Un ancien ministre de Koulanou défie Herzog à la tête du parti travailliste
Rechercher

Un ancien ministre de Koulanou défie Herzog à la tête du parti travailliste

Avi Gabbay, ancien ministre de l’Environnement, rejoint la course aux primaires du mois de juillet

Le président du parti travailliste, Isaac Herzog au siège du parti lors des primaires le 11 janvier à Holon (Crédit : Flash90)
Le président du parti travailliste, Isaac Herzog au siège du parti lors des primaires le 11 janvier à Holon (Crédit : Flash90)

L’ancien ministre de l’Environnement Avi Gabbay a annoncé officiellement samedi qu’il se présenterait face à Isaac Herzog au poste de dirigeant du parti travailliste lors des primaires du mois de juillet.

L’ancien membre du parti Koulanou du centre droit, qui avait démissionné de son poste l’année dernière pour protester contre un accord de coalition qui avait entraîné l’entrée du parti Yisrael Beytenu au gouvernement, a annoncé sa candidature lors des informations diffusées à 20 heures sur la Deuxième chaîne.

Dans un post publié sur Facebook qui a suivi cette annonce, Gabbay a indiqué qu’il avait décidé de se présenter à la tête du parti travailliste pour « le faire passer de parti aux principes corrects en parti capable de gagner des élections ».

Il a affirmé que placer le parti sous sa gouvernance serait la seule alternative crédible pour évincer du pouvoir le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Aux côtés de Gabbay, l’ancien chef de parti Amir Peretz et le député Omer Bar-Lev ont formellement annoncé qu’ils se présenteraient à la tête de la formation politique.

Le militant Eldad Yaniv et le parlementaire Erel Margalit ont fait savoir qu’ils réfléchissaient à soumettre leur candidature, comme c’est le cas aussi d’Eitan Cabel, vétéran du parti et député.

Bar-Lev, ancien chef d’une unité de commando d’élite au sein de l’armée israélienne, est devenu vendredi le troisième membre du parti travailliste à annoncer sa candidature.

« L’état d’Israël ainsi que le parti travailliste méritent d’avoir une direction honnête, courageuse, dévouée, pugnace et unie. Le moment est venu de lutter encore une fois pour conserver notre place à la tête du pays », a-t-il écrit.

« L’état d’Israël doit changer de direction. L’état d’Israël a besoin d’une gouvernance courageuse », a-t-il ajouté.

Labor Party leader Shelly Yachimovich (left) and former party leader Amir Peretz (right) in 2011. (photo credit: Miriam Alster/Flash 90)
La dirigeante du chef du parti travailliste , Shelly Yachimovich, à gauche, et celui qui lui avait précédé à cette fonction, Amir Peretz, à droite, en 2011 (Crédit : : Miriam Alster/Flash 90)

Certaines rumeurs affirmaient que l’ancienne chef de parti Shelly Yachimovich présenterait également sa candidature.

Toutefois, cette information a été démentie lorsqu’elle a annoncé au mois de février qu’elle chercherait à devenir présidente de la Histadrout lors du scrutin qui aura lieu au sein de l’organisation au mois de mai.

Jeudi, des informations provenant d’un enregistrement ont fuité qui semblent montrer que Yachimovich a fait un pacte avec Cabel pour le soutenir dans sa candidature à la tête du parti en échange d’un appui lors des élections du syndicat Histadrut. Yachimovich et Cabel ont tous les deux démenti l’existence d’un tel accord.

Gabbay avait démissionné en mai 2016 pour protester contre la nomination d’Avigdor Liberman à la fonction de ministre de la Défense et avait lancé une attaque cinglante contre la coalition, l’accusant de mener Israël vers la destruction, de démolir les liens avec les Etats Unis, de réduire au silence les dissensions sur l’accord passé au sujet du gaz national côtier et sur d’autres dossiers.

A l’époque, il avait indiqué que le départ de Moshe Yaalon, ancien chef d’état-major, du ministère de la Défense et son remplacement par Liberman avaient été la goutte d’eau qui avaient fait déborder le vase.

Gabbay a rejoint le parti travailliste à la fin du mois de décembre.

Samedi matin, Yaalon a annoncé qu’il était en train de créer un nouveau parti politique pour défier Netanyahu lors des prochaines élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...