Un employé du bâtiment décède après une chute d’un échafaudage
Rechercher

Un employé du bâtiment décède après une chute d’un échafaudage

La mort a été prononcée sur le chantier, à Rishon Lezion ; ce décès porte à trois le nombre de victimes d'accident du travail en 2020

Illustration : un échafaudage à Tel Aviv, le 13 août 2019. (Crédit : Gili Yaari / Flash90)
Illustration : un échafaudage à Tel Aviv, le 13 août 2019. (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Un employé du bâtiment est décédé mercredi matin après être tombé d’un échafaudage dans la ville de Rishon LeZion au centre du pays.

Un secouriste du groupe Hatzalah a déclaré que l’ouvrier, âgé d’une trentaine d’années, a été déclaré mort sur le chantier de la rue Lehi.

« Quand nous sommes arrivés sur place, nous avons trouvé l’ouvrier souffrant d’un traumatisme complet après une chute de l’échafaudage en plein travail », a déclaré le service de secourisme Hatzalah.

« Malheureusement, son décès à été prononcé sur place en raison de la gravité des lésions subies. »

Ce décès est le troisième de l’année 2020 sur des chantiers.

Mardi, un gérant de l’usine Tempo à Migdal HaEmek a été tué après une chute de 7 mètres durant une procédure de nettoyage des tuyaux. La police a ouvert une enquête sur l’incident, en collaboration avec les ministères du Travail et des Affaires sociales.

La veille, un homme de 74 ans est tombé d’une échelle à Haïfa. Il a été transporté à l’hôpital Rambam, où son décès a été prononcé.

Les décès des ouvriers du bâtiment en Israël sont fréquents, en grande partie à cause de codes de sécurité mal ou pas appliqués, selon les critiques.

En juin 2019, les chiffres publiés en vertu des lois sur la liberté d’information ont montré que la police n’a ouvert des enquêtes criminelles que dans 25 % des accidents de travail qui ont entraîné des décès ou des blessures graves parmi les travailleurs entre 2016 et 2018.

Face à l’augmentation du nombre d’accidents sur les chantiers ces dernières années, la police a créé fin 2018 une unité spéciale appelée Peles – sous l’égide de son unité des crimes graves Lahav 433 – qui se consacre aux enquêtes sur les accidents de travail.

Cependant, Haaretz a rapporté en juin que l’unité n’avait ouvert des enquêtes que sur trois des 38 accidents du travail mortels survenus au cours des cinq premiers mois de 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...