Une ménorah de 270 ans vendue 440 000 $ aux Pays-Bas
Rechercher

Une ménorah de 270 ans vendue 440 000 $ aux Pays-Bas

Un collectionneur juif anonyme a acheté le chandelier qui appartenait à la famille d’un résistant juif tué par les nazis

Une ménorah de 270 ans qui appartenait à la famille d'un résistant juif hollandais assassiné par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, a été vendue aux enchères aux Pays-Bas en novembre 2016. (Crédit : autorisation)
Une ménorah de 270 ans qui appartenait à la famille d'un résistant juif hollandais assassiné par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, a été vendue aux enchères aux Pays-Bas en novembre 2016. (Crédit : autorisation)

AMSTERDAM – Une ménorah de 270 ans est devenue l’objet le plus cher du genre à se vendre aux Pays-Bas dans l’histoire récente. Elle a atteint aux enchères 441 000 dollars.

La ménorah, qui appartenait à la famille d’un résistant juif hollandais tué par les nazis, a été vendue la semaine dernière par la maison Venduehuis der Notarissen, à La Haye, à un collectionneur juif anonyme, a annoncé la chaîne Omroep West.

Fabriquée à Amsterdam en 1747, la ménorah, qui appartenait autrefois à la collection de la famille de George Maduro, a déclenché une guerre des enchères qui a laissé de côté les acheteurs non préparés, selon la chaîne NOS.

« Nous avons commencé à 20 000 euros, mais la première enchère était déjà à 100 000 euros », a déclaré Peter Meefout, directeur de la maison d’enchères. « Elle est ensuite montée à 200 000 euros, et a continué à grimper. Nous avons regardé tout cela sidérés. »

L’objet en question avait été estimé entre 9 000 et 15 000 dollars. Des dizaines d’enchères se sont faites par téléphone pour la ménorah, ce qui a forcé la maison d’enchères à utiliser tous ses employés pour cette vente, a déclaré Meefout.

George Maduro, qui a pendant la Seconde Guerre mondiale aidé les pilotes britanniques coincés en Europe continentale à retourner en Angleterre, a rejoint la résistance quand les nazis ont envahi les Pays-Bas. Il a été arrêté et déporté au camp de concentration de Dachau, où il est mort trois mois avant la libération du camp.

Pour rendre hommage à leur fils unique, les parents de Maduro ont financé la construction de l’une des attractions touristes les plus célèbres du pays : la ville miniature Madurodam, qui a ouvert en 1952.

Selon Omroep West, il existe une seule pièce similaire à la ménorah de Maduro, qui appartient à la collection de la Maison royale hollandaise, et est actuellement exposée au musée d’histoire juive d’Amsterdam.

La ménorah a été l’objet le plus cher de la vente aux enchères de la collection d’argent et porcelaine de Rebecca D. Maduro, la mère de George Maduro. La maison Venduehuis der Notarissen a terminé cette vente vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...