Rechercher

Violences de résidents d’implantations après la démolition d’un avant-poste

Les affrontements ont eu lieu à Kumi Ori, près de Yitzhar ; les émeutiers ont lancé des pierres et brûlé des pneus, selon la police ; 3 policiers et plusieurs jeunes blessés

Forces de sécurité à l'avant-poste de Kumi Ori dans le nord de la Cisjordanie, le 31 décembre 2021 (capture d'écran vidéo)
Forces de sécurité à l'avant-poste de Kumi Ori dans le nord de la Cisjordanie, le 31 décembre 2021 (capture d'écran vidéo)

Vendredi, des habitants d’implantations se sont révoltés face à la démolition d’un bâtiment construit illégalement dans un avant-poste de Cisjordanie. Les évènements ont blessé trois agents, a rapporté la police. Plusieurs habitants d’implantations ont aussi été blessés.

Les forces de sécurité sont arrivées à Kumi Ori, un avant-poste illégal près d’Yitzhar dans le nord de la Cisjordanie, pour abattre un campement érigé ces derniers jours.

« Les forces ont rencontré des dizaines d’émeutiers qui ont lancé des pierres sur les forces et leurs véhicules, ont bloqué les routes en brûlant des pneus et ont même jeté des pneus en feu sur les agents », a rapporté la police dans un communiqué.

Trois policiers ont été légèrement blessés. Les agents ont utilisé des mesures de dispersion contre les émeutiers, a ajouté la police. Plusieurs véhicules de service de la police ont également été endommagés.

Plusieurs jeunes d’implantations ont été blessés. Des photos sur les réseaux sociaux montraient des blessures qui semblaient avoir été causées par des balles en caoutchouc.

Le Magen David Adom a déclaré que les ambulanciers avaient soigné un homme d’une vingtaine d’années légèrement blessé lors de l’émeute. Il a été emmené à l’hôpital. Selon des témoins, il a été touché à la poitrine par une balle en caoutchouc.

Le chef du Parti sioniste religieux (extrême droite) a fustigé la police pour avoir traité les résidents d’implantations « comme s’ils étaient des ennemis », ajoutant : « Nous n’oublierons pas et nous ne pardonnerons pas. »

Les forces de sécurité ont finalement démoli la structure.

Yitzhar et les avant-postes illégaux environnants ont été le théâtre d’affrontements fréquents entre les forces de sécurité et les Israéliens qui s’y sont établis.

Une zone militaire fermée a été mise en place il y a deux ans, à la suite d’une série d’attaques violentes contre des Palestiniens et des policiers perpétrées par des jeunes d’implantations de la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...