Rechercher

Une découverte israélienne pourrait faciliter le diagnostic de la fibromyalgie

Des scientifiques affirment que l'analyse du microbiote intestinal permet de détecter la douleur chronique, ouvrant ainsi la voie à un diagnostic objectif et à un traitement

Illustration : une femme souffrant de douleurs chroniques intenses (Crédit : Jelena Stanojkovic via iStock via Getty Images)
Illustration : une femme souffrant de douleurs chroniques intenses (Crédit : Jelena Stanojkovic via iStock via Getty Images)

Selon des scientifiques, une méthode de diagnostic de la fibromyalgie, maladie réputée difficile à diagnostiquer, pourrait voir le jour grâce à de nouvelles recherches israélo-canadiennes.

La fibromyalgie provoque des douleurs, de la fatigue, des troubles cognitifs et une multitude d’autres symptômes. L’Institut national d’assurance d’Israël considère la fibromyalgie – qui touche principalement les femmes – comme un handicap.

Actuellement, les médecins ne peuvent diagnostiquer la fibromyalgie que sur la base des symptômes. Ils posent de nombreuses questions aux patients et doivent éliminer de nombreuses autres pathologies, comme la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques, avant de poser un diagnostic.

De nombreux professionnels de santé sont impatients de disposer d’une méthode de diagnostic objective, à la fois pour des raisons pratiques et pour rabrouer ceux qui doutent de l’authenticité de la maladie.

Cette maladie « n’a pas de marqueurs biologiques clairs et suscite donc l’hostilité de certains membres de la communauté médicale », a déclaré en octobre au Times of Israel le professeur Dan Buskila, rhumatologue au centre médical universitaire Soroka de Beer Sheva et à l’université Ben Gurion, l’un des principaux chercheurs sur cette maladie.

Aujourd’hui, des chercheurs du campus de soins de santé Rambam à Haïfa et du Centre universitaire de santé McGill au Canada affirment avoir trouvé des marqueurs biologiques. Ils rapportent dans la revue à comité de lecture Pain qu’ils ont identifié des modèles dans l’intestin qui pourraient constituer la base d’une méthode objective pour diagnostiquer la fibromyalgie.

Ils ont construit un algorithme à des fins de recherche qui était capable d’utiliser les aperçus pour détecter la fibromyalgie, et espèrent éventuellement le développer en un outil pour les médecins.

L’équipe a d’abord démontré en 2019 que la fibromyalgie était liée à des altérations du microbiote intestinal. Maintenant, elle a documenté des changements précis du microbiote qui, selon elle, sont des signes révélateurs de la fibromyalgie.

Le docteur Amir Minerbi, de l’Institut de médecine de la douleur du Campus des soins de santé de Rambam. (Crédit : Rambam Health Care Campus).fibr

La plupart des changements affectent la bile, à savoir les acides qui contrôlent la prolifération des bactéries intestinales et protègent contre l’inflammation. Les personnes atteintes de fibromyalgie présentent des quantités et des espèces de bactéries intestinales métabolisant la bile différentes des autres, ainsi que des concentrations d’acides biliaires différentes dans le sang, a expliqué le Dr Amir Minerbi de l’Institut de médecine de la douleur de Rambam, un des auteurs de l’étude.

« Ces résultats sont surprenants et montrent un lien étroit entre la composition des bactéries intestinales, la concentration d’acides biliaires dans le sang et la gravité des symptômes chez les personnes atteintes de fibromyalgie », a déclaré le docteur Minerbi.

Il a précisé que l’idée selon laquelle les acides biliaires peuvent affecter les processus physiologiques n’est pas nouvelle et qu’elle a été étudiée en profondeur dans le cadre de nombreuses pathologies, dont la douleur viscérale. Toutefois, a-t-il ajouté, leur lien avec la fibromyalgie n’a guère retenu l’attention.

La première application de cette nouvelle recherche devrait être le diagnostic. Même dans cette phase précoce de la recherche, l’équipe de Minerbi a réussi à mettre au point un algorithme rudimentaire capable de diagnostiquer le syndrome avec un haut niveau de précision sur la base de la concentration d’acides biliaires dans le sang.

Illustration du microbiome humain.(Crédit : Design Cells via iStock by Getty Images)

« Les algorithmes d’apprentissage statistique pourraient détecter avec précision les individus atteints de fibromyalgie en utilisant la concentration de ces acides biliaires sérique », écrit l’équipe dans son étude.

« Les algorithmes d’apprentissage statistique pourraient détecter avec précision les individus atteints de fibromyalgie en se basant sur la concentration de ces acides biliaires sériques. » Elle espère maintenant travailler davantage sur ce sujet, en vue de produire un outil de diagnostic qui pourrait être largement utilisé dans les cliniques.

Minerbi a fait remarquer que la pertinence de la recherche va au-delà du diagnostic et pourrait éventuellement fournir une stratégie pour traiter la fibromyalgie, s’il est démontré que les schémas inhabituels dans les intestins des personnes touchées provoquent réellement la fibromyalgie. Si tel est le cas, on peut espérer que des thérapies visant à ajuster le microbiote puissent être utilisées comme traitement.

Le Dr Yoram Shir, l’un des co-auteurs de Minerbi à McGill, a déclaré que cette nouvelle recherche « nous rapproche de la mise au point d’un traitement efficace ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...