Washington veut « reconstruire » sa relation avec les Palestiniens
Rechercher

Washington veut « reconstruire » sa relation avec les Palestiniens

Comment ? En avançant "sur le processus de réouverture du consulat à Jérusalem" et en donnant de l'argent à l'UNRWA

Le secrétaire d'État Antony Blinken (à gauche) s'entretient avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas le 25 mai 2021, à Ramallah, en Cisjordanie. (Crédit : Alex Brandon / POOL / AFP)
Le secrétaire d'État Antony Blinken (à gauche) s'entretient avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas le 25 mai 2021, à Ramallah, en Cisjordanie. (Crédit : Alex Brandon / POOL / AFP)

Les Etats-Unis veulent « reconstruire » leur relation avec les Palestiniens, rompue sous l’administration Trump, ce qui se traduit par un projet de réouverture de leur consulat de Jérusalem et le déblocage d’une aide d’urgence pour Gaza, a annoncé mardi le secrétaire d’Etat Antony Blinken à Ramallah.

« Comme je l’ai dit au président (Mahmoud Abbas), je suis ici pour souligner l’engagement des Etats-Unis à reconstruire la relation avec l’Autorité palestinienne et le peuple palestinien, une relation fondée sur le respect mutuel », a assuré M. Blinken à l’issue d’un entretien avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

Antony Blinken a ainsi annoncé la volonté des Etats-Unis d' »avancer sur le processus de réouverture du consulat à Jérusalem » qui s’occupait des affaires palestiniennes et qui avait été fermé en 2019 par l’administration Trump, malgré la réprobation internationale.

Sur le front de l’aide financière américaine, l’administration Biden va demander au Congrès américain de débloquer 75 millions de dollars (environ 61 millions d’euros) à destination des Palestiniens, après le dernier cycle de violences dans les Territoires palestiniens, a déclaré M. Blinken.

Washington souhaite, en plus de cette aide destinée au développement économique, allouer 5,5 millions de dollars (4,4 millions d’euros) d’aide urgente à la bande de Gaza, après 11 jours de guerre entre le groupe terroriste palestinien du Hamas de facto au pouvoir et Israël, et 32 millions de dollars (26 millions d’euros) à l’Agence controversée de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), a t-il précisé.

L’administration Trump avait mis fin à son financement à l’Unrwa, fermé le bureau de la représentation palestinienne à Washington et fermé son consulat général à Jérusalem, qui faisait office d’ambassade de facto auprès des Palestiniens.

Lors d’une déclaration commune, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a remercié l’administration américaine pour son soutien au peuple palestinien et à l’Unrwa et réaffirmé son « attachement à la résistance pacifique et populaire » et le « rejet de la violence et du terrorisme sous toutes leurs formes ».

Il a également ajouté être « prêt à travailler directement pour aider à la reconstruction de Gaza et former un gouvernement d’union nationale qui représente toutes les parties », dont le Hamas, à condition que le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza « se conforme au droit international ». L’Autorité palestinienne a été chassée de la bande de Gaza par le Hamas en 2007.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a enfin déclaré que l’administration Biden allait travailler avec la communauté internationale pour fournir 1,5 million de vaccins contre le coronavirus aux Palestiniens.

Les Palestiniens n’ont pas encore mené de campagne de vaccination à grande échelle. Jusqu’à présent, seuls 11 % des Palestiniens de Cisjordanie et 2 % des habitants de Gaza ont reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...