Téhéran avertit Israël d’une « réponse dévastatrice » à toute agression
Rechercher

Téhéran avertit Israël d’une « réponse dévastatrice » à toute agression

Les menaces interviennent après des frappes israéliennes présumées à Damas, les Iraniens déclarent pouvoir "raser Tel Aviv"

Abbas Mousavi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, donne une conférence de presse dans la capitale Téhéran le 28 mai 2019. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Abbas Mousavi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, donne une conférence de presse dans la capitale Téhéran le 28 mai 2019. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

La République islamique promet une « réponse dévastatrice » à toute agression israélienne contre ses intérêts régionaux, d’après les propos d’un haut responsable iranien mercredi.

« La République islamique d’Iran adressera une réponse dévastatrice qui fera regretter toute agression ou acte stupide de la part de ce régime contre les intérêts de notre pays en Syrie et dans la région », a déclaré Abbas Mousavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par Reuters.

Le communiqué a tout d’abord été publié par l’agence de presse iranienne semi-officielle Mehr.

La semaine dernière, des médias syriens officiels avaient rapporté (et le ministre de la Défense Naftali Bennett l’a ensuite confirmé) qu’Israël avait frappé plusieurs cibles à proximité de Damas, visant les systèmes de défense anti-aérienne du pays.

Au cours du week-end, l’ancien chef des Gardiens de la Révolution iranienne a prévenu que l’Iran cherchait simplement une excuse pour attaquer Israël et « raser Tel Aviv », accusant Israël d’avoir aidé les États-Unis à tuer le général Qassem Soleimani.

Des explosions dans le ciel de Damas entraînées par des armes antiaériennes syriennes au cours d’une attaque attribuée à Israël, le 6 février 2020 (Crédit :SANA)

Israël affirme depuis longtemps qu’il ne tolérera pas les tentatives de l’Iran – un allié clef du dictateur syrien Bachar Assad – d’établir une présence militaire permanente en Syrie et qu’il prendra les mesures nécessaires pour lutter contre cet ancrage.

Israël accuse Téhéran de chercher à établir une présence militaire en Syrie, qui pourrait servir de base de lancement pour des attaques contre l’État juif. Jérusalem a également promis de riposter à n’importe quelle attaque en provenance de son pays voisin.

Des officiels israéliens ont reconnu des centaines et milliers de raids dans le pays depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011.

Ces frappes ont principalement visé l’Iran et ses alliés, notamment le groupe terroriste libanais du Hezbollah, mais Tsahal s’en est également pris aux défenses aériennes syriennes quand ses batteries ont ouvert le feu sur des avions israéliens. Ces derniers mois, l’armée a aussi confirmé avoir mené des opérations en Irak contre des tentatives iraniennes de s’y implanter.

Plus tôt cette semaine, Bennett a fait savoir que Jérusalem et Washington se partageaient le travail contre l’Iran. Israël a la responsabilité de s’opposer à la République islamique en Syrie et les États-Unis en Irak.

Lundi, l’ambassadeur russe en Syrie Alexander Yefimov a condamné Israël pour ses frappes présumées dans le pays. Ces dernières frappes auraient tué plus de 20 militaires officiels syriens et iraniens.

« Les raids israéliens sont, bien sûr, des provocations et très dangereux pour la situation en Syrie, a déclaré Yefimov dans un entretien avec Sputnik arabe, selon une traduction anglaise par le site d’information syrien Al-Masdar. Les missiles [israéliens] ne frappent pas seulement des zones proches d’Israël, mais visent également des zones éloignées en Syrie, dans la partie est du pays et même dans les zones résidentielles à Damas. C’est regrettable que des civils soient victimes de ces raids ».

Israël et la Russie ont coordonné leurs efforts militaires en Syrie ces dernières années, afin d’éviter les frictions et les conflits accidentels. Des officiels israéliens ne discutent généralement pas de l’ampleur complète de cette coordination, mais ils soulignent que l’armée israélienne ne demande pas la permission russe avant de mener des opérations.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...