Teva et Intel s’unissent pour surveiller la maladie de Huntington
Rechercher

Teva et Intel s’unissent pour surveiller la maladie de Huntington

Grâce à des smartphones et des montres intelligentes, une plateforme pourra mieux comprendre la progression de la maladie

Les bureaux de la société pharmaceutique israélienne Teva Pharmaceuticals, à Jérusalem, en octobre 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les bureaux de la société pharmaceutique israélienne Teva Pharmaceuticals, à Jérusalem, en octobre 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Teva Pharmaceutical Industries Ltd. a annoncé jeudi qu’elle allait collaborer avec Intel Corp. pour développer un dispositif portable combiné à une plate-forme automatique pour essayer d’améliorer le traitement de la maladie de Huntington.

La plateforme développée conjointement servira à continuellement surveiller et analyser les symptômes qui influent sur la vie quotidienne des patients atteints de la maladie de Huntington pour tenter de mieux comprendre la progression de la maladie et l’impact du traitement sur les patients, a précisé Teva dans un communiqué.

La chorée de Huntington, une maladie mortelle neurodégénérative, est une maladie dévastatrice qui nécessite de toute urgence de nouvelles options de traitement, selon le communiqué, ce qui comprend des moyens d’évaluer et de quantifier les symptômes qui peuvent donner des renseignements utiles et exploitables aux médecins, aux patients et aux soignants de manière continue et à distance.

La maladie se caractérise par des mouvements non coordonnés et incontrôlables, la détérioration cognitive et des problèmes de comportement et/ou psychologiques. La progression de la maladie est caractérisée par une diminution progressive du contrôle moteur, de la cognition et de la stabilité mentale, et entraîne généralement la mort dans les 15 à 25 ans suivant le diagnostic clinique.

Comme c’est une maladie génétique, la chorée de Huntington peut être transmise d’un parent à l’enfant par une mutation du gène, et les enfants d’un parent avec la maladie de Huntington ont une chance sur deux d’hériter du gène. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la chorée de Huntington affecte environ cinq à sept personnes sur 100 000 dans les pays occidentaux.

La nouvelle plateforme technologique développée par Teva et Intel sera utilisé pour la première fois sous la forme d’une sous-étude au sein d’une étude de phase 2 sur la maladie. Les patients seront invités à utiliser un smartphone et à porter une montre connectée équipé d’une technologie de détection dont le but est de mesurer leur état général et leur mouvement.

Les données seront envoyées par un réseau sans fil à une plateforme en ligne spécifiquement développé par Intel pour analyser les données à partir d’appareils portables. Les algorithmes traduiront ensuite les données en temps quasi-réel en notes objectives pour mesurer la sévérité des symptômes moteurs.

Cette collaboration fera usage des capacités d’Intel dans l’analyse et le développement d’algorithmes pour la détection du mouvement, ainsi que des connaissances et de l’expérience de Teva dans le traitement et la recherche sur la maladie de Huntington, selon le communiqué.

L’étude va commencer vers la fin de l’année dans des centres aux États-Unis et au Canada.

« Le but de ce projet important est de fournir des données continues et objectives sur l’impact de la maladie de Huntington sur le patient, et, par extension, une compréhension claire de l’impact du traitement sur la qualité de vie des patients », a déclaré Michael Hayden, président de Teva Global R&D et son directeur scientifique.

« La mesure actuelle des symptômes est en grande partie basée sur l’observation lorsque le patient voit le médecin. Cette technologie nous donne maintenant l’occasion d’avoir une surveillance continue. Cette technologie unique pourrait compléter les essais futurs en HD », a-t-il ajouté.

Cette solution basée sur le cloud pour analyser les données de dispositifs portables est développé en utilisant l’open-source Intel Trusted Analytics Platform (TAP), une plateforme logicielle pour accélérer la création d’analyses avancées et des solutions d’apprentissage de la machine. Le développement initial a été fait en collaboration avec la Fondation Michael J. Fox pour une utilisation dans la recherche sur la maladie de Parkinson.

« Les patients génère des données sur la base de leur expérience au jour le jour qui peuvent aider à améliorer la gestion de la maladie – même avec quelque chose d’aussi simple que de porter une montre connectée, cela peut ajouter un aperçu utile », a déclaré Jason Waxman, le vice-président et le directeur général des Solutions Datacenter Groupe chez Intel. « La complexité de l’analyse de ces flux de données nécessite une plateforme permettant l’apprentissage de la machine, pour aider à conduire l’industrie pharmaceutique vers de meilleurs essais cliniques plus rapides, pouvant conduire à de nouveaux traitements pour les patients. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...