Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Le Dôme de Fer intercepte une roquette tirée de Gaza vers Ashkelon, après 8 roquettes sur Ashdod

500 membres du Hamas et du Jihad islamique capturés à l’hôpital Shifa de Gaza - armée : Le Hezbollah annonce la mort d'un de ses membres ; Le Conseil de sécurité de l'ONU va voter une nouvelle résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et à la libération des otages

Les troupes israéliennes opèrent à Gaza, dans une image non datée autorisée à la  publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes israéliennes opèrent à Gaza, dans une image non datée autorisée à la publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le Royaume-Uni largue 10 tonnes de nourriture à Gaza

L'aide humanitaire larguée au-dessus de Gaza par un avion A400M de la RAF, sur une photo prise et diffusée par le ministère britannique de la Défense (MOD) le 25 mars 2024. (Crédit : CROWN COPYRIGHT 2024/MOD/AS1 LEAH JONES/RAF/AFP)
L'aide humanitaire larguée au-dessus de Gaza par un avion A400M de la RAF, sur une photo prise et diffusée par le ministère britannique de la Défense (MOD) le 25 mars 2024. (Crédit : CROWN COPYRIGHT 2024/MOD/AS1 LEAH JONES/RAF/AFP)

La Royal Air Force britannique a largué plus de 10 tonnes de nourriture à Gaza pour la première fois lundi, a déclaré le ministère britannique de la Défense dans un communiqué.

« L’aide, composée d’eau, de riz, d’huile de cuisine, de farine, de conserves et de lait maternel, viendra en aide à la population de Gaza », a précisé le ministère.

Trois roquettes tirées de Gaza vers Sderot interceptées ; les sirènes retentissent dans le sud de la ville

Trois roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur la ville de Sderot, dans le sud du pays, il y a peu.

Toutes les trois ont été interceptées par les défenses aériennes, selon l’armée israélienne.

Les sirènes ont retenti à Sderot et dans les communautés voisines.

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont lancé plus d’une douzaine de roquettes sur le sud d’Israël lundi.

Ambassade d’Israël à Amman : 2e jour de heurts entre manifestants et police jordanienne

La police jordanienne se heurte à des manifestants pro-palestiniens à Amman pour le deuxième jour consécutif, à proximité de l’ambassade d’Israël, selon des informations non vérifiées sur les réseaux sociaux.

Des vidéos mises en ligne montrent des policiers dispersant des foules de manifestants.

D’autres images semblent montrer une grande foule de manifestants pro-palestiniens marchant en direction de l’ambassade d’Israël.

Dimanche, la police anti-émeute jordanienne a tiré des gaz lacrymogènes pour repousser des centaines de manifestants qui se dirigeaient vers l’ambassade d’Israël à Amman pour protester contre la guerre à Gaza.

L’ambassade d’Israël, où les manifestants se rassemblent quotidiennement, est depuis longtemps un point de convergence des protestations anti-Israël lors des périodes de troubles à Gaza et en Cisjordanie. L’ambassadeur israélien Amir Weissbrod demeure en Israël depuis qu’il a quitté le pays pour des raisons de sécurité à la suite du massacre barbare perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dernier.

Tsahal : Un avion de chasse frappe un bâtiment du Hezbollah au sud-Liban

L’armée israélienne déclare qu’un avion de chasse a effectué une frappe aérienne sur un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, à Mays al-Jabal, il y a peu.

Dans un autre incident, Tsahal indique qu’un drone a repéré des terroristes du Hezbollah dans un poste à Abou Chach, et a ordonné à un avion de chasse de le frapper.

L’armée israélienne a également bombardé à l’artillerie des positions de lancement de roquettes et de missiles dans le sud du Liban, à la suite d’attaques contre le nord d’Israël tout au long de la journée.

Tsahal frappe les lance-roquettes du Hamas utilisés lors de la dernière salve tirée sur Ashdod

L’armée israélienne déclare avoir frappé une position de lancement de roquettes du groupe terroriste palestinien du Hamas utilisée dans une salve de roquettes lancée plus tôt dans la journée sur la ville côtière d’Ashdod.

Les lance-roquettes, selon Tsahal, étaient situés à côté d’un abri civil dans le centre de Gaza, à Deir al-Balah.

Huit roquettes ont été tirées lors de l’attaque sur Ashdod, deux ayant été interceptées par le système de défense anti-missile Dôme de fer et les autres ayant frappé des zones ouvertes.

Le Hamas a revendiqué l’attaque, la première sur Ashdod depuis plus de deux mois.

« Les tirs ont été effectués depuis une zone humanitaire dans la région de Deir al-Balah […] où résidait une population civile », explique Tsahal.

Des avions de chasse ont frappé les lance-roquettes peu de temps après l’attaque, précise Tsahal, ajoutant que des explosions secondaires observées après la frappe indiquaient la présence d’armes supplémentaires dans la zone.

« L’attaque a été menée avec précision tout en évitant de blesser les civils qui avaient évacué la zone avant l’attaque », déclare l’armée.

Tsahal estime que ce tir de roquettes est « une nouvelle preuve de l’exploitation cynique des infrastructures civiles par le Hamas, qui place ses moyens dans des zones civiles et les utilise comme boucliers humains ».

CENTCOM : 46 000 repas largués dans le nord de Gaza aujourd’hui

Des personnes faisant la navette le long de la route côtière, alors que de l'aide humanitaire est larguée sur la bande de Gaza, à l'ouest de Gaza City, le 25 mars 2024. (Crédit : AFP)
Des personnes faisant la navette le long de la route côtière, alors que de l'aide humanitaire est larguée sur la bande de Gaza, à l'ouest de Gaza City, le 25 mars 2024. (Crédit : AFP)

Les États-Unis ont largué 46 000 repas dans le nord de la bande de Gaza plus tôt dans la journée, indique le CENTCOM (Commandement central des États-Unis).

« Les largages humanitaires du ministère de la Défense contribuent aux efforts déployés par les États-Unis et les gouvernements des pays partenaires pour soulager les souffrances humaines. Ces largages font partie d’un effort soutenu, et nous continuons à planifier des livraisons aériennes de suivi », explique le CENTCOM.

Quelque 250 000 à 300 000 Palestiniens vivraient dans cette partie de la bande de Gaza, malgré une directive de l’armée israélienne demandant aux civils d’évacuer les lieux au début de la guerre.

La région est en grande partie isolée afin d’éviter une résurgence du groupe terroriste palestinien du Hamas dans les zones déjà expurgées par l’armée.

Le centre de l’opération humanitaire étant situé dans la ville frontalière de Rafah, au sud de Gaza, où se réfugient la plupart des deux millions de civils de la bande de Gaza, les habitants du nord ont un accès extrêmement limité à l’aide depuis des mois.

Le Dôme de Fer intercepte une roquette tirée de Gaza vers Ashkelon ; aucun blessé

Une roquette a été tirée de la bande de Gaza en direction d’Ashkelon il y a peu, déclenchant des sirènes dans la zone industrielle sud de la ville côtière et dans la communauté voisine de Zikim.

Selon l’armée israélienne, la roquette a été interceptée par le système de défense anti-aérienne Dôme de Fer.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Liban : un responsable du Hamas a échappé à une attaque israélienne

Des soldats libanais bouclant le site d'une attaque présumée de drone israélien visant un véhicule dans la ville de Souairi, dans l'ouest de la vallée de la Bekaa, au centre du Liban, le 24 mars 2024. (Crédit : Hassan Jarrah/AFP)
Des soldats libanais bouclant le site d'une attaque présumée de drone israélien visant un véhicule dans la ville de Souairi, dans l'ouest de la vallée de la Bekaa, au centre du Liban, le 24 mars 2024. (Crédit : Hassan Jarrah/AFP)

Un responsable du Hamas palestinien a échappé à une attaque de drone israélien qui le visait dimanche dans l’est du Liban, a indiqué une source de sécurité libanaise lundi à l’AFP.

Un civil syrien, au volant d’un véhicule utilitaire, avait été tué dans la frappe sur la région de Souairi, dans la plaine de la Békaa, selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle libanaise).

La frappe sur Souairi était la première depuis le début des violences à viser cette région, proche de cinq kilomètres de la frontière du Liban avec la Syrie.

Le civil syrien tué livrait des marchandises pour le compte d’un supermarché de la région, selon l’ANI.

D’après la source de sécurité, la frappe de drone visait en fait un responsable du Hamas au Liban, qu’elle n’a pas nommé, qui passait sur la même route et a échappé au raid.

Netanyahu et Gantz en désaccord sur l’annulation du voyage à Washington

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz assistant à une conférence de presse à la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Abir Sultan/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz assistant à une conférence de presse à la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Abir Sultan/AFP)

Une querelle publique a éclaté entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre du cabinet de guerre – et ancien rival politique – Benny Gantz, suite à la décision du Premier ministre d’annuler un voyage de ses principaux collaborateurs à Washington, après que l’administration Biden a refusé d’opposer son veto à une résolution problématique du Conseil de sécurité de l’ONU.

Gantz a affirmé que non seulement la délégation devrait se rendre aux Etats-Unis, mais qu’il aurait été bon que le Premier ministre s’y rende lui-même et qu’il ait un dialogue direct avec le président Joe Biden et les hauts fonctionnaires.

Netanyahu a répondu dans une déclaration dans laquelle il a critiqué Gantz pour avoir suggéré ce voyage, en particulier après que le groupe terroriste palestinien du Hamas a fait l’éloge du vote du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu sans le conditionner à la libération des otages.

« Le Premier ministre Netanyahu a rejeté la suggestion », indique son bureau.

Un soldat vu sur une caméra de sécurité giflant un garçon palestinien sera sanctionné – Tsahal

L’armée israélienne déclare que les images de la caméra de vidéosurveillance diffusées par les médias palestiniens montrant un soldat en train de retirer le tee-shirt d’un garçon palestinien et de le gifler constituent un « incident très grave ».

L’incident, qui s’est produit dans un magasin de la ville de Hébron, en Cisjordanie, « est contraire aux valeurs et aux protocoles de Tsahal », déclare l’armée.

Le soldat devrait faire l’objet de mesures disciplinaires.

Tsahal abat des dizaines de terroristes dans un quartier de Khan Younès lors d’un nouveau raid

Des troupes opérant à Gaza, sur une image non datée diffusée pour publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes opérant à Gaza, sur une image non datée diffusée pour publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes des commandos Maglan et Egoz, ainsi que d’autres unités, ont tué des dizaines de terroristes armés au cours d’une nouvelle opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le quartier d’al-Amal, à Khan Younès.

Le raid, qui a débuté dimanche, est mené par la Brigade Commando, l’unité de reconnaissance de la Brigade des Parachutistes et le 77ème Bataillon de la 7ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé.

Tsahal affirme disposer de « renseignements précis » indiquant que des terroristes du Hamas utilisent des infrastructures civiles, notamment des hôpitaux, dans le quartier d’al-Amal pour des activités terroristes. Les troupes ont également saisi une grande quantité d’armes et localisé des sites du Hamas dans la région.

Dans le même temps, l’armée publie de nouveaux détails sur son opération de 10 jours dans le complexe résidentiel de Hamad Town, dans le sud de Gaza, à Khan Younès, qui s’est achevée la semaine dernière et au cours de laquelle Tsahal a appréhendé quelque 300 terroristes et tué une centaine d’autres.

Ce raid a également été mené par les commandos Maglan et Egoz, ainsi que par d’autres unités.

Les commandos ont investi des bâtiments à plusieurs étages dans le quartier financé par le Qatar, où, selon Tsahal, il y avait des infrastructures du Hamas. Lors du raid à Hamad, les troupes ont également trouvé l’arme du colonel Jonathan Steinberg, le commandant de la Brigade Nahal qui a été tué lors de l’assaut du 7 octobre.

À VOIR : Frappe de drone de Tsahal sur deux terroristes du Hezbollah au sud-Liban

L’armée israélienne déclare avoir effectué une attaque de drone contre deux éléments du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans la région de Mays al-Jabal, dans le sud du Liban, il y a peu.

Tsahal diffuse des images de l’attaque.

Le commandant de la 5e flotte US se rend en Israël pour préparer le largage de l’aide à Gaza

Alors que les Etats-Unis se préparent à construire une jetée sur la côte nord de Gaza, le commandant de la cinquième flotte américaine, le vice-amiral George Wikoff, est attendu en Israël demain pour rencontrer le vice-amiral David Saar Salama, commandant de la marine, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

L’aide humanitaire devrait être débarquée sur la côte de Gaza la semaine prochaine, selon le responsable israélien, qui n’a pas voulu préciser quel pays l’acheminerait.

22 camions d’aide se sont dirigés vers le nord de Gaza cette nuit ; certains ont été pillés – COGAT

Des Palestiniens attendant la distribution de l'aide humanitaire, à Gaza City, le 17 mars 2024. (Crédit : AFP)
Des Palestiniens attendant la distribution de l'aide humanitaire, à Gaza City, le 17 mars 2024. (Crédit : AFP)

Quelque 22 camions transportant de l’aide humanitaire ont pénétré dans le nord de la bande de Gaza pendant la nuit, selon les chiffres du Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) consultés par le Times of Israel.

Certains des camions ont été pillés.

Au total, quelque 103 camions transportant 2 050 tonnes d’aide sont entrés dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures, 81 d’entre eux transportant de la nourriture.

Vingt des camions transportaient des matériaux pour la construction d’abris et deux de l’aide médicale.

Trois citernes de carburant et quatre citernes de gaz de cuisine ont également été envoyées.

À ce stade de la guerre, 18 500 camions d’aide ont été envoyés dans la bande de Gaza, transportant 345 740 tonnes. Quelque 1 666 de ces camions transportaient de l’aide médicale, 11 252 de la nourriture et 1 389 de l’eau. En outre, 200 citernes de carburant et 385 citernes de gaz de cuisine ont été envoyées.

Tsahal : Une cache d’armes découverte au centre d’IRM de l’hôpital Al-Shifa

Tsahal a annoncé que des troupes de l’unité de reconnaissance de la brigade Nahal avaient détecté une cache d’armes dans le centre d’IRM de l’hôpital Al-Shifa, au cours de l’opération militaire en cours contre le Hamas dans l’hôpital, le plus grand de la bande de Gaza.

Selon Tsahal, des mortiers, des grenades, des armes à feu et des munitions ont été trouvés cachés dans le bâtiment, dont certains sous les planchers et dans les faux plafonds.

L’armée israélienne a indiqué que plusieurs terroristes armés avaient été éliminés par les troupes du Nahal lors des perquisitions menées dans le centre d’IRM et dans la maternité de l’hôpital Al-Shifa.

Des armes ont également été trouvées dans la maternité, selon Tsahal.

Netanyahu annulera le voyage de ses principaux collaborateurs à Washington si les États-Unis n’opposent pas leur veto à la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur Gaza

De gauche à droite : Ron Dermer, ministre des Affaires stratégiques, Antony Blinken, secrétaire d'État américain, et Tzahi Hanegbi, président du Conseil de sécurité nationale, au Département d'État, à Washington, le 7 mars 2023. (Crédit : Antony Blinken/Twitter)
De gauche à droite : Ron Dermer, ministre des Affaires stratégiques, Antony Blinken, secrétaire d'État américain, et Tzahi Hanegbi, président du Conseil de sécurité nationale, au Département d'État, à Washington, le 7 mars 2023. (Crédit : Antony Blinken/Twitter)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu annulera la visite de ses principaux collaborateurs à Washington cette semaine si les États-Unis n’utilisent pas leur droit de veto pour bloquer une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU demandant un cessez-le-feu qui ne soit pas conditionné par la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas, a indiqué le bureau du Premier ministre Netanyahu.

Le conseiller à la sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, et le ministre des Affaires stratégiques, Ron Dermer, doivent se rendre dans la capitale américaine pour écouter les propositions américaines concernant l’extension de l’aide humanitaire à Gaza et les alternatives à une opération terrestre d’envergure à Rafah.

Le voyage a été planifié à la demande du président américain Joe Biden après son appel avec Netanyahu la semaine dernière, leur premier depuis un mois.

La menace de Netanyahu d’annuler le voyage survient après que Dermer a été informé tôt ce matin par l’administration Biden que les Etats-Unis soutiendraient deux résolutions distinctes de l’ONU, l’une appelant à un cessez-le-feu et l’autre à la libération des otages du Hamas, selon le bureau du Premier ministre.

L’appel au cessez-le-feu ne serait pas conditionné à la libération des otages.

Nouvel avertissement de Gantz : L’adoption de la loi de Netanyahu pour l’enrôlement des Haredim « nuira à l’unité et à la sécurité »

Le projet de loi sur l’enrôlement des Haredim proposé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu constitue une menace pour la sécurité et nuira à l’unité de la coalition gouvernementale, a averti le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz.

S’exprimant lors d’une tournée sur le front nord, Gantz a déclaré « qu’il n’est pas possible que, précisément au moment où toute la société est mobilisée et fait un effort pour son foyer, le gouvernement promeuve une loi qui en effrite les fondements ».

« Au sein du parti HaMahane HaMamlahti, nous voyons l’importance de préserver la tradition et d’apprendre la Torah, et à côté de cette importance, nous avons placé un schéma clair de service qui comprend l’établissement d’une administration, des quotas, des objectifs, des sanctions financières, ainsi que des incitations au service. »

Mais si son parti souhaite parvenir à un accord sur l’enrôlement, « nous voulons une solution pour le recrutement, pas une exemption de recrutement », a ajouté Gantz, affirmant que « la promulgation d’une loi telle que celle que le gouvernement a l’intention d’adopter nuira à l’unité et à la sécurité ».

« Je ne peux pas faire partie d’un gouvernement qui adopte une telle loi, surtout en temps de guerre », a déclaré Gantz, réitérant la menace qu’il avait proférée dimanche de quitter la coalition.

Les déclarations de Gantz ont été faites après que le Premier ministre, répondant à l’avertissement de la procureure générale Gali Baharav-Miara selon lequel elle ne serait pas en mesure de défendre son projet de loi sur l’enrôlement des Haredim tel qu’il est formulé actuellement, a publié une version révisée du plan.

Le nouveau plan supprime une clause portant à 35 ans l’âge d’exemption pour les étudiants en yeshiva et fixe à la place des objectifs annuels de recrutement et impose des sanctions financières aux yeshivot qui n’atteignent pas ces quotas.

Dans une déclaration distincte, le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a réitéré ses précédentes critiques selon lesquelles la proposition est une « supercherie » qui n’aboutira pas à l’enrôlement d’un seul homme ultra-orthodoxe.

Le défilé controversé de Pourim à Jérusalem attire moins de monde que prévu – média

Des personnes célébrant Pourim, à Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)
Des personnes célébrant Pourim, à Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

La participation à la parade de Pourim à Jérusalem a été bien inférieure aux chiffres attendus par la municipalité, rapporte la Douzième chaîne.

Alors que les préparatifs avaient été prévus pour des dizaines de milliers de participants, seuls quelques milliers d’entre eux ont assisté à l’événement dans la capitale.

Le premier défilé de Pourim organisé à Jérusalem depuis 42 ans a suscité l’ire des habitants de la ville, des parents des otages détenus à Gaza et d’autres personnes touchées par le 7 octobre et la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La dénomination de l’événement « Adloyada » (abréviation d’une expression araméenne du Talmud décrivant le commandement de boire jusqu’à l’ivresse dans le cadre de la célébration de la fête) a été modifiée après que les proches ont rencontré le maire de Jérusalem, Moshe Lion, la semaine dernière.

Le Forum des familles des otages et disparus indique que parmi les personnes qui menaient le défilé se trouvaient des parents de Lior Rudaeff, Romi Gonen, Carmel Gat, Itzik Elgarat, Ofer Calderon, Omer Shem-Tov, Uriel Baruch et Omri Miran.

Une petite contre-manifestation, opposée au défilé, s’est tenue à proximité de l’itinéraire de la parade.

« En cette année où il y a 134 otages, des centaines de morts, plus de cent mille Israéliens qui [sont évacués et] ne vivent pas dans leurs maisons – ils n’ont aucune joie », a déclaré un manifestant, Nir Argov, à la Douzième chaîne.

« Et maintenant, organiser Adloyada à Jérusalem ? Il est impossible d’être heureux. Une nation entière est traumatisée. Les enfants peuvent organiser des fêtes et des célébrations dans les écoles et les jardins d’enfants, mais il n’est pas approprié de faire la fête en extérieur, dans la ville », ajoute Argov.

Les sirènes retentissent dans les villes proches de la frontière nord, avertissant d’une attaque présumée de drones

Des sirènes retentissent dans un certain nombre de localités proches de la frontière nord, avertissant d’une attaque présumée de drones.

Depuis le 8 octobre, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah lance des attaques quotidiennes contre des localités et des postes militaires israéliens situés le long de la frontière avec le Liban.

Le Hamas revendique le tir de 8 roquettes vers Ashdod

Une salve de huit roquettes a été tirée de la bande de Gaza vers Ashdod, selon l’armée israélienne.

Deux roquettes ont été interceptées, tandis que les autres ont vraisemblablement touché des zones ouvertes, indique Tsahal.

Aucun dégât ou blessé n’a été signalé.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas revendique l’attaque.

La dernière fois que des roquettes ont été tirées sur la ville côtière du sud, à quelque 25 kilomètres de la bande de Gaza, remonte au 14 janvier.

Pékin dit « soutenir » un nouveau projet de résolution pour un cessez-le-feu à Gaza

La Chine a annoncé lundi son soutien à un nouveau projet de résolution auprès du Conseil de sécurité des Nations unies exigeant un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza, quelques jours après avoir mis son veto, tout comme la Russie, à un projet de texte américain qui allait dans ce sens.

« La Chine soutient ce projet de résolution et félicite l’Algérie et d’autres pays arabes pour leur dur travail à cet égard », a déclaré Lin Jian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« Nous espérons que le Conseil de sécurité l’approuvera au plus vite et enverra un signal fort pour que cessent les hostilités », a-t-il ajouté.

Le vote, qui était prévu samedi, a été reporté à lundi.

Le défilé de Pourim à Jérusalem attire les foules, ignorant largement les protestations contre l’événement

La foule sur la Place de Sion pendant le défilé "Unis pour Pourim", à Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)
La foule sur la Place de Sion pendant le défilé "Unis pour Pourim", à Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)

Après un début calme, des milliers de personnes se pressent dans la rue de Jaffa alors que le défilé de Pourim à Jérusalem se termine. La Place de Sion est remplie de participants de tous âges qui applaudissent et chantent au rythme de la musique des chars qui défilent.

Des photos des otages jalonnent le parcours, mais une petite contre-manifestation, opposée au défilé, est largement ignorée par la foule.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, portant un tee-shirt « Ramenez-les à la maison maintenant », pose pour des photos avec un groupe de familles d’otages à la fin du parcours.

Un orchestre de rue est appelé à jouer l’Hatikvah, l’hymne national israélien, avant que la foule n’applaudisse les familles.

Le Croissant-Rouge affirme que Tsahal a forcé le personnel et les patients à évacuer l’hôpital al-Amal au sud de Gaza

Le Croissant-Rouge palestinien affirme que l’armée israélienne a forcé le personnel soignant et les patients de l’hôpital al-Amal, dans le sud de Gaza, à évacuer les locaux du centre hospitalier la nuit dernière.

« Alors qu’elles tentaient de quitter les lieux en passant par le poste de contrôle militaire, les équipes ont eu du mal à se déplacer en raison de l’ampleur des travaux d’excavation et de la destruction des infrastructures », indique le Croissant-Rouge palestinien sur le site X.

« Alors qu’elles tentaient de dégager les décombres et les obstacles sur la route, les forces d’occupation ont ouvert le feu sur deux des équipes qui tentaient d’enlever les décombres, les blessant directement », affirme l’autorité médicale.

Le Croissant-Rouge palestinien affirme également que plus tard, les troupes israéliennes ont « forcé les équipes à retourner à » l’hôpital al-Amal, où « elles ont trouvé la porte de l’hôpital fermée, empêchant les équipes d’y entrer à nouveau ».

« Les équipes sont restées à attendre dans la rue jusqu’à présent. »

Hier, Tsahal a annoncé avoir lancé une nouvelle opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le quartier al-Amal de Khan Younès, affirmant disposer de « renseignements précis » indiquant que des terroristes utilisaient des infrastructures civiles, notamment des hôpitaux, pour se livrer à des activités terroristes.

Ce matin, l’armée israélienne a déclaré que des dizaines de terroristes présumés avaient été interrogés par des enquêteurs sur le terrain, alors qu’elle permettait à des centaines de civils palestiniens d’évacuer la zone d’al-Amal.

Hamas : Il ne faut pas sous-estimer l’importance des chefs terroristes capturés à Al-Shifa

Des troupes du commando Shayetet 13 de la marine opèrent à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, dans une image handout publiée le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes du commando Shayetet 13 de la marine opèrent à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, dans une image handout publiée le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Un responsable anonyme du groupe terroriste palestinien du Hamas a indiqué au quotidien libanais Al-Akhbar qu’il ne fallait pas sous-estimer l’importance des commandants du groupe terroriste arrêtés ou tués lors de l’opération menée en ce moment même par l’armée israélienne à l’hôpital Al-Shifa.

« Personne ne doit sous-estimer l’ampleur de l’infiltration menée par l’armée ennemie à l’hôpital Al-Shifa, ni l’importance des personnes qui ont été arrêtées ou exécutées », a déclaré la source de ce média lié au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

« La résistance [palestinienne] a pu surmonter la situation actuelle et a pu réorganiser ses rangs, car l’ennemi a pu obtenir de nouveaux renseignements suite à l’interrogatoire des détenus », a ajouté la source. « Il y a, néanmoins, tout lieu de croire que la résistance se porte toujours bien et que toutes les pertes actuelles peuvent être absorbées et compensées. »

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré la semaine dernière que certains hauts commandants du Hamas « très importants » avaient été capturés par les troupes à l’hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza. Il n’a pas précisé leur identité en raison des interrogatoires en cours.

Après avoir reçu des informations des services de renseignement israéliens selon lesquelles des membres et des dirigeants du Hamas étaient retournés dans l’enceinte de l’hôpital et l’utilisaient comme centre de commandement pour planifier des attaques contre Israël et les troupes déployées dans la bande de Gaza, Tsahal a effectué un raid sur l’hôpital, le plus grand centre de soins de santé de la bande de Gaza. Le complexe avait déjà fait l’objet d’un raid militaire en novembre.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

Tsahal : Le Hamas tire depuis l’intérieur des urgences et de la maternité de l’hôpital Shifa

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Herzi Halevi, à l'hôpital Shifa, à Gaza City, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Herzi Halevi, à l'hôpital Shifa, à Gaza City, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, déclare dans une vidéo en anglais que le Hamas était en train de « détruire l’hôpital Shifa », alors que Tsahal menait des opérations contre le groupe terroriste palestinien dans le centre hospitalier, le plus grand de la bande de Gaza.

« 170 terroristes ont été neutralisés dans ou autour de l’enceinte de l’hôpital Shifa alors qu’ils tiraient sur nos forces. Les soldats ont appréhendé des centaines de terroristes présumés ayant des liens confirmés avec le Hamas ou le Jihad islamique [palestinien], ce qui fait de cette opération l’une des plus réussies depuis le début de la guerre », explique Hagari.

« Un grand nombre de ces terroristes étaient impliqués dans la planification et l’exécution du massacre brutal du 7 octobre. »

Hagari affirme que « l’opération n’est pas terminée », ajoute-t-il.

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, faisant une déclaration vidéo en anglais, le 24 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« En ce moment même, les terroristes du Hamas et du Jihad islamique se barricadent à l’intérieur des unités de l’hôpital Shifa. Le Hamas est en train de détruire l’hôpital Shifa. »

« Le Hamas tire depuis l’intérieur des urgences et de la maternité de Shifa et lance des engins explosifs depuis l’unité des brûlés de Shifa. Les terroristes qui se cachent autour de l’hôpital ont tiré des mortiers sur nos troupes, causant d’importants dégâts aux bâtiments de l’hôpital », poursuit Hagari.

« Je le répète : le Hamas tire des mortiers sur l’hôpital Shifa. Le Hamas détruit l’hôpital Shifa. Le Hamas a détourné l’hôpital Shifa et se cache derrière les malades et les blessés, menant la guerre depuis l’intérieur de l’hôpital Shifa », ajoute-t-il.

Le Hamas a affirmé qu’au moins 13 patients étaient morts au cours du raid de Tsahal, alléguant qu’ils avaient été privés de médicaments ou que leurs respirateurs avaient cessé de fonctionner après que les soldats israéliens ont coupé l’électricité de l’hôpital, a rapporté le New York Times.

Un Palestinien allongé au sol en attendant des soins médicaux à l’hôpital Shifa, à Gaza City, le 15 mars 2024. (Crédit : AFP)

Hagari affirme que les soldats israéliens « opèrent avec précision et agissent avec soin envers les patients et le personnel soignant à l’intérieur de l’hôpital ».

« Nous agissons ainsi parce que nous faisons la distinction entre les terroristes du Hamas et les civils derrière lesquels ils se cachent. »

« Nous agissons ainsi parce que notre guerre est dirigée contre le Hamas, et non contre la population de Gaza, et nos actions le prouvent », poursuit Hagari.

« Depuis le début de cette opération contre le Hamas à l’hôpital Shifa, Tsahal a aidé les malades et les blessés et a contribué à mettre un grand nombre d’entre eux à l’abri du danger », ajoute-t-il.

L’aide livrée par les troupes de l’armée israélienne à une enceinte désignée à l’hôpital Shifa, à Gaza City, sur une image diffusée le 23 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« Nous avons apporté des dizaines d’appareils médicaux, plus de 10 000 doses de médicaments, des centaines de fournitures médicales, ainsi que de la nourriture, de l’eau et d’autres équipements à l’hôpital Shifa. Lorsque les attaques du Hamas ont entraîné la panne du générateur de l’hôpital, nos troupes ont aidé à rétablir l’électricité à l’hôpital. »

« Notre opération à l’hôpital Shifa prouve une fois de plus que le Hamas utilise systématiquement les hôpitaux pour faire la guerre et se sert constamment de la population de Gaza comme bouclier humain », ajoute Hagari.

Guterres : « Un consensus international croissant demande qu’Israël accepte un cessez-le-feu »

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s'exprime au poste frontière de Rafah entre l'Égypte et la bande de Gaza, le 23 mars 2024. (Crédit : Amr Nabil/AP)
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s'exprime au poste frontière de Rafah entre l'Égypte et la bande de Gaza, le 23 mars 2024. (Crédit : Amr Nabil/AP)

Le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, a déclaré lors d’une visite en Jordanie que le consensus international sur la nécessité de signifier à Israël qu’un cessez-le-feu était nécessaire et qu’un assaut sur Rafah provoquerait une catastrophe humanitaire était de plus en plus large.

« Nous constatons un consensus croissant au sein de la communauté internationale pour dire aux Israéliens qu’un cessez-le-feu est nécessaire et je constate également un consensus croissant, je l’ai entendu aux États-Unis, je l’ai entendu de la part de l’Union européenne (UE), sans parler bien sûr du monde musulman, pour dire clairement aux Israéliens que toute incursion terrestre à Rafah risquerait de se terminer par une catastrophe humanitaire », a déclaré Guterres lors d’une conférence de presse.

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas à la suite de l’attaque meurtrière du 7 octobre, au cours de laquelle des milliers de terroristes ont tué près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en ont kidnappé 253 de tous âges pour les emmener à Gaza, où plus de la moitié d’entre elles se trouvent encore. Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas à Gaza, affirme que plus de 32 000 personnes ont été tuées au cours de la guerre qui en a résulté, un chiffre non vérifié qui ne distingue pas entre ls terroristes et civils.

Lapid: Gantz et Eisenkot devront quitter le gouvernement si la loi sur la conscription est adoptée

Le leader de l'opposition le député Yaïr Lapid lors d'une réunion de sa faction Yesh Atid, à la Knesset, à Jérusalem, le 18 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition le député Yaïr Lapid lors d'une réunion de sa faction Yesh Atid, à la Knesset, à Jérusalem, le 18 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le leader de l’opposition Yair Lapid a déclaré que le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, devrait sortir son parti HaMahane HaMamlahti du gouvernement si le projet de loi controversé sur le recrutement au sein de l’armée des ultra-orthodoxes devait être adopté, cette semaine.

« Si la législation sur la conscription est adoptée, mardi, Gantz et [le ministre Gadi] Eisenkot devront quitter le gouvernement », a-t-il déclaré devant les caméras de la chaîne publique Kan.

[Le gouvernement] joue avec la sécurité d’Israël. Ce n’est plus seulement un débat idéologique », a ajouté Lapid. « C’est une catastrophe sécuritaire. Il n’y a pas suffisamment de soldats, l’armée a atteint ses limites. Il y a plus de soldats en Cisjordanie qu’à Gaza en ce moment même, la guerre actuelle ne continue pas. »

Les hommes ultra-orthodoxes en âge de faire leur service militaire ont été, depuis des décennies, en mesure d’éviter l’enrôlement au sein de l’armée en s’inscrivant dans des yeshivot où ils étudient la Torah, obtenant par la suite des exemptions annuelles répétées leur permettant d’atteindre sans encombre l’âge officiel de l’exemption. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a proposé un cadre, qui devrait être discuté par les députés demain, qui prévoit une levée de l’âge de l’exemption à 35 ans.

Selon l’Administration des ressources humaines de Tsahal, environ 66 000 jeunes hommes de la communauté haredi ont bénéficié d’une exemption de service militaire au cours de l’année passée. Ce serait un chiffre record.

Une législation autorisant ces exemptions avait expiré au mois de juin 2023 et une directive temporaire qui la prolongeait dans le temps arrivera à échéance la semaine prochaine – avec pour conséquence que les militaires ne seront plus autorisés par la loi à exempter les jeunes ultra-orthodoxes de service militaire, qui devront commencer à être enrôlés.

Alors que cette échéance s’approche, le gouvernement se hâte de faire adopter une nouvelle version de la loi, avec les partis ultra-orthodoxes qui réclament que ces exemptions continuent tandis que d’autres formations de la coalition, avec parmi elles le parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit – et des membres du Likud – qui appellent les membres de la communauté haredi à assumer leur devoir militaire.

Le mois dernier, Gantz et Eisenkot – qui sont tous les deux d’anciens chefs d’état-major de Tsahal – ont présenté leur propre cadre concernant l’enrôlement des Arabes et des Juifs ultra-orthodoxes dans l’armée israélienne.

Sam Sokol a contribué à cet article.

Une photo montrerait la chambre d’enfants à Gaza où Liri Albag et d’autres otages étaient initialement détenus

Liri Albag, prise en otage par les terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Liri Albag, prise en otage par les terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Le quotidien Daily Mail publie une image exclusive montrant ce qu’il affirme être une chambre d’enfant dans la bande de Gaza, où l’otage Liri Albag et d’autres captives ont été retenues par le groupe terroriste palestinien du Hamas au cours de leurs premiers jours de captivité.

Selon l’article, les soldats ont identifié des traces de sang dans la chambre, qui, après des tests ADN, ont été confirmées comme étant celles de Liri et d’autres femmes otages.

Des photos de la chambre, où l’on voit des jouets d’enfants et une armoire rose, ont été communiquées par des soldats au journal britannique.

« Au début, quand j’ai vu la photo, j’étais contente parce qu’elle était dans une chambre d’enfant. Il y avait des vêtements d’enfants dans l’armoire et j’étais un peu soulagée de voir qu’elle n’était pas dans un endroit effrayant », a expliqué Shira, la mère de Liri, au Daily Mail.

« Mais ensuite, j’ai compris qu’elle était dans une famille – c’est eux qui l’ont kidnappée, pas le Hamas. C’est comme si je gardais les enfants de quelqu’un d’autre enfermés dans ma maison », a ajouté Shira.

S’adressant à la chaîne publique Kan la semaine dernière, Shira a déclaré que les otages libérés lui avaient raconté que Liri était obligée d’aller d’une maison à l’autre dans la bande de Gaza et de faire la cuisine et le ménage pour elles.

Environ 15 roquettes tirées vers des postes militaires depuis le Liban, cette nuit – Armée

Tsahal a fait savoir qu’environ quinze roquettes avaient été tirées, dans la nuit de dimanche à lundi, depuis le Liban. Elles visaient des postes militaires le long de la frontière, à proximité de la communauté de Menara, au nord du pays.

Le Hezbollah a revendiqué la responsabilité de cette attaque.

Selon l’armée, tous les projectiles sont retombés dans des champs et il n’y a pas eu de blessé. Les sirènes n’ont pas été activées dans la mesure où les roquettes ne ciblaient pas des zones peuplées.

Les militaires ont ajouté qu’ils avaient frappé, dans la même nuit, un bâtiment de Mays al-Jabal, dans le sud-Liban, où des membres du Hezbollah s’étaient retrouvés.

Ils ont diffusé des images de cette attaque.

Les familles d’otages à la tête du défilé – très controversé – de Pourim à Jérusalem

Des proches des otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas mènent le défilé de Pourim à Jérusalem aux côtés du maire Moshe Lion, le 25 mars 2024 (Crédit : Leo Correa/AP)
Des proches des otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe terroriste Hamas mènent le défilé de Pourim à Jérusalem aux côtés du maire Moshe Lion, le 25 mars 2024 (Crédit : Leo Correa/AP)

Le défilé « Unis pour Pourim » a commencé à Jérusalem, avec à sa tête des proches d’otages détenus dans la bande de Gaza marchant aux côtés du maire de Jérusalem, Moshe Lion.

Le premier défilé de Pourim organisé à Jérusalem depuis 42 ans a suscité la colère des habitants de la ville, des proches des otages détenus à Gaza et d’autres personnes directement touchées par le 7 octobre et la guerre contre le Hamas.

L’événement « Adloyada » (une expression araméenne du Talmud décrivant le commandement de boire jusqu’à l’ivresse dans le cadre de la célébration de la fête) a été modifié à la suite d’une rencontre entre des familles d’otages et Lion la semaine dernière.

« Nous partageons la douleur des familles des personnes tuées, nous continuons à soutenir les familles des otages et nous prions pour leur retour rapide », a affirmé Lion, selon le site d’information Ynet.

Une petite manifestation contre le défilé a eu lieu près du centre commercial de Mamilla, les manifestants portant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « C’est toujours le 7 octobre ».

500 terroristes du Hamas et du Jihad islamique capturés à l’hôpital Al-Shifa de Gaza

Les troupes opèrent à Gaza dans une image handout non datée diffusée pour publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes opèrent à Gaza dans une image handout non datée diffusée pour publication le 25 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a déclaré que le nombre de membres confirmés appartenant aux groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien et capturés par les troupes à l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza s’élevait à 500, tandis que le raid sur l’hôpital se poursuivait.

Dans le sud de la bande de Gaza, Tsahal a rapporté que les troupes avaient tué une vingtaine de terroristes lors d’une nouvelle offensive contre le Hamas, menée par la 98e division, dans le quartier d’Al-Amal à Khan Younès.

L’armée a précisé que des dizaines de suspects ont été interrogés par les agents du Shin Bet et de l’unité 504 du Directorat des Renseignements militaires, et que les forces de Tsahal ont permis à des centaines de civils palestiniens d’évacuer la zone d’Al-Amal.

Au centre de Gaza, Tsahal a déclaré que la Brigade Nahal avait éliminé plusieurs agents terroristes, dont l’un d’entre eux a été ciblé par une frappe aérienne après avoir été repéré entrant et sortant d’un tunnel.

Au cours des dernières 24 heures, des avions de chasse de l’armée de l’air israélienne ont pris pour cible une cinquantaine de sites dans la bande de Gaza, selon Tsahal. Des hélicoptères d’attaque et des drones ont frappé plusieurs autres cibles et tué une dizaine d’hommes armés, ajoute Tsahal.

Jérusalem : le défilé de Pourim aura lieu avec des changements après l’indignation des familles d’otages

Des cigognes en papier doré représentant les otages à Gaza au défilé "Tous unis dans Pourim" de Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)
Des cigognes en papier doré représentant les otages à Gaza au défilé "Tous unis dans Pourim" de Jérusalem, le 25 mars 2024. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)

Le défilé « Tous unis dans Pourim », à Jérusalem, est en train de débuter en présence de dizaines de chars et de compagnies de spectacle qui s’apprêtent dorénavant à défiler dans les rues fermées du centre de la ville.

Cet événement est dédié aux otages détenus par les terroristes, à Gaza, après une vive indignation publique.

Un groupe de familles d’otages marchera en tête de la parade et 134 cigognes en papier doré, une pour chaque captif retenu dans les geôles du Hamas, seront mises à l’avant-garde.

Certains éléments du défilé seront moins présents ou ont été éliminés suite au tollé.

Une petite manifestation dénonçant la parade est actuellement en cours aux abords du centre commercial Mamilla. Les protestataires brandissent des panneaux affirmant : « C’est encore le 7 octobre ».

« Le défilé qui aura pour thème ‘les enfants des héros’ sera l’occasion de découvrir des marionnettes qui ont été créées par les institutions culturelles de Jérusalem, par des enfants qui vivent à Jérusalem ou par des enfants qui y ont été évacués – toutes faisant la promotion de l’unité nationale et de la résilience », a indiqué le Forum des Familles des Otages dans un communiqué de presse.

Des milliers de personnes devraient assister à cet événement qui débutait à 10 heures 45 et qui s’achèvera à 14 heures.

Le Hezbollah annonce la mort d’un de ses éléments lors d’une frappe israélienne

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah annonce la mort de l’un de ses éléments, tué « sur la route de Jérusalem », terme qui désigne les terroristes tués lors de frappes israéliennes.

Il s’agit de Muhammad al-Zein, originaire de la ville de Chehour, dans le sud du Liban.

Sa mort porte à 247 le nombre de terroristes du Hezbollah tués depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

Cette annonce fait suite à plusieurs frappes récentes de l’armée israélienne sur des cibles du Hezbollah au cours de la journée écoulée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.