Zarif invoque la Shoah pour défendre un programme de missiles
Rechercher

Zarif invoque la Shoah pour défendre un programme de missiles

Alors que le pays fait face à des menaces terroristes constantes et que l'approvisionnement en matériel militaire depuis l'étranger est quasi impossible, un tel développement s'avère indispensable d'après le ministre des Affaires étrangères

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)

Dans un article d’opinion du Washington Post, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, défend le programme de développement de missiles de son pays en utilisant le slogan de commémoration de l’Holocauste « Plus jamais ça ».

Zarif pointe du doigt les huit années de guerre de l’Iran avec l’Irak et menace d’entreprendre des actions militaires contre le programme nucléaire du pays comme preuve de la raison pour laquelle Téhéran développe des missiles en dépit de la large condamnation de l’Occident.

« Ayant écouté le mantra obsolète américain, « toutes les options sont sur la table » depuis 37 ans, notre peuple comprend que nous devons être prêts à empêcher cette menace illégale et absurde de devenir réalité », a-t-il écrit. « Les mots ‘Plus jamais ça’ résonnent avec les Iraniens également.

« C’est dans ce contexte que nous développons et testons nos capacités défensives propres. Nous n’avons pas d’autre choix, alors que nous continuons à faire face à des obstacles majeurs pour nous fournir en matériel militaire depuis l’étranger afin de satisfaire à nos besoins, alors même que nos voisins se procurent ce matériel dans des quantités difficiles à croire », a-t-il déclaré, faisant apparemment référence à Israël et aux Etats du Golf.

Les Etats-Unis et d’autres pays ont cherché à punir l’Iran au cours des dernières semaines au sujet de ses essais de missiles balistiques du mois dernier qui, disent-ils, a violé une convention des Nations unies liées à l’accord nucléaire. L’Iran affirme que les essais sont autorisés en vertu de l’interdiction de l’ONU, qui ne couvre que le développement des missiles qui peuvent transporter des armes nucléaires.

Cet article, qui critique aussi visiblement l’Arabie Saoudite, a été publié alors que Barack Obama est en Arabie saoudite pour discuter des menaces régionales ainsi que celle de l’Iran, au milieu d’une rivalité de plus en plus importante entre Ryad et Téhéran.

« Après avoir passé une quantité phénoménale des pétrodollars de leurs peuples dans l’accumulation d’armes, ces acteurs voient maintenant leurs fortunes, au sens littéral comme politique, chuter au même rythme que les prix du pétrole. Pendant ce temps, les âmes perdues extrémistes qu’ils ont créées ne terrorisent plus seulement les autres dans la région et le reste du monde, mais se mettent également à mordre la main même de celui qui les alimente », exprime-t-il, se référant de toute évidence au groupe terroriste Etat islamique.

« Curieusement, au milieu de ces développements inquiétants – y compris avec les récentes tragédies à Paris et à Bruxelles – l’Occident ne semble pas vouloir s’unir pour éradiquer l’extrémisme militant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...