Rechercher

Une lettre d’Einstein sur l’antisémitisme aux États-Unis vendue aux enchères

Cette missive rare, écrite à la main et envoyée à un ami en 1936, explique que la haine anti-juive "est en ébullition" sous la surface dans le milieu universitaire

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Une lettre écrite à la main par le célèbre physicien Albert Einstein dans laquelle il évoque l'antisémitisme dans le milieu universitaire américain. (Crédit : Maison de vente aux enchères Kedem)
Une lettre écrite à la main par le célèbre physicien Albert Einstein dans laquelle il évoque l'antisémitisme dans le milieu universitaire américain. (Crédit : Maison de vente aux enchères Kedem)

Un courrier écrit à la main par l’éminent physicien Albert Einstein à un ami, dans lequel il évoque un antisémitisme qui s’est répandu, à ses yeux, dans le milieu universitaire américain, va être vendu aux enchères, a fait savoir la maison de vente aux enchères Kedem dans la journée de dimanche.

Einstein avait écrit cette lettre à un ami, le pianiste juif autrichien Bruno Eisner en 1936, alors que ce dernier réfléchissait à accepter un poste dans une université américaine. Eisner se trouvait à ce moment-là à New York, hébergé par un ami commun.

« Un degré effrayant d’antisémitisme existe ici et particulièrement dans le milieu universitaire (même s’il est aussi présent dans l’industrie et dans la banque) », avait écrit Einstein selon une traduction anglaise de la lettre qui a été fournie par le biais d’un communiqué de la maison de vente aux enchères.

« Souvenez-vous bien qu’il n’adopte jamais la forme d’un discours ou d’une action brutale, mais qu’il est en ébullition intense sous la surface », avait écrit Einstein. « C’est, si on peut le dire, un ennemi omniprésent, un ennemi qui est impossible à apercevoir, et dont il est possible de percevoir seulement la présence ».

Einstein note, dans sa missive, que son propre assistant a été dans l’obligation de quitter le pays et de prendre un poste en Russie en raison de la haine anti-juive dont il a été témoin aux États-Unis.

Einstein évoque aussi combien obtenir un emploi dans le milieu universitaire se base sur les relations.

« La désignation aux postes est complètement désorganisée et vous ne serez en mesure de trouver des fonctions vacantes que par le biais de vos relations personnelles », continue-t-il.

Une photo du célèbre physicien Albert Einstein. (AP Photo, File)

La lettre sera mise en vente dans la semaine au prix suggéré de 40 000 shekels.

Elle comprend aussi une évocation de l’épouse d’Einstein, Elsa, très malade à ce moment-là.

« Elle souffre énormément, elle est clouée au lit, elle a des difficultés à respirer, elle souffre de diabète », explique Einstein dans son courrier, rédigé trois mois avant le décès de sa femme.

Malgré le sombre portrait esquissé par Einstein, Eisner avait pu faire carrière en tant que pianiste concertiste et professeur de musique, enseignant dans des universités et dans des écoles de musique de tous les États-Unis. Il s’était éteint à New York en 1978, à l’âge de 94 ans.

Après être arrivés au pouvoir en 1933, les nazis avaient adopté des lois interdisant aux Juifs d’occuper des postes dans la fonction publique, y compris dans les universités.

Einstein, né en Allemagne, lauréat du prix Nobel en 1921 pour sa découverte de l’effet photo-électrique, était en train de donner un cycle de conférences à l’étranger quand Adolf Hitler était arrivé au pouvoir.

Il avait en conséquence choisi de rester aux États-Unis où il avait obtenu un poste à l’Institut d’études avancées de Princeton. Il est mort en 1955.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...