Smotrich annonce l’extension du train rapide de Tel Aviv jusqu’au mur Occidental
Rechercher

Smotrich annonce l’extension du train rapide de Tel Aviv jusqu’au mur Occidental

Le projet controversé nécessiterait de creuser un tunnel de plus de 3 km sous le centre-ville de Jérusalem et sous la Vieille Ville, politiquement et historiquement sensible

Le mur Occidental, (à droite), et le dôme du Rocher, les lieux les plus saints pour les Juifs et les musulmans à Jérusalem, sous la neige, au mois de décembre 2013. (Crédit : AP Photo/Dusan Vranic)
Le mur Occidental, (à droite), et le dôme du Rocher, les lieux les plus saints pour les Juifs et les musulmans à Jérusalem, sous la neige, au mois de décembre 2013. (Crédit : AP Photo/Dusan Vranic)

Les autorités ont donné leur approbation à l’avancement du projet controversé visant à construire une gare ferroviaire au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem. Celle-ci permettrait le transfert de touristes directement de l’aéroport Ben Gurion au mur Occidental, a déclaré lundi le bureau du ministre des Transports Bezalel Smotrich.

Dans un communiqué, le bureau de Smotrich a déclaré que le plan, initié par son prédécesseur, Israel Katz, avait été entravé au cours de l’année passée, sans pour autant donner de détails.

Cependant, suite à une directive de Smotrich, le Conseil national pour la planification et la Construction a approuvé un nouvel itinéraire pour le train, a déclaré le ministère des Transports. Il n’a pas précisé les détails de la modification de l’itinéraire.

Le projet consiste à prolonger la ligne de train à grande vitesse Jérusalem-Tel Aviv jusqu’à la Vieille Ville. Le plan impliquerait la construction de deux gares souterraines et l’excavation de plus de trois kilomètres de tunnel sous le centre-ville de Jérusalem et sous la Vieille Ville, politiquement et historiquement sensible – un projet susceptible de soulever une opposition farouche de la part des archéologues, des autorités religieuses et des Palestiniens. Le mur Occidental est le site le plus sacré où les Juifs sont autorisés à prier.

De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d’un événement de campagne dans l’implantation d’Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

Smotrich a salué ce développement comme « historique », ajoutant dans un communiqué que la nouvelle ligne de train « est une énorme nouvelle pour les résidents israéliens et les millions de touristes qui viennent à Jérusalem ».

« Nous réalisons également la promotion de l’agenda sioniste et juif », a-t-il déclaré.

Le projet a été présenté pour la première fois par l’ancien ministre des Transports Katz en 2017, qui a déclaré que la gare de la Vieille Ville porterait le nom du président américain Donald Trump, qui avait reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël un mois plus tôt.

Le porte-parole du ministère des Transports, Avner Ovadia, a déclaré à l’époque que le coût du projet était estimé à plus de 700 millions de dollars et que, s’il était approuvé, il faudrait quatre ans pour le mener à bien.

En décembre dernier, le très attendu train Jérusalem-Tel Aviv a commencé à circuler à pleine capacité toutes les heures pour la première fois, bien que la ligne ne va que jusqu’à Hagana dans le sud de Tel Aviv et n’atteindra pas les gares du centre et du nord de la ville avant la fin de l’année.

Passagers à la gare Yitzhak Navon de Jérusalem. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le train a été inauguré en 2018 après des années de retard, mais il ne transportait au début que des passagers entre Jérusalem et l’aéroport Ben Gurion, car la compagnie ferroviaire préparait l’électrification de la ligne jusqu’à Tel Aviv. Les voyageurs pour Tel Aviv devaient changer de train à l’aéroport, ce qui ajoutait une vingtaine de minutes au trajet.

La ligne remplace une voie ferrée de l’époque du mandat britannique qui, pendant des décennies, s’est frayé un chemin entre Tel Aviv et le sud de Jérusalem par des cols de montagne pittoresques, le trajet prenant près de deux heures.

La date initiale de lancement du train express était 2008. Il a ensuite été reporté à plusieurs reprises, à 2014, 2018 et à cette année. Le lancement de la ligne Jérusalem-Ben Gurion, en octobre 2018, avait été marqué par d’innombrables dysfonctionnements, retards et arrêts.

Constructions à la gare de Jérusalem sur la ligne à grande vitesse reliant Jérusalem à Tel Aviv, en décembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...