Rechercher

Tom Nides ne boycotte pas Ben Gvir mais travaillera principalement avec Netanyahu

L'envoyé américain dit qu'il reste quelques étapes législatives à franchir pour qu'Israël remplisse les conditions requises pour bénéficier du programme d'exemption de visa

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

L'ambassadeur américain en Israël Tom Nides, à gauche, et le leader de l'opposition Benjamin Netanyahu, à la Knesset, le 9 décembre 2021. (Crédit : Ambassade des États-Unis en Israël)
L'ambassadeur américain en Israël Tom Nides, à gauche, et le leader de l'opposition Benjamin Netanyahu, à la Knesset, le 9 décembre 2021. (Crédit : Ambassade des États-Unis en Israël)

L’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, a nié mardi que lui ou l’administration Biden aient imposé un boycott au ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, mais a déclaré que Washington travaillerait principalement avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à mesure qu’il s’adapte aux relations bilatérales sous le nouveau gouvernement israélien à tendance radicale.

« Il n’y a pas de boycott. Je ne fais pas de boycott… Nous allons travailler avec le gouvernement israélien. C’est un gouvernement démocratiquement élu », a répondu Nides après avoir été interrogé sur le sujet lors d’une interview avec la chaîne publique Kan. « Nous allons travailler avec tout le monde. Mais en principe, [avec] qui je vais travailler, c’est le premier ministre. »

Cette préférence pour la collaboration avec Netanyahu a été exprimée par les responsables de l’administration Biden ces dernières semaines et fait partie de ce qu’ils considèrent comme une nouvelle approche visant à tenir le Premier ministre de longue date responsable des politiques de certains de ses partenaires de coalition d’extrême droite, tels que Ben Gvir et le ministre des Finances Bezalel Smotrich, du parti HaTzionout HaDatit.

« Le Premier ministre nous a dit qu’il avait les mains très fermement sur le volant. C’est à lui que nous avons affaire », a déclaré Nides à Kan.

A LIRE : Inquiétude chez les alliés d’Israël: qui, de Netanyahu ou de Ben Gvir, tient les rênes ?

Cependant, à huis clos, Nides a dit à ses collègues que les États-Unis n’avaient pas l’intention de rencontrer Ben Gvir, comme l’ont déclaré deux sources familières de la question au Times of Israel le mois dernier.

Le nouveau gouvernement de Netanyahu a connu un début relativement difficile dans ses relations avec les États-Unis après que Ben Gvir – un disciple autoproclamé du défunt rabbin raciste Meir Kahane – a effectué une visite sur le Mont du Temple de Jérusalem la semaine dernière.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, visitant le mont du Temple, le 3 janvier 2023. (Crédit : Minhelet Har Habayit)

Dans une déclaration, Nides a indiqué qu’il avait « été très clair dans ses conversations avec le gouvernement israélien sur la question de la préservation du statu quo dans les lieux saints de Jérusalem », faisant référence à la politique selon laquelle les non-musulmans ne sont autorisés à visiter le mont du Temple que dans des conditions strictes et les musulmans sont autorisés à visiter et à prier sur le site, qu’ils appellent le Noble Sanctuaire.

Nides a ajouté dans sa déclaration que « les actions qui empêchent [le maintien du statu quo] sont inacceptables ».

Il a cependant adopté un ton différent mardi lorsqu’on lui a demandé si la visite de Ben Gvir prouvait que Netanyahu « n’a pas les mains sur le volant ».

« Oui, [il le fait]. Il a dit et répété qu’il ne permettrait pas que le statu quo change sur le mont du Temple. Et nous le prenons au mot », a déclaré Nides.

Le maintien du statu quo sur le mont du Temple est l’une des lignes rouges de l’administration Biden dans ses relations avec le nouveau gouvernement israélien, dont certains membres, comme Ben Gvir, réclament depuis longtemps un changement de politique. Une autre question sur laquelle les responsables américains ont déclaré qu’ils étaient prêts à faire pression est toute mesure visant à annexer la Cisjordanie.

Nides a déclaré que Netanyahu comprend la position de l’administration Biden en faveur du « maintien de la vision d’une solution à deux Etats » ainsi que son opposition à « la légalisation des avant-postes et à l’expansion massive des colonies ».

Lundi, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a condamné les sanctions approuvées par le gouvernement israélien à l’encontre de l’Autorité palestinienne en raison des efforts déployés par Ramallah pour que la Cour internationale de justice se prononce sur la conduite d’Israël dans les territoires palestiniens.

Interrogé sur sa réaction au projet de réforme juridique annoncé la semaine dernière par le ministre de la Justice, Yariv Levin, Nides a déclaré qu’il ne lui appartenait pas de commenter cette question. « Le peuple israélien n’a pas de leçons à recevoir de la part de l’Amérique… Notre travail n’est pas d’imposer notre volonté à chaque décision prise par ce gouvernement sur des questions comme la réforme judiciaire. »

Vendredi, cependant, le département d’État a publié une vague déclaration jugeant « les institutions indépendantes d’Israël essentielles au maintien de la démocratie florissante du pays ».

La semaine dernière, deux responsables américains ont déclaré au Times of Israel que l’administration Biden ne prévoyait pas de faire pression sur Netanyahu pour l’empêcher de mettre en œuvre les réformes judiciaires annoncées par Levin.

La réforme prévoit de restreindre considérablement la capacité de la Haute Cour à annuler les lois et les décisions du gouvernement, en adoptant une « clause dérogatoire » permettant à la Knesset de légiférer à nouveau sur ces lois ; de donner au gouvernement le contrôle de la sélection des juges ; d’empêcher la Cour d’utiliser un test de « caractère raisonnable » pour juger les lois et les décisions du gouvernement ; et de permettre aux ministres de nommer leurs propres conseillers juridiques, au lieu d’obtenir des conseils de conseillers opérant sous l’égide du ministère de la Justice.

Le ministre de la Justice Yariv Levin tient une conférence de presse à la Knesset, le parlement israélien à Jérusalem, le 4 janvier 2023. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Une source familière de la question a spéculé à l’époque que l’administration pourrait offrir un vague soutien à l’importance d’un système judiciaire fort si les journalistes demandent aux États-Unis de commenter la question, mais que la politique ne s’étendrait pas beaucoup plus loin. La déclaration générale du département d’État, quelques jours plus tard, semblait confirmer cette spéculation.

En ce qui concerne la position d’Israël sur la guerre en Ukraine, Nides a déclaré mardi qu’il ne doutait pas que Jérusalem et Washington seraient « sur la même longueur d’onde ». La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a déclaré que le nouveau gouvernement parlerait moins publiquement de l’invasion russe, suscitant la crainte qu’Israël ne rapproche sa position de celle du Kremlin. Nides a déclaré que les États-Unis espéraient qu’Israël, comme presque tous les autres pays, ferait davantage pour soutenir l’Ukraine.

L’ambassadeur a également été invité à faire le point sur ses efforts pour qu’Israël soit inclus dans le programme américain d’exemption de visa. Pour en bénéficier, Israël doit abaisser le taux de rejet des demandes de visa de ses citoyens à moins de trois pour cent par an. Nides a déclaré que la Knesset devra adopter rapidement plusieurs textes législatifs pertinents et qu’Israël devra également s’engager à appliquer une politique de « réciprocité » en ce qui concerne le traitement des Américains d’origine arabe aux postes frontières afin qu’Israël soit inclus dans le programme d’exemption. Plusieurs législateurs démocrates ont averti ces derniers mois que le traitement et les politiques d’Israël à l’égard des voyageurs palestiniens en Cisjordanie risquaient de compromettre l’acceptation de Jérusalem dans le programme américain.

Par ailleurs, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, doit se rendre en Israël la semaine prochaine pour rencontrer de hauts responsables. Le secrétaire d’État Antony Blinken prévoit d’effectuer sa propre visite dans les semaines qui suivent, selon un responsable israélien, qui a déclaré que ce voyage préparera le terrain pour la visite de Netanyahu à Washington.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.