Trois groupes juifs accusent la ZOA de diffamation
Rechercher

Trois groupes juifs accusent la ZOA de diffamation

Le président de l'Organisation sioniste d'Amérique qualifie les plaintes d'"absurdes", mais a déposé ses propres plaintes contre deux groupes

Morton Klein de l'Organisation sioniste des États-Unis assiste à une audience au Comité national de surveillance et de réforme du gouvernement sur le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem à Capitol Hill le 8 novembre 2017 à Washington, DC. (Photo par Tasos Katopodis / Getty Images via JTA)
Morton Klein de l'Organisation sioniste des États-Unis assiste à une audience au Comité national de surveillance et de réforme du gouvernement sur le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem à Capitol Hill le 8 novembre 2017 à Washington, DC. (Photo par Tasos Katopodis / Getty Images via JTA)

NEW YORK (JTA) – Trois organisations juives ont accusé l’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA) de les avoir critiquées de façon inappropriée. Et la ZOA accuse l’une d’entre elles en retour.

Mercredi, les différentes rencontres auront une audience formelle lors d’une réunion de la Commission de la Conference of Presidents of Major Jewish American Organizations (la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines), une organe qui réunit pour les groupes juifs. Le règlement de la Conférence des Présidents, selon le site Forward, interdit à ses membres de s’attaquer les uns aux autres par des « insultes, attaques ad hominem et injures », ainsi que des critiques « fausses, inexactes ou injustement exagérées ».

La Conférence des présidents, qui compte plus de 50 organisations, a pour objectif de parler d’une seule voix au nom de l’establishment juif américain. La politique de non-dénigrement vise à prévenir les discordes entre les groupes qui diffèrent parfois sur les affaires étrangères et intérieures.

Trois groupes – la Ligue Anti-diffamation, le Conseil national des femmes juives et le groupe d’aide aux réfugiés HIAS – ont, séparément, déposé des plaintes formelles contre cette organisation, une organisation pro-israélienne de droite. À son tour, le ZOA a porté plainte contre l’ADL ainsi que contre Ameinu, un groupe libéral pro-israélien.

Tous les différends seront jugés par la Commission lors des audiences formelles et privées.

Les plaintes sont confidentielles et les trois groupes accusant la ZOA ont refusé de commenter le dossier ou n’ont pas répondu aux questions du JTA. La Conférence des présidents n’a pas non plus répondu à une demande de commentaire. Mais de nombreux fonctionnaires ayant connaissance des plaintes ont confirmé à JTA que les audiences avaient lieu.

Le président de ZOA, Morton Klein, a qualifié les plaintes d ‘ »absurdes » et a nié toute malversation.

« Un certain nombre d’organisations se sont plaintes que nous les avons critiquées trop sévèrement, affirmant que cela viole la déclaration sur les droits et responsabilités de la Conférence des présidents », a déclaré M. Klein à JTA lundi. « Nous n’avons jamais mentionné de noms, jamais. Nous n’avons jamais rien dit de faux. »

Au cours des dernières années, la ZOA a fait des déclarations publiques critiquant les trois groupes pour avoir pris des positions libérales. Le ZOA soutient les implantations israéliennes, s’oppose à l’Etat palestinien et a soutenu les politiques du président américain Donald Trump auxquelles ces groupes sont opposés.

Un communiqué de presse du ZOA de novembre a condamné le HIAS et le Conseil national des femmes juives pour avoir signé « une lettre choquante signée par » desleaders juifs « extrémistes » pour la défense de l’activiste libérale palestino-américaine Linda Sarsour. Le mois suivant, une autre déclaration de ZOA sur le même sujet a qualifié ces groupes d' »extrême gauche ».

La ZOA s’en prend à l’ADL depuis des années, la critiquant publiquement pour avoir soutenu les réfugiés syriens et dénoncé ceux qui s’opposent à un Etat palestinien. La ZOA a également critiqué l’ADL pour son soutien au mouvement Black Lives Matter. L’ADL a déclaré que bien qu’ils soient en faveur d’un meilleur traitement des Noirs américains, ils s’opposent au mouvement en raison des allégations portées par le mouvement contre Israël, l’accusant d’apartheid et de génocide.

Jonathan Greenblatt, directeur-général de l’ADL (Anti-Defamation League) (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Les attaques de l’ADL contre des individus et des groupes pro-israéliens qui défendent Israël et combattent l’antisémitisme contre l’islam radical anti-Israël sont particulièrement déroutantes, décourageantes et bouleversantes », lit-on dans un communiqué de la ZOA daté du 27 avril. « Il est également douloureux que l’ADL et son directeur [Jonathan] Greenblatt se joignent trop souvent aux ennemis d’Israël, comme le mouvement du BDS Black Lives Matter qui dénigre Israël. »

Si la Conférence des présidents se prononce contre le ZOA lors des audiences, la ZOA pourrait faire face à une série de conséquences – d’une réprimande privée ou publique à une recommandation de suspension ou d’expulsion. Mais Klein campe sur ses positions.

« Quel genre de décision [est-ce], de ne pas pouvoir dire tout ce que nous pensons être juste? », A-t-il demandé. « Je ne vais pas accepter d’être empêché de dire ce que je crois. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...