Une statue du capitaine Alfred Dreyfus inaugurée à Tel-Aviv
Rechercher

Une statue du capitaine Alfred Dreyfus inaugurée à Tel-Aviv

"Moi qui suis Maire d’une Ville qui ne serait pas elle-même sans sa communauté juive : nous ne céderons pas, nous ne céderons jamais," a déclaré Anne Hidalgo

Sur cette photo prise lors de l'inauguration d'une copie de la statue "Hommage au capitaine Dreyfus" par le franco-polonais "Tim" (Louis Mitelberg) le 27 novembre 2018, l'arrière-petit-fils de Dreyfus, Charles Dreyfus, et son arrière-petite-fille Yael Perl Ruiz est accompagné du maire de Tel Aviv, Ron Huldai, de son homologue parisienne, Anne Hidalgo, et de l'ambassadrice de France en Israël, Helene Le Gal, qui assistent au dévoilement de la statue dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Sur cette photo prise lors de l'inauguration d'une copie de la statue "Hommage au capitaine Dreyfus" par le franco-polonais "Tim" (Louis Mitelberg) le 27 novembre 2018, l'arrière-petit-fils de Dreyfus, Charles Dreyfus, et son arrière-petite-fille Yael Perl Ruiz est accompagné du maire de Tel Aviv, Ron Huldai, de son homologue parisienne, Anne Hidalgo, et de l'ambassadrice de France en Israël, Helene Le Gal, qui assistent au dévoilement de la statue dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Une statue du capitaine Alfred Dreyfus, héros malheureux de « l’affaire Dreyfus » qui a profondément divisé la France à la fin du 19e siècle, a été inaugurée mardi à Tel-Aviv, en présence de deux de ses descendants.

La statue, offerte par la Ville de Paris est une réplique de celle réalisée par Louis Mitelberg, dit Tim et installée depuis 1994 place Pierre-Lafue, dans le 6e arrondissement.

L’inauguration s’est déroulée en présence d’une centaine de personnes dont le maire de Tel-Aviv Ron Huldaï et la maire de Paris Anne Hidalgo.

L’édile de Paris a écrit sur Twitter : « Je veux saluer Charles Dreyfus, le petit fils du Capitaine Dreyfus, et l’ensemble de ses descendants qui nous ont fait l’honneur d’être parmi nous aujourd’hui. Sans oublier HeleneLeGal, Ambassadrice de France, qui a contribué à la réussite de ce beau projet. Cette statue du Capitaine Dreyfus symbolise la lutte contre l’antisémitisme, une lutte commune à nos deux villes. Par cette inauguration, nous assurons la préservation et la transmission de la mémoire. Nous portons aussi un message d’ouverture et de tolérance. Patriote à la loyauté indéfectible, le Capitaine Dreyfus fut victime d’une injustice terrible mêlant antisémitisme et anti-républicanisme, sapant les fondements même de notre jeune République. L’Affaire Dreyfus est en cela constitutive de notre modernité républicaine. Réhabilité, Dreyfus incarne depuis lors « la patrie du droit et de la vérité », cette Patrie que la France doit rester et ces valeurs que je continue de faire vivre en tant que Maire de Paris. Cette histoire est notre Histoire. Mais elle appartient aussi aux Juifs du monde entier qui ont connu, connaissent ou connaîtront l’antisémitisme. Car cet antisémitisme, nous le savons, est loin d’avoir disparu de nos sociétés occidentales. Cet antisémitisme prend de nouveaux visages, de nouvelles voies. Il se déverse sur internet et sur les réseaux sociaux. Il profite de l’anonymat et d’un espace de liberté qui n’en est plus un si cette liberté est celle d’insulter, de dénigrer ou d’appeler à la haine. C’est pourquoi notre combat contre l’#antisémitisme aujourd’hui doit aussi passer par une lutte acharnée contre la violence des mots, qui ouvre la voie à la violence des gestes et des comportements. Je le dis solennellement, moi qui suis Maire d’une Ville qui ne serait pas elle-même sans sa communauté juive : nous ne céderons pas, nous ne céderons jamais. »

Les chiffres de l’antisémitisme en France ont révélé une forte hausse du fléau dans l’Hexagone.

Charles Dreyfus, petit-fils du capitaine, Yaël Perl Ruiz, son arrière-petite-fille et Martine le Blond-Zola, arrière petite-fille d’Emile Zola, l’un des défenseurs les plus connus de Dreyfus, étaient présents à cette cérémonie, organisée dans le cadre de la saison croisée France-Israël 2018, une série d’événements entre les deux pays.

« L’affaire Dreyfus fait partie de l’histoire de France mais fait également partie de celle du peuple juif donc il était aussi important qu’elle soit ici qu’à Paris », a affirmé à l’AFP M. Dreyfus, 91 ans, qui a confié être « très ému ».

Yaël Perl Ruiz, qui a lancé ce projet il y a quatre ans a confié avoir « constaté que cette affaire était assez peu connue des jeunes générations en Israël et il m’a semblé important (…) d’essayer de lui donner une véritable présence et de marquer cette présence dune manière pérenne ».

Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900 (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)

Alfred Dreyfus (1859-1935), officier français d’ascendance juive alsacienne, fut victime d’une erreur judiciaire à l’origine d’une crise politique majeure au début de la IIIe République, « l’affaire Dreyfus », qui divisa l’opinion française en deux clans ennemis.

Condamné à la dégradation et à la déportation à vie, il avait ensuite été gracié et rétabli dans son grade, après la découverte d’un faux qui avait joué un rôle capital dans son arrestation.

La statue en bronze du sculpteur Tim, commande du ministère de la Culture français, a été inaugurée en 1988 au Jardin des Tuileries avant d’être transférée dans son lieu actuel en 1994.

Elle représente Alfred Dreyfus, en pied, tenant son sabre brisé après la cérémonie d’humiliation du 5 janvier 1895.

La copie a été installée dans le centre de Tel-Aviv, au 14 rue Ahad A, près de la plus ancienne maison de la ville.

Sur cette photo prise lors de l’inauguration d’une copie de la statue « Hommage au capitaine Dreyfus » par le franco-polonais « Tim » (Louis Mitelberg) le 27 novembre 2018, l’arrière-petit-fils de Dreyfus, Charles Dreyfus (C-D), L’arrière-petite-fille Yael Perl Ruiz (3e-D) est accompagnée du maire de Tel-Aviv, Ron Huldai (4e-G), de son homologue parisienne Anne Hidalgo (2e-D) et de l’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal (C), une cérémonie officielle dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...