Rechercher

Un député de la Liste arabe unie dénonce la « maudite » Déclaration Balfour

Oussama Saadi dit que l'étape clé dans la création de l’État juif n’est pas un motif de célébration : « Le peuple juif a sa propre maison et le peuple palestinien n’en a pas »

Le député arabe israélien Osama Saadi pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 10 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député arabe israélien Osama Saadi pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 10 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Osama Saadi, député de la Liste arabe unie, a dénoncé mardi la « maudite » Déclaration Balfour, un document considéré comme une étape clé dans la création de l’État d’Israël.

« Aujourd’hui, le 2 novembre, il y a 104 ans, est l’anniversaire de la maudite Déclaration Balfour, qui annonçait la création d’un foyer juif en Palestine », a déclaré Saadi dans des commentaires faits au plénum de la Knesset.

Le 2 novembre 1917, Lord Arthur Balfour, le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni à l’époque, a envoyé une lettre au chef de la communauté juive britannique, Lord Walter Rothschild, dans laquelle il a déclaré le soutien de son gouvernement à un État juif dans la région alors connue sous le nom de Palestine.

Le court document indiquait que « le gouvernement de Sa Majesté est favorable à l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et fera de son mieux pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne doit être fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine, ou les droits et le statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays ».

Lord Arthur James Balfour, secrétaire aux Affaires étrangères du Royaume-Uni en 1917, et le texte de la déclaration qui porte son nom et soutient l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. (Crédit : Domaine public/Wikipédia)

Dans des commentaires à la radio de l’armée plus tard à propos de son discours, Saadi a déclaré que « nous reconnaissons l’Holocauste, la plus grande tragédie du monde, mais le peuple juif a sa propre maison et le peuple palestinien n’en a pas ».

La déclaration est considérée comme un précurseur de la création d’Israël en 1948, et est considérée par les Israéliens comme l’un des événements les plus importants de la création de l’État juif.

Les Palestiniens, cependant, ont toujours condamné la Déclaration, qu’ils appellent la « promesse Balfour », affirmant que la Grande-Bretagne donnait des terres qu’elle ne possédait pas.

Avec la Déclaration Balfour, Londres cherchait le soutien juif pour ses efforts de guerre, et la poussée sioniste pour une patrie pour les Juifs était une force politique émergente. Le mandat britannique pour la Palestine a ensuite été mis en place à la suite de la Première Guerre mondiale et a gouverné les terres qui composent aujourd’hui Israël et la Cisjordanie jusqu’à la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël en 1948.

Avant le 100e anniversaire de la déclaration, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a écrit un éditorial déplorant le document, affirmant qu’il mettait en branle un processus qui a conduit à un siècle de souffrances palestiniennes et ne devrait pas être un motif de célébration. D’autres hauts responsables de l’AP ont appelé la Grande-Bretagne à s’excuser pour la Déclaration Balfour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...