Wikileaks publie, puis supprime des tweets antisémites
Rechercher

Wikileaks publie, puis supprime des tweets antisémites

Selon le fil Twitter du groupe, « la plupart de nos critiques » sont des « arrivistes clanistes de l’establishment »

Julian Assange (Crédit : capture d'écran YouTube)
Julian Assange (Crédit : capture d'écran YouTube)

WikiLeaks a enlevé des tweets qui suggéraient que certains de ses critiques étaient des « clanistes » juifs « arrivistes de l’establishment ».

Le compte, censé être dirigé par le fondateur de Wikileaks Julian Assange, répondait aux tweets en lien avec sa publication massive de fuites du Parti démocratique avec la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine est censé soutenir le candidat du Parti républicain Donald Trump, et il est prouvé que le piratage dans le Comité national démocrate a été menée par les Russes.

« Un symbole tribaliste pour les arrivistes de l’establishment ? », a déclaré un tweet de Wikileaks, samedi. « La plupart de nos critiques ont 3 (((parenthèses autour de leurs noms))) et ont des lunettes cerclées de noir. Bizarre ».

La triple parenthèse, à l’origine utilisés par les utilisateurs de médias sociaux antisémites pour désigner les juifs, a été adoptée par les utilisateurs de médias sociaux juifs.

Dans un autre tweet, Wikileaks se demande si le symbole « a été re-re-orienté pour être maintenant un désignateur claniste pour les arrivistes de l’establishment ».

Wikileaks s’est retrouvé sous les critiques des médias sociaux pour ces tweets et le compte les a enlevés tout en continuant à les défendre.

Un tweet ultérieur du compte suggérait que celui qui le gère cherchait à faire remarquer les « néo-libéraux » qui s’approprient un symbole anti-raciste. L’expression « néo-libéraux » est utilisée de manière péjorative par l’extrême gauche pour les libéraux qui embrassent l’interventionnisme étranger.

Assange de Wikileaks a été lié au négationniste Israël Shamir, dont on a dit qu’il gérait les liens du groupe en Russie et dans l’ancienne sphère soviétique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...