Un dirigeant juif démissionne du conseil d’administration d’Auschwitz
Rechercher

Un dirigeant juif démissionne du conseil d’administration d’Auschwitz

Il proteste contre la nomination de Beata Szydlo au conseil d’administration de ce musée national polonais, car son parti Droit et justice aurait manipulé le bilan de la Shoah

Beata Szydło, alors Premier ministre de Pologne, s'adresse à des journalistes à Varsovie, le 31 juillet 2016. (Crédit : Kancelaria Premiera via JTA)
Beata Szydło, alors Premier ministre de Pologne, s'adresse à des journalistes à Varsovie, le 31 juillet 2016. (Crédit : Kancelaria Premiera via JTA)

JTA – Une femme politique polonaise de droite a été nommée au conseil d’administration du musée national d’Auschwitz, ce qui a poussé mercredi un membre juif du conseil d’administration à démissionner, alléguant un acte de politisation.

Stanislaw Krajewski a déclaré qu’il quitterait le Conseil international d’Auschwitz en raison de la nomination de Beata Szydło, du parti Droit et justice, a rapporté Onet.

Le ministre de la Culture Piotr Gliński, membre du même parti de droite, a annoncé mardi la nomination de Szydło, ex-Premier ministre pendant près de deux ans entre 2015 et 2017.

« Je comprends cela comme une politisation du Conseil », a écrit Krajewski, philosophe et ancien dirigeant de la communauté juive polonaise, dans une lettre à Gliński, a rapporté Onet. « Dans une telle situation, je ne vois aucune possibilité pour moi de continuer ma fonction dans ce contexte. »

Stanislaw Krajewski, professeur à l’Université de Varsovie et membre éminent de la communauté juive, le 25 février 2019 à Varsovie, en Pologne. (Crédit : Janek Skarzynski / AFP)

Sous la direction du parti Droit et Justice, la Pologne a été accusée d’avoir manipulé le bilan historique de la Shoah – une allégation que le parti a rejetée, affirmant qu’il préserve le pays de tels abus. En 2019, Droit et Justice a adopté une loi controversée qui interdit de blâmer la Pologne pour la Shoah.

Le musée national d’Auschwitz est resté autant que possible en dehors de ce débat, et a maintenu son statut international de site majeur de préservation et de recherche.

Cependant, le musée semble avoir politisé sa qualité de lieu de cérémonies de commémoration de la Shoah, puisque le gouvernement polonais sous la direction du parti Droit et Justice a effectivement désinvité le président russe Vladimir Poutine à ces cérémonies.

Ce sont pourtant les troupes russes qui ont libéré le camp d’Auschwitz, construit par l’Allemagne nazie en Pologne occupée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...