Shaked: si Netanyahu remporte 40 sièges, la gauche sera renforcée
Rechercher

Shaked: si Netanyahu remporte 40 sièges, la gauche sera renforcée

La ministre de la Justice a rappelé que la dernière fois que le Likud avait eu un mandat important, il s'était associé au parti travailliste en faveur du désengagement à Gaza

La ministre de la Justice Ayelet Shaked lors d'une conférence sur la chaîne Hadashot à Jérusalem, le 3 septembre 2018 (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre de la Justice Ayelet Shaked lors d'une conférence sur la chaîne Hadashot à Jérusalem, le 3 septembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre de la Justice Ayelet Shaked a déclaré lundi que si le parti du Likud de Benjamin Netanyahu devait remporter 40 sièges lors des prochaines élections, il affaiblirait finalement l’aile droite de l’échiquier politique israélien.

« Si Netanyahu veut 40 sièges, cela signifie qu’il y aura un gouvernement de gauche », a-t-elle dit lors d’une conférence organisée à Jérusalem par la chaîne Hadashot. « La dernière fois que le Likud a eu 40 sièges, nous avons eu le désengagement [de Gaza] ».

Netanyahu a confié aux membres de son parti du Likud, la semaine dernière, que leur objectif était de viser 40 sièges à la Knesset au cours des prochaines élections nationales. Il a souligné dans le même temps qu’il ne savait pas encore quand elles auraient lieu.

A la fin de l’année 2004, après avoir échoué à obtenir le soutien de la majorité au sein de son propre parti fort de 38 sièges, le Premier ministre et leader du Likud de l’époque Ariel Sharon avait formé une coalition avec le parti travailliste pour faire avancer son « plan de désengagement » qui a conduit à l’évacuation de toutes les implantations juives dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara au siège du Likud à Tel Aviv, après sa victoire aux élections générales, dans la nuit du 17 au 18 mars 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Shaked, du parti HaBayit HaYehudi, a indiqué craindre qu’une telle ascension du Likud – qui détient actuellement 30 sièges – marginalise les autres formations de droite et permette à Netanyahu de former une coalition avec le centre ou la gauche.

Elle a alors donné plusieurs scénarios possibles du gouvernement que formerait Netanyahu si son parti venait à remporter 40 sièges et qu’il n’avait besoin que de 21 autres fauteuils pour obtenir la majorité à la Knesset.

« Par exemple, un gouvernement du Likud avec l’Union sioniste ou du Likud avec Yesh Atid », a-t-elle dit. « Le Likud et Netanyahu sont toujours influencés par leurs partenaires de coalition. Les partenaires ont le pouvoir. »

Shaked a également parlé des rumeurs portant sur des élections anticipées disant qu’elle espérait pour sa part que le gouvernement achève son mandat, qui doit se terminer au mois de novembre 2019.

« J’ai l’intention de rester ministre de la Justice encore de nombreuses années », a-t-elle dit. « J’ai encore plusieurs choses à faire ».

Au début de la journée, le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, avait raillé l’idée que le Likud gagne 40 sièges lors des futures élections.

« On se sent puissants dorénavant. Bibi [Netanyahu] ne remportera pas 40 sièges, pas même 30. Je vais gagner et je serai le prochain Premier ministre », a-t-il dit.

Pour sa part, le chef de l’Union sioniste, Avi Gabbay, avait estimé dans la matinée qu’il n’y avait aucune probabilité pour que son parti ne participe à une coalition avec Netanyahu.

« Je ne participerai pas à un gouvernement avec Netanyahu. Point final. Sans ‘mais’, sans ‘malgré tout’- Je n’y participerai pas », avait-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...