17 arrestations d’ultra-orthodoxes par la police pour violation du confinement
Rechercher

17 arrestations d’ultra-orthodoxes par la police pour violation du confinement

Officier blessé à la tête par un jet de pierre sur son véhicule; canon à eau pour disperser la foule alors que la police ferme une école à Jérusalem avec des dizaines de personnes

Capture d'écran d'une vidéo où la police utilise un canon à eau pour disperser les manifestants contre l'application d'un confinement national en raison de l'épidémie de coronavirus, à Jérusalem, le 20 janvier 2021. (Kikar Shabbat)
Capture d'écran d'une vidéo où la police utilise un canon à eau pour disperser les manifestants contre l'application d'un confinement national en raison de l'épidémie de coronavirus, à Jérusalem, le 20 janvier 2021. (Kikar Shabbat)

Au moins 17 personnes auraient été arrêtées mercredi alors que la police s’efforçait de faire respecter un confinement national dans un quartier de Jérusalem où une école fonctionnait en violation des restrictions.

C’est le dernier en date des incidents récents presque quotidiens au cours desquels la police a dû faire face à une violente résistance à l’application du confinement. La police a récemment intensifié sa répression contre les communautés ultra-orthodoxes suite à des articles de presse faisant état d’une application limitée de la loi.

Un policier a été blessé à la tête par une pierre jetée dans sa direction. La pierre a brisé la vitre d’une voiture de patrouille alors que les policiers arrivaient devant une école primaire gérée par la communauté hassidique Satmar dans le quartier d’Ezrat Torah de la capitale, a déclaré la police dans un communiqué.

L’officier a dû recevoir des soins médicaux, a déclaré la police dans un communiqué.

La police s’est heurtée aux manifestants dans les rues à l’extérieur du bâtiment et a fait intervenir un camion-canon à eau pour disperser la foule.

À l’intérieur du bâtiment, des dizaines d’étudiants continuaient à étudier malgré la fermeture obligatoire de tout le système éducatif du pays, à l’exception des établissements spécialisés. Les médias israéliens ont rapporté que la police a réussi à faire évacuer le bâtiment et à verrouiller les portes.

Après le départ de la police, les étudiants et les professeurs ont dansé dans les rues et ont prévu de revenir plus tard, a rapporté le site web Walla.

Le radiodiffuseur public Kan a rapporté que 17 personnes ont été arrêtées lors des affrontements.

La vitre brisée d’une voiture de police causée par une pierre jetée sur le véhicule lors des manifestations contre l’application d’un confinement national en raison de l’épidémie de coronavirus, à Jérusalem, le 20 janvier 2021. (Police israélienne)

Satmar, une obédience anti-sioniste, n’accepte pas de financement public pour ses institutions.

La police a également déclaré avoir fait une descente dans une synagogue de l’implantation ultra-orthodoxe de Beitar Illit et avoir infligé une amende à des dizaines de personnes qui s’y trouvaient. En vertu des règles de confinement, pas plus de cinq personnes sont autorisées à se rassembler à l’intérieur et pas plus de dix à l’extérieur.

Les affrontements de mercredi ont fait suite aux violences de la veille. La police a fermé une yeshiva dans le quartier ultra-orthodoxe de Sanhedria à Jérusalem, arrêtant 20 personnes lors des échauffourées de rue contre cette mesure, et a fermé une autre yeshiva dans la ville majoritairement ultra-orthodoxe de Bnei Brak.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...