Trump utilise les musulmans comme Hitler les juifs – Cambridge Analytica
Rechercher

Trump utilise les musulmans comme Hitler les juifs – Cambridge Analytica

Hitler "n'avait pas de problème" avec les Juifs, dit Nigel Oakes, PDG de Cambridge Analytica, SCL. Il a simplement "tiré parti d'un ennemi de circonstance"

Enseigne de la société Cambridge Analytica dans le hall d'entrée de l'immeuble de Londres, Royaume-Uni, dans lequel elle est basée, 21 mars 2018. (Chris J. Ratcliffe/Getty Images via JTA)
Enseigne de la société Cambridge Analytica dans le hall d'entrée de l'immeuble de Londres, Royaume-Uni, dans lequel elle est basée, 21 mars 2018. (Chris J. Ratcliffe/Getty Images via JTA)

Le PDG de la société mère de Cambridge Analytica a déclaré qu’Adolf Hitler diabolisait les Juifs pour obtenir un soutien politique, bien qu’il n’ait « pas eu de problème » avec eux, et le président Donald Trump utilise des tactiques similaires à celles du leader allemand.

Nigel Oakes du Groupe SCL a fait ses remarques lors d’entretiens avec l’universitaire britannique Emma Briant qui ont été publiés lundi par le comité britannique Digital, Culture, Media and Sport Committee.

« Bien sûr, Hitler a attaqué les Juifs. Il n’avait aucun problème avec les Juifs, mais le peuple n’aimait pas les Juifs… alors il n’a fait qu’utiliser un ennemi artificiel », a déclaré Oakes lors d’une des interviews avec Briant, un chercheur en médias, enregistrées en novembre dernier. « C’est exactement ce que Trump a fait. Il s’est servi des musulmans. »

Un porte-parole de Cambridge Analytica a déclaré à Business Insider que Oakes « n’a jamais eu de rôle à Cambridge Analytica, n’a jamais travaillé pour Cambridge Analytica et n’a jamais travaillé sur la campagne Trump de quelque manière que ce soit ».

Cambridge Analytica, une société lancée par l’ancien conseiller de Trump Stephen Bannon et financée par le donateur républicain Robert Mercer, aurait indûment reçu des données sur les électeurs potentiels de l’élection présidentielle de 2016 d’un chercheur et développeur d’applications qui avait violé la politique de Facebook.

M. Oakes a également déclaré que M. Trump s’est emparé des craintes des États-Unis à l’égard de l’État islamique en Irak et en Syrie, ou ISIS, mais a soulevé la question de la menace qu’il représentait pour les Américains.

« ISIS est réel, mais quelle est l’ampleur de la menace pour l’Amérique ? » demanda Oakes, d’après la transcription. « Vraiment, je veux dire, on parle toujours du 11 septembre – eh bien, le 11 septembre, c’était il y a longtemps. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...