Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Standard & Poor’s prévoit une contraction de l’économie israélienne de 5 %

L'agence de notation s'attend à un déficit budgétaire de plus de 5 % du PIB en 2023 et 2024, au lieu des 2,3 % initialement prévus. L'agence de notation anticipe une reprise pour fin 2024

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le logo de S&P Global sur la façade d'un bâtiment à Washington, le 25 juillet 2019. (Crédit : Alastair Pike/AFP)
Le logo de S&P Global sur la façade d'un bâtiment à Washington, le 25 juillet 2019. (Crédit : Alastair Pike/AFP)

Selon une information publiée lundi, l’agence de notation Standard & Poor’s s’attend à une contraction de l’économie israélienne de l’ordre de 5% au quatrième trimestre de cette année, en raison de la flambée des risques géopolitiques et sécuritaires depuis le début de la guerre contre le groupe terroriste du Hamas.

S&P, qui a reconduit la note d’Israël – AA- -, soit le quatrième score le plus élevé, ne s’attend pas pour l’instant à ce que les combats contre le groupe terroriste soutenu par l’Iran débordent la bande de Gaza, ce qui ne l’empêche pas de mettre en garde contre le fort ralentissement de l’économie dans les mois à venir.

L’agence de notation évoque comme raisons du ralentissement « la baisse de l’activité commerciale, la faible demande des consommateurs et un environnement d’investissement pour le moins incertain », sans oublier le rappel massif des réservistes.

« Il y a déjà eu plusieurs conflits entre Israël et le Hamas à Gaza, mais cette guerre est d’une tout autre ampleur », ont écrit les analystes de S&P Maxim Rybnikov et Karen Vartapetov dans le rapport. « Nous partons pour l’instant du principe que le conflit restera circonscrit à Gaza et ne durera pas plus de trois à six mois. »

Le 7 octobre, des terroristes du Hamas venus de Gaza se sont introduits en territoire israélien par la terre, la mer et les airs, lors d’un assaut sur plusieurs fronts qui a coûté la vie à pas moins de 1 200 personnes – pour la plupart des civils -, sans oublier les 240 otages enlevés sous un feu nourri de roquettes.

En plus des combats qui s’en sont suivis à Gaza, d’où Israël entend éliminer le groupe terroriste au pouvoir, le Hezbollah soutenu par l’Iran mène ou supervise des assauts quotidiens sur la frontière nord d’Israël depuis le Liban, sans toutefois ouvrir de front à grande échelle.

Une maison à Beer Sheva touchée par une roquette en provenance de Gaza le 28 octobre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Rybnikov et Vartapetov ont par ailleurs déclaré que le déficit budgétaire moyen d’Israël devrait représenter 5,3 % du PIB en 2023 et 2024, du fait de l’augmentation des dépenses budgétaires liées à la guerre – de l’ordre de plusieurs milliards de shekels – afin de soutenir les ménages et les entreprises, sans parler des dépenses de défense. C’est plus du double des précédentes prévisions de l’agence de notation, avec 2,3 % du PIB.

Le déficit budgétaire d’Israël s’est déjà creusé à 2,6 % du PIB en octobre, contre 1,5 % le mois précédent. En 2022, Israël avait enregistré son tout premier excédent budgétaire depuis 35 ans, à 0,6 % du PIB.

« Bien que les dépenses directement liées à cette guerre et aux aides finissent par diminuer, nous pensons que les dépenses de défense resteront élevées à moyen terme », ont écrit les analystes dans leur rapport.

A l’avenir, Rybnikov et Vartapetov voient l’économie israélienne rebondir au premier trimestre 2024 et revenir progressivement au niveau d’avant-guerre d’ici la fin de l’année prochaine.

S&P estime que l’économie progressera de 1,5 % en 2023 et 0,5 % en 2024, pour laisser la place à une croissance plus rapide de 5 % en 2025, à mesure que la confiance des consommateurs reviendra et que la reconstruction et que les cycles d’investissement auront pleinement repris. Ces prévisions marquent toujours un ralentissement par rapport au taux de croissance de 6,5 % enregistré en 2022.

Le Département des études de la Banque centrale d’Israël estimait fin octobre que les coûts de la guerre entraîneraient une augmentation du déficit public pour le porter à 2,3 % du PIB en 2023, contre 1 % prévu précédemment, et environ 3,5 % en 2024.

Les conséquences d’un tir de roquette en provenance de la Bande de Gaza qui a touché un bâtiment et des voitures dans la ville d’Ashkelon, dans le sud du pays. 9 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le 23 octobre, la Banque centrale a revu à la baisse ses prévisions économiques pour cette année et la suivante. Elle s’attend désormais à ce que l’économie progresse de 2,3 % en 2023 et 2,8 % en 2024, en raison de la baisse de la consommation privée et des obstacles à l’exercice d’une activité professionnelle.

Le mois dernier, S&P avait dégradé les perspectives de crédit d’Israël, passées de stables à négatives, évoquant des risques d’aggravation du conflit entre Israël et le Hamas, qui auraient un impact plus prononcé sur l’économie.

S&P a redit que les perspectives négatives reflétaient le risque que « la guerre entre Israël et le Hamas s’aggrave ou affecte les paramètres de crédit d’Israël d’une manière plus négative que prévu ».

« Nous pourrions abaisser la note d’Israël si le conflit s’aggravait significativement, avec un impact sur les risques sécuritaires et géopolitiques auxquels fait face le pays », ont écrit les analystes. « Nous pourrions également abaisser la note sur les 12 à 24 prochains mois si l’impact du conflit sur la croissance économique, la situation budgétaire et la balance des paiements d’Israël s’avérait plus important que ce que nous prévoyons actuellement. »

Un retour à une perspective stable pour la note d’Israël supposerait la fin des combats et une « réduction des risques en matière de sécurité intérieure et régionale, sans impact significatif à long terme sur l’économie et les finances publiques d’Israël », a souligné S&P.

Rybnikov et Vartapetov ont noté que le soutien de la population au Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était effondré au cours du dernier mois, évoquant des sondages d’opinion publiés suite à l’assaut du Hamas qui n’a pas été « empêché par l’armée israélienne ou les services de renseignement ».

Par ailleurs, l’agence de notation a noté que le projet de refonte judiciaire – pour le moins contesté – du début d’année, qui avait donné lieu à des manifestations publiques chaque semaine ainsi qu’à des troubles politiques, avait disparu de l’ordre du jour.

« Nous pensons que le projet de refonte judiciaire d’avant-guerre, préconisé par la coalition début 2023, sera suspendu sine die », ont conclu Rybnikov et Vartapetov.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.