Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Téléphones casher: Netanyahu aurait accepté de renoncer à fermer les réseaux 2G et 3G

La fin de ces réseaux était prévue pour le mois prochain mais un accord de coalition entre le Likud et Yahadout HaTorah aurait changé ce plan

Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone "casher", à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe, à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone "casher", à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe, à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

L’accord de coalition entre le nouveau parti au pouvoir, le Likud, et Yahadout HaTorah comprendrait une clause qui permettrait à Israël de revenir sur son plan d’élimination progressive des réseaux cellulaires 2G et 3G, dans le but de protéger la disponibilité des lignes téléphoniques dites « casher » qui fonctionnent sur ces anciens systèmes de connectivité.

De très nombreux membres des communautés ultra-orthodoxes d’Israël utilisent des téléphones « casher » – des appareils dépourvus de réseaux sociaux et de la plupart des autres applications – sur les conseils des rabbins, afin de se protéger des vices supposés de la modernité.

Comme ces appareils sont aussi généralement plus anciens, ils fonctionnent avec des technologies qui deviennent peu à peu obsolètes.

Conformément au plan annoncé l’an dernier pour mettre fin aux réseaux 2G et 3G, Israël a commencé à interdire l’importation commerciale d’appareils mobiles fonctionnant sur ces anciennes technologies, à partir de janvier 2023.

Un utilisateur met à jour l’application WhatsApp de Facebook sur son téléphone portable à Mumbai, le 6 novembre 2020. (Crédit : Indranil MUKHERJEE / AFP)

Dès le mois prochain, les opérateurs de réseaux cellulaires devraient donc cesser de connecter de nouveaux appareils mobiles aux réseaux 2G et 3G, mais devraient continuer à fournir des services aux clients existants sur ces réseaux jusqu’à la fin de l’année 2025, date à laquelle un arrêt total de ces réseaux est prévu.

L’idée, selon le ministère des Communications, était de libérer les rares fréquences cellulaires en faveur de technologies plus avancées basées sur les réseaux 5G, présentés comme promettant un saut exponentiel dans la quantité et la vitesse de livraison des données sans fil et une étape pour débloquer de nouvelles opportunités pour l’économie israélienne.

« L’arrêt des anciens réseaux libérera des fréquences et permettra un bond technologique, améliorant la qualité des services cellulaires et promouvant l’industrie et l’économie israéliennes », avait alors déclaré le directeur-général du ministère des Communications.

Les projets du ministère des Communications visant à réformer le secteur de la téléphonie mobile et des communications cellulaires en Israël ont été impopulaires auprès des partis ultra-orthodoxes et de leurs communautés.

L’approbation d’un plan au printemps dernier, qui demandait aux compagnies de téléphonie mobile d’autoriser la portabilité des numéros sur les lignes « casher », avait suscité l’opposition farouche de nombreux rabbins ultra-orthodoxes.

Le leader du parti lYahadout HaTorah, Yitzchak Goldknopf, et les députés Yaakov Tessler et Meir Porush arrivant à la Cour suprême de Jérusalem pour une audience sur une pétition contre la réforme des téléphones portables « casher », le 28 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Douzième chaîne a rapporté lundi que, dans le cadre de l’accord, le Likud a accepté la demande du parti Yahadout HaTorah d’annuler le plan visant à fermer les réseaux 2G et 3G et à les laisser opérationnels, principalement au profit des clients ultra-orthodoxes.

Selon le reportage, un fonctionnaire du ministère des Communications a déclaré, sous couvert d’anonymat, que cette décision coûterait des millions aux citoyens israéliens et ramènerait le pays des années en arrière. Le fonctionnaire a expliqué que l’arrêt des réseaux 2G et 3G est nécessaire pour permettre des mises à jour plus récentes.

Les appareils fonctionnant sur les anciens réseaux sont nettement moins onéreux – avec un coût moyen de 89 shekels – que les appareils fonctionnant sur les réseaux 4G, dont le prix minimum dépasse les 500 shekels, selon une étude de marché de la Douzième chaîne.

Le ministre sortant des Communications, Yoaz Hendel, a déclaré lundi à la radio 103FM que « celui qui a écrit cette clause [dans l’accord de coalition] devait être ivre ».

Le ministre sortant des Communications Yoaz Hendel, à Modiin, le 5 décembre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90/Dossier)

Hendel, qui a fait pression en faveur du plan du gouvernement sortant, a déclaré que la nouvelle mesure annoncée « est le plus grand préjudice faisant suite à ces accords de coalition ». « Le politicien haredi qui l’a signée n’a probablement aucune connaissance des infrastructures ».

Les politiciens ultra-orthodoxes étaient furieux des efforts déployés par Hendel tout au long de son mandat au ministère des Communications, qu’ils considéraient comme visant délibérément à subvertir les souhaits de leur communauté.

Hendel a également supervisé la décision d’autoriser la portabilité des numéros de téléphone pour les téléphones « casher », ce qui a conduit le député Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, à le qualifier de « dictateur grossier » qui cherche à « imposer son opinion » à un public qui n’est pas intéressé.

La portabilité des numéros de téléphone permet aux utilisateurs de conserver leur numéro de téléphone d’origine même s’ils changent de fournisseur et acquièrent un smartphone, ce à quoi s’opposent fermement de nombreuses autorités rabbiniques.

Moshe Gafni, député de Yahadout HaTorah, pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset sur un projet de loi modifiant les régulations de l’utilisation des mikvés, à Jérusalem, le 6 juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

La bataille autour de l’utilisation croissante des smartphones et d’Internet dans le monde haredi est l’une des luttes les plus féroces au sein de la communauté ultra-orthodoxe.

En octobre, un magasin de services de téléphonie, qui vend des smartphones dans le quartier ultra-orthodoxe de Geula, à Jérusalem, a été incendié. Un résident de Beit Shemesh a été inculpé pour incendie criminel présumé.

L’arrestation de cet homme a déclenché une violente émeute dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, au cours de laquelle une mère de famille a été grièvement blessée après avoir été heurtée par une benne à ordures incendiée qui avait été poussée par les manifestants.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.