Rechercher

Vel d’Hiv : Macron prononcera un « discours offensif » contre l’antisémitisme dimanche

L'allocution aura lieu sur le site de l'ancienne gare de Pithiviers, second lieu de déportation en France après Drancy près de Paris, où un mémorial sera inauguré

Le président français Emmanuel Macron pendant la cérémonie de commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél' d'Hiv', à Paris, le 16 juillet 2017. (Crédit : Kamil ZihnIoglu/AFP/Getty Images)
Le président français Emmanuel Macron pendant la cérémonie de commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél' d'Hiv', à Paris, le 16 juillet 2017. (Crédit : Kamil ZihnIoglu/AFP/Getty Images)

Le président Emmanuel Macron prononcera dimanche un « discours offensif » contre l’antisémitisme et le « révisionnisme historique » lors de la commémoration du 80e anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv, a annoncé mercredi l’Elysée.

Il le tiendra dans l’après-midi sur le site de l’ancienne gare de Pithiviers (Loiret), second lieu de déportation en France après Drancy près de Paris, où un mémorial sera inauguré dimanche.

« L’antisémitisme rôde encore et parfois de manière insidieuse et c’est très préoccupant », a déclaré un conseiller de l’Elysée. « Un nouveau type de révisionnisme historique est apparu », notamment sur le rôle du maréchal Pétain, a-t-il noté, ajoutant que le « combat » doit « de nouveau être mené ».

Après cinquante ans de silence des autorités françaises, le président Jacques Chirac avait reconnu en 1995 la responsabilité de la France dans la Rafle du Vel d’Hiv, dans un discours resté gravé dans les mémoires. « La France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable », avait-il déclaré.

Détail d’une photo de la gare de Bobigny à Paris, point de transport de Drancy à Auschwitz, 2016. (Crédit : Marc Wilson)

Vingt-sept ans plus tard, « la France a changé », a relevé l’Elysée. « Hélas, la société française n’en a pas fini avec l’antisémitisme », a martelé le conseiller en rappelant les attentats visant des juifs et la « banalisation de débats » autour du régime collaborationniste de Vichy.

Le candidat juif d’extrême droite à l’élection présidentielle Eric Zemmour (Reconquête!) a notamment soutenu que le maréchal Pétain avait « sauvé » des juifs français durant la Seconde Guerre mondiale

« Le sens de cette commémoration, c’est de se dire que le combat continue et que le président Macron continuera de suivre le chemin que le président Chirac avait tracé », a dit le conseiller.

« C’est un discours qui sera offensif sur le sujet compte tenu de ce que nous impose l’actualité depuis plusieurs années », a-t-il dit. Le chef de l’Etat va « rappeler ce qui nous menace en tant que société et ce qui nous protège aussi ».

La gare de Pithiviers, en France, qui sera transformée en mémorial à la mémoire des Juifs déportés pendant la Seconde Guerre mondiale. (Crédit : Wikipedia Commons)

Le discours devrait durer une vingtaine de minutes. Des rescapés de la Rafle du Vel d’Hiv seront présents. Des élus d’extrême droite du Rassemblement national de Marine Le Pen ont aussi été invités, par tradition républicaine, a détaillé l’Elysée, sans préciser s’ils seraient présents.

La traditionnelle cérémonie sur le site de l’ancien Vélodrome d’Hiver, un stade de Paris, aura lieu le matin en présence de la Première ministre Elisabeth Borne.

Près de 13 000 juifs, en majorité des femmes et des enfants, furent arrêtés par la police française à Paris et dans sa proche banlieue les 16 et 17 juillet 1942 et internés au Vel d’Hiv dans des conditions terribles avant d’être déportés vers des camps d’extermination. Huit convois, emportant 8 400 déportés, partirent de la gare de Pithiviers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...