Rechercher

Shaked : Yamina opposera son veto aux appels à amender la loi sur l’Etat-nation

"Je recommande à mes camarades de la coalition d'arrêter de s'amuser en pensant qu'ils peuvent apporter des modifications aux lois fondamentales qui ne sont pas convenues"

La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked tient une conférence de presse à l'aéroport international Ben Gourion, annonçant de nouveaux critères d'admission des réfugiés, le 13 mars 2022. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked tient une conférence de presse à l'aéroport international Ben Gourion, annonçant de nouveaux critères d'admission des réfugiés, le 13 mars 2022. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Alors que les appels à modifier la loi sur l’État-nation se sont multipliés, y compris de la part de plusieurs ministres, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a déclaré lundi que son parti Yamina opposerait son veto à tout projet de ce type.

« Je recommande à mes camarades de la coalition d’arrêter de s’amuser en pensant qu’ils peuvent apporter des modifications aux lois fondamentales qui ne sont pas convenues », a tweeté Shaked lundi matin. « Cela n’arrivera pas, comme cela est fixé dans l’accord de coalition ».

Shaked a également reçu le soutien de ses collègues députés de Yamina, Nir Orbach et Abir Kara, qui ont tous deux déclaré sur Twitter que la position officielle du parti reste opposée à toute modification de la loi controversée de 2018, qui consacre Israël comme un État juif.

Les commentaires de Shaked sont intervenus un jour après que le ministre des Finances Avigdor Liberman a déclaré que le gouvernement devrait modifier la loi actuelle, en raison de ce qu’il a appelé ses « contradictions. »

Liberman faisait référence à l’identité récemment publiée du lieutenant-colonel Mahmoud Kheir el-Din, 41 ans, un officier des forces spéciales israéliennes tué lors d’une opération nocturne dans la bande de Gaza en novembre 2018.

Kheir el-Din, membre de la communauté druze, a rejoint l’armée israélienne en 1999 et a servi dans la brigade des parachutistes pendant trois ans avant de rejoindre la division des opérations spéciales du renseignement militaire, où il a servi jusqu’à sa mort.

Le lieutenant-colonel Mahmoud Kheir el-Din et son épouse Nahed, sur une photo non datée publiée par l’armée le 15 mai 2022. (Crédit: Tsahal)

« Il y a une contradiction évidente entre la loi sur l’État-nation juive dans sa forme actuelle et les louanges faites au lieutenant-colonel Mahmoud Kheir el-Din », a déclaré Liberman dans un tweet.

Dans le sillage de la déclaration de Liberman, le parti Kakhol Lavan a déclaré dimanche qu’il prévoyait de soumettre un projet de loi sur l’égalité qui modifierait la Loi fondamentale à l’examen du Comité ministériel de législation dès la semaine prochaine.

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a déclaré lundi que la coalition pouvait compter sur le soutien de son parti à prédominance arabe pour faire passer la législation proposée.

« J’appelle la coalition à travailler avec la Liste arabe unie afin de faire passer le projet de loi malgré l’opposition de Shaked », a déclaré Odeh, notant que le ministre de l’intérieur avait poussé à l’adoption d’une interdiction controversée de l’unification des familles palestiniennes malgré les objections du Meretz, autre parti de la coalition.

Le président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, prend la parole lors d’une réunion de faction à la Knesset, le 31 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

La loi a suscité des critiques pour sa discrimination à l’égard des minorités et en particulier des citoyens druzes, dont beaucoup occupent des postes à responsabilité dans l’armée israélienne et d’autres organismes d’État.

« Nous avons l’occasion de corriger la loi sur l’État-nation et d’entériner la Déclaration d’indépendance en tant que loi fondamentale », a-t-il déclaré, appelant l’opposition et la coalition à réévaluer la loi contestée et « à faire ce qui est nécessaire plutôt que de se contenter de mots comme ‘frères d’armes’ à l’égard de la communauté druze. »

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a soutenu Liberman, en tweetant : « Je suis d’accord avec chaque mot ».

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a tweeté dimanche soir que la loi sur l’État-nation devait être « annulée », la qualifiant de « loi scandaleuse qui crée une injustice à l’encontre des citoyens non juifs d’Israël ».

Les lois fondamentales quasi-constitutionnelles font office de constitution d’Israël et guident le système juridique du pays. Elles sont généralement plus difficiles à abroger dans un processus législatif que les lois ordinaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...