AIPAC: sans mentionner Omar, Pelosi démonte le « mythe de la double-allégeance »
Rechercher

AIPAC: sans mentionner Omar, Pelosi démonte le « mythe de la double-allégeance »

Le soutien à Israël est "indéfectiblement bipartisan", selon la présidente de la chambre après que Mike Pence a accusé les démocrates d'avoir été cooptés par les antisémites

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à la conférence de l'AIPAC le 26 mars 2019. (Crédit : Jim Watson/AFP)
La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à la conférence de l'AIPAC le 26 mars 2019. (Crédit : Jim Watson/AFP)

WASHINGTON — Sans mentionner la représentante démocrate au Congrès récemment élue Ilhan Omar, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a abordé mardi matin la question qui était au bord de toutes les lèvres.

Durant la conférence de l’AIPAC, la politicienne a affirmé que le soutien à Israël reste « indéfectiblement bipartisan », tout en réprimandant implicitement Omar pour ses propos controversés le mois dernier, alors qu’elle accusait les militants pro-Israël d’encourager les élus à faire « double allégeance » à Israël.

« Dans nos sociétés démocratiques, nous devrions accueillir le débat légitime sur la meilleure façon d’honorer nos valeurs et de promouvoir nos priorités sans remettre en cause la loyauté ou le patriotisme », a déclaré Pelosi devant un auditoire de 18 000 personnes.

Elle a cité une résolution de la Chambre que les dirigeants démocrates ont supervisée il y a plusieurs semaines pour condamner l’antisémitisme et toutes formes de sectarisme en réponse au tollé déclenché par les propos d’Omar.

La motion avait été critiquée par les républicains, qui l’avaient jugée « édulcorée » en ne faisant pas référence directement à Ilhan Omar, et en s’éloignant de l’accent mis sur l’antisémitisme.

Mardi, Pelosi a tenté de remettre en cause cette notion en lisant directement le passage de la résolution qui dénonce le discours antisémite.

« Ce mois-ci, la Chambre s’est réunie pour condamner le mythe antisémite de la double-allégeance et toutes les formes de sectarisme avec une résolution qui « rejette la perpétuation de stéréotypes antisémites aux Etats-Unis et dans le monde entier, notamment le mythe pernicieux de la double-allégeance et de l’allégeance à un pays étranger, notamment dans le contexte du soutien à l’alliance Etats-Unis-Israël », a-t-elle déclaré.

Plus loin dans son discours, Pelosi a insisté que les deux partis soutenaient fermement Israël. Lundi, le vice-président américain Mike Pence avait déclaré, face au même auditoire, précisément l’inverse, affirmant que le parti démocrate avait été « coopté » par les antisémites.

« Le soutien à Israël reste inébranlable et bipartisan… indéfectiblement bipartisan », a déclaré

La représentante de Californie n’a pas cité Pence ni le président américain Donald Trump, qui a récemment accusé les démocrates d’être « anti-Israël » et « anti-Juifs » dans son discours.

Elle a énuméré tous les démocrates juifs pro-Israël qui ont des positions élevées à la Chambre, notamment le président de la Commission judiciaire Jerrold Nadler, le président de la Commission du renseignement Adam Schiff, et la présidente de la Commission des dotations Nita Lowey.

« L’aide à Israël est vitale, et elle ne va nulle part », a déclaré Pelosi, « parce que si vous vous préoccupez de la sécurité des Etats-Unis, vous devez vous préoccuper de la sécurité d’Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...