâts.

Fin d’une réunion du cabinet de 7 heures – aucune décision annoncée

Le cabinet de sécurité a terminé sa réunion sur l’escalade de Gaza au quartier général de l’armée à Tel Aviv après sept heures de discussions marathon.

Il n’y a pas de déclaration pour savoir si une décision a été prise par les ministres au sujet des prochaines mesures qu’Israël doit prendre au sujet de la bande de Gaza et du groupe terroriste palestinien du Hamas.

La conclusion de la réunion intervient au milieu des informations en provenance de Gaza faisant état d’un présumé cessez-le-feu malgré des tirs continus de roquettes sur Israël.

Un 7e Palestinien tué lors d’une frappe aérienne israélienne – Hamas

Un Palestinien a été tué dans la bande de Gaza par les tirs israéliens en réponse à un tir nourri de roquettes, le septième qui a été tué depuis le début de la dernière escalade hier, selon le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas.

Le ministère a identifié l’homme comme étant Yousef Marouf, 29 ans.

Le ministère de la Santé, contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas, a publié la liste des six Gazaouis tués lors des frappes israéliennes au milieu des tirs de roquettes depuis hier dans la bande de Gaza.

Il s’agit de :

Muhammad Zakaria Ismail al-Tatari, 27 ans.
Mohammed Zuhdi Hassan Odeh, 22 ans.
Hamad Mohammed Mousa Al-Nahhal, 23 ans.
Musa Iyad Ali Abdel-Aal, 22 ans.
Khalid Riyad Ahmed Al-Sultan, 26 ans.
Musaab Saeed Hus, 20 ans.

Le ministère affirme également que 25 personnes ont été blessées dans la bande de Gaza.

– Adam Rasgon

Les factions terroristes à Gaza nient avoir négocié un cessez-le-feu avec Israël

Une source du centre de commandement commun des groupes terroristes palestiniens à Gaza a démenti au site d’information Dunya al-Watan basé à Gaza qu' »un cessez-le-feu entre les factions palestiniennes et le gouvernement d’occupation a[vait] été conclu ».

La source a affirmé que « les factions poursuivent leurs opérations militaires. »

La déclaration semble contredire les informations antérieures selon lesquelles les factions palestiniennes auraient accepté de mettre fin à la violence.

Sirènes à la roquette à Kissufim près de Gaza

Des sirènes d’alerte aux roquettes ont retenti au kibboutz de Kissufim, dans la région d’Eshkol, au sud d’Israël.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé pour l’instant.

Le cabinet de sécurité ordonne à Tsahal de cibler Gaza « si nécessaire »

Le cabinet de sécurité a chargé Tsahal de poursuivre ses opérations à Gaza « si nécessaire » dans un contexte d’intense flambée de combats avec des groupes terroristes dans la bande de Gaza, a indiqué un communiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses ministres ont été informés de l’escalade de la situation dans la bande de Gaza par des militaires et autres responsables de la défense.

Sirènes de roquettes entrantes dans la région d’Ashkelon

Des sirènes ont retenti dans la région de Hof Ashkelon, dans le sud d’Israël, alors que les tirs de roquettes et de mortiers depuis la bande de Gaza durent depuis 25 heures.

Un certain nombre d’obus de mortier provenant d’une attaque antérieure contre la région d’Eshkol, à l’est de Gaza, ont été retrouvés dans un terrain vague, près de la clôture de l’une des localités du secteur, a indiqué la municipalité.

Netanyahu s’est entretenu avec le président français Macron

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu aujourd’hui (mardi 13 novembre 2018) par téléphone avec le président français Emmanuel Macron pour le remercier de son hospitalité à Paris et s’excuser pour son départ anticipé.

Benjamen Netanyahu a déclaré au Président Macron qu’Israël exerçait son droit à se défendre contre les terroristes qui tentent de nuire aux citoyens israéliens.

Le Premier ministre a déclaré que la communauté internationale devait poursuivre ses efforts contre l’agression iranienne.

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse conjointe au Palais de l’Elysée, le 5 juin 2018. (Crédit : PHILIPPE WOJAZER/AFP)

L’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, avait exprimé lundi soir sur Twitter sa « solidarité » avec les Israéliens vivant autour de Gaza. Le Gal avait condamné les tirs de roquettes contre des civils. Elle a surtout pensé à ses compatriotes touchés par la situation et aux familles des blessés, a-t-elle tweeté.

« La France condamne avec la plus grande fermeté les nombreux tirs de roquettes revendiqués par le Hamas, qui ont visé délibérément ces dernières heures plusieurs communes du sud d’Israël depuis la bande de Gaza. Elle exprime sa solidarité aux populations touchées, et en particulier aux familles des victimes. Elle demande la cessation immédiate de ces actions inacceptables et injustifiables et appelle les parties à éviter un nouveau cycle de violences dont les populations civiles seraient les premières victimes. Nos postes diplomatiques et consulaires suivent la situation avec attention et se tiennent prêts à porter assistance à nos compatriotes qui en auraient besoin, » lisait-on dans un communiqué du porte-parole adjoint du Quai d’Orsay diffusé mardi matin.

Bilan du nombre de projectiles tirés par les terroristes à Gaza mis à jour

Plus de 460 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur le sud d’Israël en l’espace de 25 heures, a annoncé l’armée.

Le système de défense antimissile du Dôme de fer a intercepté plus de 100 d’entre eux. La plupart des autres ont atterri dans des champs ou des zones ouvertes et non habitées, mais des dizaines ont aussi atterri à l’intérieur de villes israéliennes, tuant une personne, et en blessant des dizaines d’autres et causant des dommages matériels importants.

En réponse aux attaques à la roquette et au mortier, l’armée israélienne a indiqué qu’elle visait environ 160 sites de la bande de Gaza liés au Hamas et aux groupes terroristes comme le Jihad islamique palestinien, y compris quatre installations qualifiées d ‘ »actifs stratégiques ».

– Judah Ari Gross

Un responsable israélien semble confirmer le cessez-le-feu à Gaza

Un haut responsable diplomatique israélien semble confirmer qu’un accord de cessez-le-feu a été conclu avec des groupes terroristes dans la bande de Gaza.

« Israël maintient son droit d’agir. Les demandes de cessez-le-feu émanant du Hamas ont été adressées à quatre médiateurs différents. Israël a répondu que les événements sur le terrain décideraient [du fait qu’un cessez-le-feu entre en vigueur] », a déclaré le responsable, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Les groupes terroristes palestiniens, dont le mouvement islamiste du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, ont annoncé mardi soir un cessez-le-feu avec Israël conclu indirectement sur intercession égyptienne et des Nations unies.

« Les efforts de l’Egypte ont permis d’aboutir à un cessez-le-feu entre la résistance et l’ennemi sioniste [Israël], et la résistance [groupes terroristes palestiniens] le respectera aussi longtemps que l’ennemi sioniste le respectera », ont annoncé les groupes dans un communiqué conjoint.

Selon Al Jazeera, le cessez-le-feu entrera en vigueur immédiatement.

« La résistance [groupes terroristes palestiniens] s’est défendue et a défendu son peuple contre l’agression israélienne », a dit dans un communiqué le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh.

Ismail Haniyeh, le chef du Hamas, salue les manifestants réunis dans un camp de protestation lors d’affrontements avec les forces israéliennes le long de la frontière avec la bande de Gaza, à l’est de la ville de Gaza, le 18 mai 2018. (AFP Photo/Mahmud Hams)

Tsahal va enquêter sur le tir d’un missile depuis Gaza qui a blessé un soldat

Le chef des troupes au sol de l’armée israélienne, Kobi Barak, a ordonné l’ouverture d’une enquête sur le tir d’un missile anti-char ayant visé un autobus près de la frontière de Gaza, et qui a grièvement blessé un soldat de 19 ans dont l’état s’est depuis amélioré.

Le bus était garé sans protection sur le site commémoratif de Black Arrow au Kibboutz Kfar Aza, à quelques centaines de mètres de la bande de Gaza.

Des dizaines de soldats étaient dans le bus quelques instants avant que le puissant missile téléguidé anti-char ne frappe le véhicule, mais ils sont sortis avant que celui-ci ne le frappe.

L’enquête sera menée par le général Amir Ebstein, commandant du groupe de défense des frontières de l’armée israélienne.

Un autobus a été incendié après avoir été touché par un missile anti-char tiré de la bande de Gaza près de la frontière entre Israël et Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : armée israélienne/Twitter)

Yachimovich évoque une vidéo de Netanyahu de 2009 largement diffusée

La députée Shelly Yachimovich, l’un des principaux membres de l’Union sioniste, s’est félicitée de la déclaration du cabinet.

« La déclaration révèle que les efforts pour calmer la situation vont se poursuivre et que c’est une bonne chose, surtout face aux appels irresponsables à lancer une opération terrestre », a déclaré Yachimovich.

« Personne ne comprend mieux que le Premier ministre [Benjamin Netanyahu] à quel point il est facile de faire des déclarations absurdes et dénuées de sens sur le fait de contenir et de renverser le Hamas, et combien le coût en sang d’une opération terrestre majeure [à Gaza] laissera les choses inchangées. »

Yachimovich faisait référence à une séquence largement diffusée mardi sur les médias sociaux israéliens montrant le dirigeant de l’opposition à l’époque, Netanyahu, critiquant le gouvernement Olmert pour sa recherche du calme à Gaza au milieu de tirs de roquettes.

Quatre ministres importants se seraient opposés au cessez-le-feu avec Gaza

Au moins quatre ministres importants se sont opposés au cessez-le-feu négocié par l’Égypte avec les groupes terroristes de Gaza après une escalade de violence majeure, selon un reportage de la Dixième chaîne israélienne.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, la ministre de la Justice, Ayelet Shaked, le ministre de la Protection de l’environnement, Zeev Elkin, et le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, ont proposé une réponse alternative aux échanges violents des dernières 24 heures.

Un ministre anonyme, qui a assisté à la réunion plus tôt dans la journée, a déclaré à la presse qu’aucun vote n’avait eu lieu pour déterminer les prochaines étapes à suivre. La réunion a duré sept heures au total.

Les révélations de ce reportage arrivent peu de temps après que le Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza ont annoncé qu’ils ont accepté un cessez-le-feu avec Israël sous l’égide de l’Égypte.

Les termes de l’accord ne sont pas connus à ce jour et il n’y a aucun commentaire immédiat de la part d’Israël.

Après les tirs, Ashkelon tente de retrouver un semblant de normalité

La nuit a été marquée par une salve de roquettes meurtrières, qui a fait un mort et 13 blessés ; les cours sont suspendus et les résidents restent sur leurs gardes.

Un homme constate les dégât dans un immeuble d’Ashkelon frappé par une roquette du Hamas, le 13 novembre 2018. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Pou lire le reportage, cliquez ici.

Le Jihad islamique affirme avoir testé un nouveau missile sur Ashkelon

L’aile armée du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a déclaré que ses brigades al-Qods ont utilisé un nouveau type de missile pour bombarder Ashkelon lors de la dernière escalade de violence.

Le groupe terroriste affirme que son « nouveau missile » a pu « transformer la ville occupée d’Ashkelon en enfer » lors de la dernière vague de violence à la frontière entre Israël et Gaza.

Le nom ou le modèle de l’arme ne sont néanmoins pas identifiables.

Le Koweït et la Bolivie demandent une réunion d’urgence du Conseil de sécurité

Le Koweït et la Bolivie ont demandé mardi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU pour discuter de l’escalade des violences dans la bande de Gaza.

Le Koweït, qui représente les pays arabes au sein du Conseil, et la Bolivie, ont dit vouloir que cette réunion se tienne ce mardi et à huis clos, ont indiqué des diplomates.

Lapid accuse Netanyahu d’avoir accepté la trêve à Gaza

Le président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir abandonné les habitants du sud d’Israël en acceptant un cessez-le-feu avec le Hamas conclu sous l’égide de l’Egypte et des Nations unies.

« Le Hamas arrête les combats quand il le souhaite », a-t-il déclaré dans un message vidéo posté sur Twitter.

« Netanyahu a convoqué son cabinet pendant 7 heures et finalement, ils ont décidé d’abandonner les habitants du sud d’Israël et de laisser de côté la force de frappe israélienne. »

Le chef du parti Yesh Atid Yair Lapid devant un centre de recrutement de l’armée, le Bakum,à Tel Hashomer, le 13 août 2018. (Autorisation)

Liberman et Bennett veulent que les frappes à Gaza se poursuivent

Le bureau du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré que les médias qui affirment qu’il est en faveur du renouvellement des conditions énoncées dans l’accord de cessez-le-feu négocié par l’Egypte avec le Hamas sont des « fake news ».

Le communiqué affirme que Liberman ne soutient pas l’arrêt des frappes israéliennes sur les cibles du Hamas à Gaza.

Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a également publié une déclaration dans laquelle il déclare qu’il s’oppose à l’arrêt des frappes aériennes.

« Les informations selon lesquelles Bennett aurait soutenu la cessation des frappes contre les cibles du Hamas sont des mensonges », a déclaré son bureau dans un communiqué.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman (en haut) et celui de la formation HaBayit HaYehudi Naftali Bennett à la Knesset, le 11 mai 2015 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Danon à l’ONU : « Nous n’accepterons pas un appel à la retenue »

Le Conseil de sécurité des Nations Unies va se réunir aujourd’hui pour une session extraordinaire à la suite de l’escalade de violence, à la demande du Koweit et de la Bolivie.

« En réponse à la convocation du Conseil de sécurité des Nations unies aujourd’hui en session extraordinaire, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, a déclaré : « Nous n’accepterons pas un appel aux deux parties à faire preuve de retenue. Un des deux côtés attaque et tire 400 missiles sur des populations civiles, et l’autre protège ses citoyens, » a déclaré l’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon dans un communiqué.

« Tous les membres du Conseil de sécurité devraient se demander comment ils réagiraient après des tirs aussi massifs de missiles sur leur pays », a ajouté l’ambassadeur.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon durant une brève conférence de presse avant une réunion du conseil de sécurité au siège de l’ONU, à New York, le 24 juillet 2018 (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

La réunion aura lieu cet après-midi.

Au moins 108 personnes blessées en Israël après 2 jours de tirs de roquettes

Au moins 108 personnes ont été hospitalisées en Israël au cours des deux derniers jours pour des blessures et choc causés par les tirs de roquette massifs contre des villes israéliennes, lancés par des groupes terroristes de la bande de Gaza.

Le centre médical Barzilai d’Ashkelon a indiqué avoir soigné 93 personnes blessées par les tirs de roquettes, dont deux moyennement blessées, 46 légèrement blessées et 44 sous état de choc.

Une femme arrivée hier dans un état grave a été transférée de Barzilai au centre médical Sheba de Tel Hashomer, près de Tel Aviv, pour y être transférée en soins intensifs, a annoncé l’hôpital.

Des habitants du sud manifestent après l’annonce du cessez-le-feu

Des résidents du sud d’Israël protestent après l’annonce par les médias israéliens d’un accord de cessez-le-feu avec le Hamas conclu sous l’égide de l’Égypte, dans un contexte de recrudescence de la violence dans la bande de Gaza.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées à l’entrée de la ville de Sdérot, brûlant des pneus et bloquant la route menant à la ville du sud du pays.

La police a déclaré que des policiers sont en train d’être envoyés pour disperser les manifestants.

Macron « condamne fermement » les tirs de roquettes du Hamas

Emmanuel Macron a « fermement condamné les nombreux tirs de roquettes par le Hamas » sur Israël et appelé mardi les parties « à éviter toute escalade et un nouveau cycle de violence meurtrier », lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, selon l’Élysée.

Le président français a également « exprimé sa solidarité aux populations touchées », a fait savoir l’Élysée.

M. Netanyahu devait être reçu lundi à l’Élysée par M. Macron, après avoir participé dimanche aux célébrations du centenaire de la fin de la Grande Guerre. Mais le chef du gouvernement israélien avait dû anticiper son départ en raison de la situation à Gaza.

MM. Macron et Netanyahu ont « également échangé sur les dossiers régionaux (Iran, Syrie, Liban). Sur l’Iran, le Président de la République a rappelé l’importance de préserver le JCPOA (l’accord sur le nucléaire de 2015, NDLR) tout en maintenant un dialogue exigeant avec l’Iran, notamment pour qu’il joue un rôle constructif dans la région », a ajouté la présidence française.

Emmanuel Macron rend hommage à l’écrivain Maurice Genevoix dans le cadre de commémoration du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, le 6 novembre,2018. (Crédit : AP Photo/Francois Mori, Pool)

Gaza : l’Egypte demande à Israël de cesser ses « actions militaires »

L’Egypte a demandé à Israël de cesser ses « actions militaires » dans la bande de Gaza, théâtre de la plus sévère confrontation entre l’armée israélienne et les groupes terroristes palestiniens depuis la guerre de 2014, a indiqué mardi le ministère des Affaires étrangères.

Le Caire et l’ONU tentent d’obtenir une trêve durable entre Israël et les groupes terroristes de l’enclave palestinienne, du Hamas et du Jihad islamique.

Les groupes terroristes palestiniens de la bande de Gaza ont annoncé mardi après-midi un cessez-le-feu avec Israël conclu indirectement sur intercession égyptienne et onusienne.

Le Caire « réitère (…) sa demande à Israël de cesser immédiatement toutes les formes d’actions militaires », selon un communiqué du ministère.

L’Egypte a également souligné « la nécessité de mettre un terme aux violences et à l’escalade pour rétablir le calme de façon immédiate ».

Israël n’a pas confirmé l’annonce de cessez-le-feu, refusant généralement de corroborer directement des accords de trêve avec le Hamas.

Les groupes palestiniens ont tiré près de 460 roquettes et obus de mortier en direction d’Israël. L’armée israélienne a frappé des dizaines de positions du Hamas et du Jihad islamique.

Fin des restrictions sécuritaires dans le sud ; un calme incertain s’installe

Le commandement du front intérieur de l’armée israélienne lève toutes les restrictions imposées aux résidents du sud d’Israël alors qu’un présumé cessez-le-feu conclu avec le groupe terroriste palestinien du Hamas semblait tenir.

Les écoles seront rouvertes mercredi, de même que toutes les entreprises et les bureaux du gouvernement.

Les agriculteurs seront à nouveau autorisés à travailler dans leurs champs.

– Judah Ari Gross

Le bus touché par un missile antichar n’aurait pas dû être aussi proche de Gaza

Une enquête préliminaire de l’armée israélienne a révélé que l’autobus qui avait été frappé par un missile anti-char tiré de la bande de Gaza n’aurait pas dû être aussi proche de la frontière.

Selon des informations, les soldats auraient demandé au chauffeur de les emmener à l’intérieur du site commémoratif Black Arrow du Kibboutz Kfar Aza, une demande qui va à l’encontre de la réglementation de l’armée.

Le bus était garé sur le site, et donc bien visible à la frontière de Gaza, et des dizaines de soldats venaient de débarquer lorsque le missile guidé anti-char a frappé le véhicule.

La frappe dans le bus a laissé un soldat de 19 ans dans un état critique. Son état s’est amélioré dans la journée. Le chauffeur du bus a également été blessé dans l’attaque et s’est dit ensuite « totalement choqué ».

Le département d’Etat condamne les tirs de roquettes « inacceptables » depuis Gaza

Le département d’Etat américain a déclaré qu’il se tenait aux côtés d’Israël pour se défendre contre les tirs de roquettes et de mortiers tirés sur lui par des groupes armés dans la bande de Gaza.

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté les attaques à la roquette, aux missiles et au mortier qui se déroulent de Gaza vers Israël », a déclaré lors d’une conférence de presse la porte-parole du département d’État Heather Nauert.

« Nous appelons à l’arrêt durable de ces attaques. Nous sommes aux côtés d’Israël alors qu’Israël se défend contre ces attaques. Il est tout simplement inacceptable de cibler des civils. »

La porte-parole du département d’Etat Heather Nauert s’exprime pendant un point-presse au département d’Etat américain de Washington, le 9 août 2017 (Crédit : AP/Alex Brandon)

A LIRE : Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...