Un député du Likud suspendu de la gestion du plénum de la Knesset pour fraude
Rechercher

Un député du Likud suspendu de la gestion du plénum de la Knesset pour fraude

Le président du Parlement va déposer une plainte contre David Bitan après que le vote de Ben Gvir n'a pas été pris en compte dans le décompte final, bien qu'il ait voté en faveur

Le député David Bitan à la Knesset à Jérusalem, le 7 juillet 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le député David Bitan à la Knesset à Jérusalem, le 7 juillet 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le député du Likud David Bitan a été suspendu de la direction des sessions plénières de la Knesset, après que lui et d’autres législateurs de l’opposition ont semblé induire en erreur le secrétaire du Parlement afin qu’un vote positif du député de droite Itamar Ben Gvir ne soit pas enregistré, selon un reportage télévisé diffusé mardi.

Bitan dirigeait une session de la Knesset lundi lors d’un vote sur un projet de loi présenté par la Liste arabe unie visant à établir une commission d’enquête sur les « défaillances de la police » dans la communauté arabe d’Israël. Le Likud de Netanyahu et ses alliés du Parti du sioniste religieux, tous deux dans l’opposition, ont voté en faveur du projet de loi de la Liste arabe unie.

Cependant, lorsque la secrétaire générale de la Knesset, Yardena Meller-Horowitz, a appelé Itamar Ben Gvir, dont la faction Otzma Yehudit fait partie de l’alliance d’extrême droite du parti sioniste religieux, il n’était apparemment pas présent.

Bitan a d’abord corrigé Meller-Horowitz et dit que Ben Gvir avait voté en faveur du projet de loi lors du troisième et dernier appel nominal. Mais peu de temps après, Bitan, ainsi que le leader du sionisme religieux Betzalel Smotrich et le député Likud Yoav Kisch, ont dit à Meller-Horowitz que Ben Gvir n’avait pas voté.

Les législateurs de l’opposition ont été accusés d’avoir trompé le secrétaire de la Knesset après avoir réalisé que le vote ne passerait pas même avec le vote de Ben Gvir, parce que le député du parti sioniste religieux aurait préféré éviter de voter en faveur des projets de loi avancés par la Liste arabe unie, dont les membres ont été qualifiés de « partisans du terrorisme ».

Les législateurs du Likud ont exercé une forte pression sur Ben Gvir pour qu’il soutienne la mesure, mais ils ont apparemment décidé de le couvrir lorsqu’il est devenu évident que son vote ne changerait pas le résultat.

Les députés David Bitan (en haut au centre), Betzalel Smotrich, et Yoav Kish (à gauche) disent au Secrétaire général de la Knesset Yardena Meller-Horowitz (à droite) que le député Itamar Ben Gvir n’a pas voté sur un projet de loi, le 19 juillet 2021. (Capture d’écran vidéo)

Le vote a échoué par 54-57, sans compter le vote de Ben Gvir.

Six témoins oculaires distincts ont déclaré à la station de radio Kan que le député d’extrême droite a effectivement voté en faveur du projet de loi à la dernière minute.

Le député du parti sioniste religieux Itamar Ben Gvir s’adresse au plénum de la Knesset le 26 avril 2021. (Crédit: Noam Moscowitz/Bureau du porte-parole de la Knesset)

Le président de la Knesset, Mickey Levy, a suspendu Bitan de la gestion des sessions de la Knesset jusqu’à nouvel ordre, a rapporté Kan mardi. Levy prévoit également de soumettre l’incident à l’évaluation du comité d’éthique de la Knesset, selon le rapport.

La semaine dernière, Levy lui-même a accidentellement voté dans la mauvaise direction sur un projet de loi qui aurait réformé le système de nomination des juges des tribunaux rabbiniques, provoquant une défaite embarrassante de la coalition avec une égalité de 51-51, ce qui signifie que la législation n’a pas été adoptée.

Le député de la coalition Abir Kara, du parti Yamina, est devenu le centre de la controverse au début du mois après avoir été surpris en train de voter illégalement deux fois sur un projet de loi limitant les allocations de chômage. Kara, qui est également vice-ministre au sein du bureau du Premier ministre, a déclaré qu’il avait accidentellement voté depuis l’ordinateur de sa collègue, la députée Yamina Idit Silman.

Au début du mois, le bureau du procureur général a annoncé qu’il allait déposer un acte d’accusation contre Bitan pour corruption, fraude et abus de confiance, ainsi que pour blanchiment d’argent et délits fiscaux. Les accusations remontent à l’époque où Bitan était maire-adjoint de Rishon Lezion, avant d’être élu à la Knesset en 2013, et incluent également son mandat de député. Il a nié tout acte répréhensible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...