Rechercher

Un Palestinien de 13 ans aurait été tué lors d’affrontements près de Naplouse

L'armée a rapporté que ses troupes avaient utilisé des mesures de contrôle des foules et des tirs à balles réelles ; Le Hamas a qualifié cette mort de "crime de guerre"

Mohammed Daadas, 13 ans, qui aurait été abattu par des soldats lors d'affrontements en Cisjordanie, le 5 novembre 2021. (Autorisation)
Mohammed Daadas, 13 ans, qui aurait été abattu par des soldats lors d'affrontements en Cisjordanie, le 5 novembre 2021. (Autorisation)

Un garçon palestinien de 13 ans a été tué par balle par les forces israéliennes près de Naplouse vendredi après-midi, selon des responsables de la santé de l’Autorité palestinienne.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, le garçon a été admis dans un hôpital de Naplouse avec des blessures par balle à l’estomac. Il est décédé malgré les efforts du personnel médical, a rapporté le ministère.

Les médias palestiniens ont identifié le jeune de 13 ans comme étant Muhammad Daadas. Des affrontements ont eu lieu entre les forces israéliennes et des Palestiniens dans le village de Deir al-Hatab, à l’est de Naplouse, avant la mort de Daadas.

L’armée israélienne a déclaré que ses forces avaient répondu à une émeute près de l’implantation israélienne voisine d’Alon Moreh.

« Pendant les troubles, des émeutiers ont jeté des pierres sur les soldats israéliens. Les troupes ont répondu avec des moyens de dispersion des émeutes et des tirs réels », a déclaré un porte-parole de l’armée.

Celle-ci a déclaré qu’elle « vérifiait » les informations faisant état d’une victime palestinienne.

Des manifestants palestiniens fuient les gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité israéliennes, lors d’une manifestation près de Naplouse en Cisjordanie, le 5 novembre 2021. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que 71 autres personnes avaient été blessées lors d’affrontements, la plupart souffrant des effets de l’inhalation de gaz lacrymogène.

Des articles de presse palestiniens ont indiqué que les manifestants protestaient contre les implantations israéliennes et que les troupes avaient utilisé du gaz lacrymogène, des grenades assourdissantes et des tirs à balles réelles afin de disperser les manifestations.

Deux autres Palestiniens ont été blessés vendredi lors d’affrontements à Beita, un autre village de Cisjordanie où les habitants protestent depuis des mois contre l’établissement d’un avant-poste illégal.

Le groupe terroriste du Hamas a rendu hommage au jeune de 13 ans, qualifiant sa mort de « crime de guerre ».

« Ce sang sera le carburant de la révolution de notre peuple, qui ne s’arrêtera pas tant qu’elle n’aura pas atteint ses objectifs », a déclaré Hazim Qasim, porte-parole du Hamas.

Ces affrontements sont survenus quelques jours après qu’Israël a annoncé aller de l’avant avec un projet de 3 000 logements supplémentaires pour les résidents juifs en Cisjordanie, malgré les critiques internationales. Israël a également annoncé des projets pour construire environ 1 300 maisons pour les Palestiniens en Cisjordanie.

Le projet de nouvelles implantations, premier du genre à être proposé depuis l’entrée en fonction du président américain Joe Biden, a suscité une condamnation générale de la communauté internationale. Beaucoup considèrent la construction israélienne en Cisjordanie comme un obstacle sérieux à l’établissement d’un État palestinien.

« Nous sommes profondément préoccupés par le projet du gouvernement israélien d’aller de l’avant avec des milliers d’unités d’implantation, dont beaucoup au cœur de la Cisjordanie », a déclaré mardi dernier Ned Price, porte-parole du département d’État.

Des manifestants palestiniens fuient les gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité israéliennes, lors d’une manifestation près de Naplouse en Cisjordanie, le 5 novembre 2021. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

La construction dans les implantations a également divisé la coalition diverse et fragile qui gouverne actuellement Israël. Le Premier ministre Naftali Bennett, ancien leader du mouvement d’implantations, est aux rênes du pouvoir avec le Parti travailliste, le Meretz (classés à gauche) et le parti arabe Raam, qui s’opposent tous fermement aux implantations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...