Suspension de la grève de personnel non-médical dans les hôpitaux
Rechercher

Suspension de la grève de personnel non-médical dans les hôpitaux

Le ministre de la Santé a convenu de "privilégier" les demandes syndicales dans ses discussions avec le ministère de la Santé

Photo d'illustration : Des infirmières du centre médical Hadassah protestent contre leurs conditions de travail au centre médical Hadassah à Jérusalem, le 20 juillet 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)
Photo d'illustration : Des infirmières du centre médical Hadassah protestent contre leurs conditions de travail au centre médical Hadassah à Jérusalem, le 20 juillet 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Les employés des hôpitaux – occupant des postes non-médicaux et non-soignants – ont accepté jeudi de suspendre une grève de trois jours qui s’est caractérisée par une accumulation des poubelles dans certains établissements, entraînant des inquiétudes relatives à l’hygiène.

Cette décision de mettre un terme à la grève a été prise après une rencontre entre les représentants syndicaux et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, qui a promis d’évoquer les revendications des employés avec le ministère des Finances et de les privilégier.

« Tous les personnes du secteur de la santé méritent des conditions de travail respectables. Tout le monde est essentiel, tout le monde est important. Et je m’assurerai que cela va se refléter dans le budget de l’État », a écrit Horowitz sur Twitter.

Sous les dispositions de l’accord, le syndicat a dit qu’il interrompait son mouvement de grève pendant 45 jours.

Parmi les demandes soumises par le syndicat, mettre un terme à la suppression de 200 postes qui avaient été créés pendant la pandémie de coronavirus et la création de postes supplémentaires pour aider à prendre en charge ce que le syndicat a qualifié de « surcharge de travail » au niveau de ses personnels.

Au cours de la grève, qui a eu lieu dans 20 hôpitaux du pays, le personnel a cessé d’assurer une série de services déterminants, notamment le travail administratif et les travaux de maintenance et de nettoyage.

Une source hospitalière qui a été citée par le quotidien Haaretz a indiqué qu’après plusieurs jours où le ramassage des poubelles n’a pas été assuré, les inquiétudes étaient fortes sur la possibilité qu’un manque d’hygiène ne pose un risque pour les malades.

Certains proches des malades ont donc nettoyé eux-mêmes les chambres, a fait savoir le site d’information Ynet qui a cité les propos d’une femme, dont le fils était hospitalisé pour un problème respiratoire, qui a déclaré que « la situation est grave et sérieusement catastrophique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...