Rechercher

Ukraine : un mémorial de la Shoah détruit dans des frappes russes près de Kharkiv

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a dénoncé la Russie pour l'attaque survenue près de Drobytsky Yar où 15 000 Juifs ont été tués pendant la Seconde guerre mondiale

Le site de commémoration endommagé de Drobytsky Yar, près de Kharkiv, après une frappe russe présumée, le 26 mars 2022. (Capture d'écran/Twitter)
Le site de commémoration endommagé de Drobytsky Yar, près de Kharkiv, après une frappe russe présumée, le 26 mars 2022. (Capture d'écran/Twitter)

Un site de commémoration de la Shoah situé aux abords de la ville ukrainienne de Kharkiv a été endommagé pendant des bombardements russes, ont indiqué des responsables du gouvernement samedi.

Des images qui ont circulé sur les réseaux sociaux montrent une imposante ménorah détruite sur le site de Drobytsky Yar.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s’en est pris à la Russie en lui attribuant la responsabilité de la dégradation et il a appelé Israël à condamner cette attaque.

« Pourquoi la Russie continue-t-elle à attaquer des sites de commémoration de la Shoah en Ukraine ? J’appelle Israël à condamner avec force cette barbarie », a dit Kuleba.

L’ambassade ukrainienne en Israël et l’ambassadeur israélien dans le pays, Michael Brodsky, ont précisé que les dégâts avaient été entraînés par des tirs d’artillerie russes. La Communauté juive unie d’Ukraine a aussi signalé les dommages essuyés par le mémorial, blâmant elle aussi la Russie.

Entre 1941 et 1942, 15 000 Juifs, selon les estimations, ont été tués et enterrés dans des charniers à Drobytsky Yar, un ravin situé aux abords de la ville de Kharkiv, dans l’Est du pays.

Le centre de commémoration de Babi Yar a commenté les dégâts.

« La Russie continue non seulement à attaquer la population civile d’Ukraine mais aussi les lieux de commémoration », a-t-il commenté sur Twitter.

La mission ukrainienne en Israël a condamné la frappe, écrivant « qu’un autre mémorial consacré aux victimes de la Shoah a été détruit par les barbares russes en Ukraine ».

« Personne ne doit se taire quand les criminels de guerre russes tuent des civils, des enfants, des femmes enceintes, qu’ils frappent des hôpitaux, des sites de commémoration… Les Russes répètent les crimes des nazis, encore, encore et encore ! »

Another memorial of the Holocaust victims was destroyed by russian barbarians in Ukraine.This time – Drobytskyi Yar,…

Posted by Embassy of Ukraine in the State of Israel on Saturday, March 26, 2022

Au cours des premiers jours du conflit, l’Ukraine avait fait savoir que le site de commémoration de Babi Yar à Kiev, situé dans le ravin où 33 000 Juifs avaient été exécutés par les nazis et leurs alliés locaux au mois de septembre 1941, avait été frappé par des bombardements russes.

Il s’était ultérieurement avéré que les raids aériens avaient touché les bâtiments situés à proximité du mémorial et que le monument lui-même n’avait pas été endommagé.

Les deux parties au conflit s’accusent réciproquement de « nazisme », Poutine justifiant son invasion du 24 février en disant qu’il a voulu « dénazifier » certains secteurs de l’Ukraine où, affirme-t-il, un « génocide » était en cours contre les ukrainiens russophones. De leur côté, les gouvernements occidentaux et l’Ukraine ont rejeté ces accusations, disant qu’elle était sans fondement et qu’elle ne justifiait nullement l’offensive.

Au début du mois, Dani Dayan, directeur du musée de la Shoah de Yad Vashem, a déclaré au Times of Israel que la Russie banalisait la Shoah avec ses accusations sur le nazisme en Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui aussi été accusé d’instrumentaliser la Shoah pour mobiliser le soutien de l’Occident.

Prenant la parole de la Knesset, dimanche dernier, il avait supplié les députés israéliens de l’aider à prévenir « la solution finale » en Ukraine, faisant des comparaisons répétées avec la Shoah et s’en prenant à l’État juif qui, selon lui, ne fait pas assez pour aider son pays.

Un discours qui avait entraîné des réponses mitigées, certains, en Israël, l’accusant de dénaturer l’Histoire et d’ignorer la responsabilité de certains Ukrainiens qui avaient été complices des nazis dans le génocide juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...