Rechercher

Une mère arrêtée pour maltraitance sur sa fille gravement sous-alimentée

Le personnel de l'hôpital a eu des soupçons alors que l'enfant, en insuffisance pondérale, échouait à grossir ; la mère avait été surprise enlevant la sonde d'alimentation

Vue générale du Centre médical Ichilov à Tel Aviv, le 10 novembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Vue générale du Centre médical Ichilov à Tel Aviv, le 10 novembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Une femme d’une trentaine d’années a été arrêtée, soupçonnée de maltraitances à l’égard de sa fille de deux ans. L’enfant, souffrant d’insuffisance pondérale, avait été amenée dans un hôpital de Tel Aviv parce qu’elle souffrait de spasmes. Les médecins ont évoqué « l’un des pires cas de maltraitance » observées au cours de ces dernières années.

Selon des informations parues dans les médias israéliens, la fillette avait déjà été hospitalisée il y quelques semaines, mais les tentatives visant à la faire grossir avaient été infructueuses. Les personnels médicaux avaient alors commencé à surveiller la mère et cette dernière avait été surprise en train d’ôter la sonde naso-gastrique qui était utilisée pour alimenter l’enfant.

La police avait été avertie et des médicaments variés, apparemment donnés à l’enfant bien que ceux-ci étaient inadaptés, avaient été découverts chez elle.

« C’est le pire cas de maltraitance que nous avons connu ces dernières années », a commenté la docteure Ayelet Rimon, responsable des services d’urgence pédiatrique à Ichilov. « Le poids de cette enfant est celui d’un nouveau-né. Nous ignorons quelles en seront les conséquences sur sa santé future. »

La mère a été appréhendée mercredi et un juge a réclamé jeudi son maintien en détention pendant trois jours supplémentaires, dans le cadre de l’enquête.

Un responsable de la police a déclaré lors de l’audition judiciaire qu’il était possible que l’enfant soit victime d’un syndrome de Munchausen par procuration. Dans cette pathologie psychiatrique, une personne crée un problème médical ou l’apparence d’un problème médical chez une autre personne dans le but d’attirer l’attention.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...