Tariq Ramadan, accusé de viols, auditionné en garde à vue à Paris
Rechercher

Tariq Ramadan, accusé de viols, auditionné en garde à vue à Paris

Le prédicateur islamiste a été visé par deux plaintes pour viol en France, survenues au milieu de la vague de libération de la parole qui a suivi l’affaire Weinstein

Tariq Ramadan à une conférence à Bordeaux, le 26 mars 2016. (Crédit : AFP/Mehdi Fedouach)
Tariq Ramadan à une conférence à Bordeaux, le 26 mars 2016. (Crédit : AFP/Mehdi Fedouach)

Tariq Ramadan s’est rendu mercredi matin à la convocation des policiers « dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Paris des chefs de viols et violences volontaires », a précisé cette source, confirmant une information de la radio française RTL.

Deux femmes accusent depuis octobre le théologien de les avoir violées en 2009 et en 2012. D’autres personnes se déclarant victimes se sont également manifestées sans porter plaintes.

Il a été visé par deux plaintes pour viol en France, survenues au milieu de la vague de libération de la parole qui a suivi l’affaire Weinstein, du nom du puissant producteur américain accusé de viols et d’agressions sexuelles.

Tariq Ramadan s’est défendu farouchement de ces accusations de viol en dénonçant sur sa page Facebook une « campagne de calomnie » qui fédère ses « ennemis de toujours ». Ce père de quatre enfants, marié depuis plus de 30 ans à une Française convertie s’est dit « serein et déterminé ».

La Tribune de Genève a publié un long article consacré à quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan lorsqu’il enseignait le français et la philosophie à Genève entre 1984 et 2004.

Parmi ces quatre femmes, trois ont avoué avoir cédé à « l’emprise psychologique » de leur professeur et avoir eu des relations sexuelles avec lui, l’une à 15 ans et les deux autres à 18 ans. La quatrième, qui avait 14 ans à l’époque, évoque le harcèlement auquel elle a dû faire face.

Sur son compte twitter, Tariq Ramadan a démenti « catégoriquement » ces allégations et annoncé le dépôt d’une plainte contre X pour diffamation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...