Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Transports publics : Ramat Gan va lancer des navettes gratuites pendant Shabbat

L'annonce, faite par le maire candidat à sa réelection de cette banlieue majoritairement laïque, intervient deux mois avant les élections municipales

Photo non-datée d'un bus à Tel Aviv, à Shabbat. (Crédit : municipalité de Tel Aviv)
Photo non-datée d'un bus à Tel Aviv, à Shabbat. (Crédit : municipalité de Tel Aviv)

Le maire de Ramat Gan a annoncé dimanche que sa municipalité allait commencer à exploiter des lignes de transport, le week-end, le long d’une grande partie du parcours du tramway de Tel Aviv pendant Shabbat – quand le nouveau système ferroviaire ne fonctionne pas.

Cette annonce faite par Carmel Shama-Hacohen satisfera probablement les résidents de cette banlieue majoritairement laïque de Tel Aviv alors que les élections municipales auront lieu le 31 octobre prochain. Shama-Hacohen se présentera alors à sa réélection.

Hacohen a indiqué dans une déclaration que ce nouvel itinéraire s’appellera la Ligne rouge – c’est le nom qui a été donné à la toute première ligne du tramway de Tel Aviv, qui a été dévoilée la semaine dernière après des décennies de planification, de construction et de retards divers. Ce système de navettes, qui sera totalement gratuit, reliera Ramat Gan à Jaffa, évitant Petah Tikva, Bnei Brak et Bat Yam, dont les communautés sont plus religieuses.

La Ligne Rouge viendra s’ajouter à deux autres lignes de bus qui, à Ramat Gan, font d’ores et déjà la navette entre la localité et Tel Aviv à Shabbat. Shama-Hacohen a noté que 8 000 résidents de la ville avaient utilisé un bus la semaine dernière seulement et que la Ligne rouge commencerait ses opérations une fois que tous les panneaux de signalisation auraient été posés dans les stations variées.

Un nombre croissant de villes majoritairement laïques ont lancé de tels services ces dernières années tandis que les gouvernements successifs se sont abstenus de faire circuler les transports publics à Shabbat, préférant respecter le statu-quo qui réprouve tout fonctionnement des services publics pendant la journée de repos juif hebdomadaire. Une majorité d’Israéliens soutiendraient pourtant le fonctionnement des services publics à Shabbat pour ceux qui seraient tentés d’en profiter – mais les gouvernements successifs incluent depuis longtemps des partis ultra-orthodoxes qui ont empêché tout changement majeur dans le statu-quo sur le Shabbat.

L’année dernière, la ministre des Transports de l’époque, Merav Michaeli, voulait laisser le tramway de Tel Aviv circuler le samedi mais sa coalition s’était d’ores et déjà effondrée à ce moment-là. Miri Regev, qui a depuis hérité du portefeuille, est revenue sur cette décision.

Carmel Shama-Hacohen, maire de Ramat Gan, lors d’une convention des maires et des chefs de conseils locaux nouvellement élus à Ashkelon, le 27 novembre 2018 (Crédit : Flash90)

Cette nouvelle ligne de tramway est une bonne nouvelle pour les résidents de la zone métropolitaine de Tel Aviv – mais elle ravive également les vieilles frustrations face à l’absence de transports publics à Shabbat. Les habitants laïcs du secteur – qui sont majoritaires – affirment qu’ils devraient avoir le droit de profiter de tels services sans nuire à la sensibilité des Israéliens plus religieux qui, pour leur part, ne les utilisent pas le samedi.

Des centaines d’activistes ont convergé, vendredi, vers les stations de la nouvelle ligne de tramway de Tel Aviv pour protester contre le refus du gouvernement de laisser les transports publics fonctionner à Shabbat.

La police face à un manifestant dans une gare du tramway de Tel Aviv, le 18 août 2023. (Crédit : Yael Gadot)

Si le mouvement de protestation de vendredi s’était concentré sur un problème spécifique d’horaires de fonctionnement du tramway, il a aussi réuni des activistes qui s’opposent de manière plus large au gouvernement et en particulier à son projet de refonte radicale du système judiciaire. Étaient présents des Israéliens libéraux, habituellement discrets, qui se sentent de plus en plus frustrés face au monopole détenu par les groupes orthodoxes sur l’identité juive du pays.

De plus, dimanche, un groupe de résidents ultra-orthodoxes a vandalisé un bus de la compagnie Egged aux abords du quartier de Mea Sharim. Une affiche de publicité collée sur le véhicule montrait un visage de femme. Les suspects ont déchiré l’affiche avant d’écrire à la bombe de peinture : « Plus aucune photo d’abomination sur les bus », dont ils ont crevé les pneus. La police a ouvert une enquête sur l’incident, des investigations qui n’ont pas entraîné d’arrestation jusqu’à présent. La compagne Egged a déclaré qu’il s’agissait du deuxième incident de ce type en deux semaines.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.