« Toutes les mères devraient être inquiètes », dit la mère d’un soldat blessé
Rechercher

« Toutes les mères devraient être inquiètes », dit la mère d’un soldat blessé

Après être rentrée précipitamment de vacances pour aller au chevet de son fils, la mère demande aux autorités de "mettre un terme" à la menace des snipers de Gaza

Photo d'illustration. Des gaz lacrymogènes libérés par les soldats israéliens du côté Palestinien pendant des affrontements le long de la frontière avec Israël, à l'est de Gaza City, le 13 juillet 2018 (Crédit :  AFP Photo/Mahmud Hams)
Photo d'illustration. Des gaz lacrymogènes libérés par les soldats israéliens du côté Palestinien pendant des affrontements le long de la frontière avec Israël, à l'est de Gaza City, le 13 juillet 2018 (Crédit : AFP Photo/Mahmud Hams)

Mercredi, la mère d’un officier de Tsahal qui a été blessé par un tir de sniper de la bande de Gaza a déclaré que « toutes les mères devraient être inquiètes ». Elle a également appelé les autorités à « mettre un terme » à cette menace des snipers, qui a récemment coûté la vie à Aviv Levi, un soldat.

La femme était en vacances en famille dans la ville d’Eilat au sud du pays quand elle a reçu la nouvelle que son fils avait été blessé à la frontière de Gaza. Elle s’est immédiatement rendue à Beer Sheva dans le désert du Neguev afin d’aller voir son fils soigné à l’hopital Soroka.

« Cela a été un miracle, tout va bien, Dieu merci, a-t-elle déclaré à Hadashot TV. Je souhaite que tous les soldats rentrent sains et saufs et qu’ils prennent soin d’eux, car cette situation n’est pas finie ».

Mercredi soir, un tir de sniper de la bande de Gaza a sérieusement blessé un officier à proximité de Kissufim. Il a été transporté en urgence à Soroka où il a subi une opération chirurgicale pour des blessures par balles à la poitrine et à l’abdomen. A son arrivée, les médecins ont décrit son état comme sérieux, mais il s’est amélioré après l’opération. Jeudi, il a repris conscience et il est sorti de l’unité de soins intensifs.

Selon Tsahal, le sniper a ouvert le feu quand un groupe de soldats s’est approché à un endroit de la barrière où un groupe de 20 mineurs menait une émeute du côté palestinien de la barrière. Les mineurs ont été utilisés comme un leurre par le sniper pour tirer sur les soldats.

L’attaque a été suivie par des frappes de riposte par des tanks et des avions de Tsahal qui ont ciblé des installations du Hamas et ont tué trois membres du groupe terroriste.

« Bien sûr que j’étais préoccupée, a déclaré la mère du soldat, qui, à l’instar de son fils, n’a pas été identifiée dans les médias. J’ai l’impression que toutes les mères devraient être inquiètes ; c’est le chaos, et cela ne s’arrête jamais ».

Selon Hadashot, la mère a déclaré que le soldat Aviv Levi, qui a été tué par un sniper à Gaza vendredi dernier, était un ami de son fils.

Photo non-datée du sergent Aviv Levi de la brigade Givati de l’armée israélienne qui a été tué par des tirs de snipers depuis Gaza, le 20 juillet 2018 (Autorisation)

« Ils étaient dans le même peloton, et dans son cas, les choses se sont mal terminées, a-t-elle dit. Cela doit cesser. Quelqu’un doit mettre un terme à cela ».

« Je veux offrir mon soutien à tous les soldats qui sont là-bas [à la frontière de Gaza] et à toutes les mères. Ce n’est pas simple, ni pour nous ni pour eux », a-t-elle conclu.

Le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas a révélé l’identité des trois Palestiniens tués dans les frappes de Tsahal : Ahmad al-Basous, 28 ans, Abada Farawna, 29 ans, et Muhammed al-Ara’er, 27 ans.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, l’aile militaire du Hamas, ont ensuite déclaré qu’ils étaient membres du groupe.

« Israël paiera dans le sang ses derniers crimes », a déclaré le groupe jeudi dans un communiqué.

Après l’échange de feu, neuf roquettes ont été lancées jeudi matin depuis Gaza vers des villes israéliennes. Huit sont tombées dans des zones inhabitées et une a été abattue par le système du Dome de Fer. Il n’y a pas eu de blessés ou de dégâts matériels.

L’armée israélienne a répondu aux tirs de roquettes en tirant de obus de tanks sur sept positions du Hamas le long de la frontière.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le chef d’Etat Major Gadi Eizenkot durant une réunion d’urgence organisée au ministère de la Défense à Tel Aviv, le 20 juin 2018 (Crédit : Ministère de la Défense/Ariel Hermoni)

Tard mercredi, Avidgor Liberman, le ministre de la Défense, a organisé une rencontre au quartier général de l’armée à Tel Aviv en présence du chef de l’armée, le général Gadi Eisenkot, du chef du Shin Bet Nadav Argaman et du Conseiller à la Sécurité Nationale Meir Ben-Shabbat afin de discuter des tensions croissantes. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été tenu informé des discussions du groupe par téléphone, selon la Radio de l’armée.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...