Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Alexandria Ocasio-Cortez dénonce l’antisémitisme de la gauche américaine

La représentante démocrate américaine de New York affirme que lorsque les Juifs sont menacés, les progressistes sont affaiblis, tout en estimant que le mot "antisémite" est "militarisé"

La représentante démocrate américaine de New York Alexandria Ocasio-Cortez après avoir visionné des séquences graphiques du massacre du Hamas en Israël du 7 octobre 2023, montrées par la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, au Capitole, à Washington, le 14 novembre 2023. (Crédit : Stefani Reynolds/AFP)
La représentante démocrate américaine de New York Alexandria Ocasio-Cortez après avoir visionné des séquences graphiques du massacre du Hamas en Israël du 7 octobre 2023, montrées par la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, au Capitole, à Washington, le 14 novembre 2023. (Crédit : Stefani Reynolds/AFP)

New York Jewish Week via JTA – La députée Alexandria Ocasio-Cortez a condamné l’antisémitisme mais a accusé ses détracteurs de « militariser » le terme lors d’une rare discussion publique avec deux militants juifs qui ont braqué les projecteurs sur le sectarisme à l’égard des Juifs dans le mouvement pro-palestinien.

« L’antisémitisme, la haine et la violence à l’encontre des Juifs en raison de leur identité sont réels et dangereux », a déclaré la députée démocrate de la ville de New York au début de la discussion virtuelle qui s’est tenue lundi. « Lorsque la communauté juive est menacée, le mouvement progressiste est ébranlé », a-t-elle poursuivi.

Avant d’ajouter : « Il est également vrai que les accusations et les fausses accusations d’antisémitisme sont brandies contre les personnes de couleur et les femmes de couleur par des acteurs politiques de mauvaise foi, et que l’arme de l’antisémitisme est utilisée pour nous diviser. »

Au cours des huit mois qui ont suivi l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre et le déclenchement de la guerre à Gaza, Ocasio-Cortez a dénoncé l’antisémitisme tout en se montrant très critique à l’égard de l’effort de guerre d’Israël.

Comme les autres membres du « Squad » progressiste du Congrès, elle a accusé Israël de perpétrer un « génocide » et de commettre des atrocités à Gaza. Elle est l’un des plus fervents partisans du député Jamaal Bowman, un autre démocrate progressiste de New York et membre du « Squad » qui, en raison de ses condamnations d’Israël, est confronté ce mois-ci à un défi primaire difficile de la part d’un fonctionnaire centriste.

Dans ce contexte, l’événement de 30 minutes de lundi, intitulé
« Antisémitisme et lutte pour la démocratie », était remarquable car Ocasio-Cortez parlait avec des militants juifs qui ont publiquement décrié l’antisémitisme au sein du mouvement de protestation anti-Israël.

L’une, Amy Spitalnick, est la présidente du Jewish Council for Public Affairs
[Conseil juif pour les affaires publiques], et s’est fait connaître pour avoir poursuivi avec succès les organisateurs du rassemblement d’extrême droite de 2017 à Charlottesville, en Virginie. L’autre, Stacy Burdett, est une ancienne haut fonctionnaire de l’Anti-Defamation League (ADL) et de l’United States Holocaust Memorial Museum.

La discussion visait à dénoncer l’antisémitisme dans l’espace politique de gauche et à déterminer quand la critique d’Israël vire à la discrimination, alors que le mouvement progressiste est confronté à la haine anti-juive dans les manifestations et la rhétorique entourant la guerre contre le Hamas à Gaza.

Des manifestations anti-Israël ciblant Hillel au Baruch College, à New York, le 6 juin 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)

« Il existe un antisémitisme très réel qui se manifeste actuellement dans les espaces progressistes », a déclaré Spitalnick. « C’est plus douloureux personnellement de voir ce qui se passe dans ma propre communauté progressiste parce que cela se passe dans ma propre communauté. »

Ocasio-Cortez a subi des pressions pour condamner l’antisémitisme immédiatement après l’assaut du Hamas qui a déclenché la guerre, lorsque les socialistes démocrates d’Amérique, dont elle est membre, ont annoncé un rassemblement le 8 octobre à Times Square appelé « All out for Palestine ». Le lendemain, Ocasio-Cortez a condamné le rassemblement en déclarant « qu’il ne devrait pas être difficile de faire taire la haine et l’antisémitisme là où nous les voyons ».

Elle a tenté d’enfoncer le clou lundi, qualifiant l’antisémitisme
« d’agression contre nos valeurs en tant qu’Américains et surtout en tant que progressistes ».

« L’antisémitisme est en hausse en Amérique et dans le monde entier. Reconnaître ce fait n’enlève rien aux combats pour la libération, cela les fait même progresser », a déclaré Ocasio-Cortez. « Une partie de cette discussion peut être compliquée, mais une grande partie n’est pas compliquée du tout. Nous pouvons et devons nous doter des outils nécessaires pour reconnaître quand l’antisémitisme réel est clair et présent et aussi comment le vérifier immédiatement. »

Les députés Cori Bush (au centre) et Jamaal Bowman (à droite) participant à une veillée aux côtés de législateurs de l’État et de leaders religieux actuellement en grève de la faim pour demander au président américain Joe Biden d’appeler à un cessez-le-feu permanent dans la bande de Gaza, devant la Maison Blanche, le 29 novembre 2023. (Crédit : Nathan Howard/AP)

Mais elle a également cherché à défendre ses collègues progressistes contre les accusations d’antisémitisme pour avoir critiqué Israël.

« Il est également important de dire à ce moment et pendant cette conversation que la critique du gouvernement israélien n’est pas intrinsèquement antisémite et que la critique du sionisme n’est pas de facto antisémite », a déclaré Ocasio-Cortez. À un moment donné, elle a déclaré que la discussion sur l’antisémitisme avait commencé à se sentir
« impossible » parce que « la façon dont certains ont militarisé la question peut mettre les autres sur la défensive ».

Elle n’a pas précisé qui elle accusait de « militariser » l’antisémitisme pour attaquer les femmes et les personnes de couleur. Mais depuis le 7 octobre, elle a accusé le lobby pro-Israël AIPAC de s’en prendre aux femmes du Congrès et aux élus de couleur.

Elle a également fait référence à la souffrance des Palestiniens. « En ce qui concerne le conflit actuel : il est possible de reconnaître la douleur, la peur et le chagrin des Juifs en ce moment. Cela n’enlève rien à notre peine et à notre douleur pour les familles de Gaza. »

« Nous sommes tous dans le même bateau, que cela nous plaise ou non », a-t-elle affirmé.

Spitalnick et Burdett ont cherché à décrire comment l’antisémitisme peut se manifester dans les espaces progressistes.

Selon Spitalnick, les exemples d’antisémitisme à gauche incluent la célébration ou le déni du massacre du 7 octobre, l’adhésion au groupe terroriste palestinien du Hamas, la rhétorique éliminationniste contre Israël et le ciblage des institutions juives.

Les Juifs progressistes « s’entendent dire qu’ils ne peuvent pas se présenter comme des juifs à part entière », a déclaré Spitalnick, citant les appels à bannir Hillel des campus, l’approbation de la violence contre les sionistes et les listes noires d’auteurs « sionistes ».

Burdett, qui a témoigné devant le Congrès au sujet de l’antisémitisme sur les campus à la suite du 7 octobre, a parlé du défi que représente la compréhension de l’antisémitisme étant donné que de nombreux Juifs s’identifient comme étant de race blanche.

« Aucun d’entre nous n’a été conditionné à penser qu’un groupe de personnes majoritairement blanches était effrayé et vulnérable. De notre temps, l’antisémitisme a été marginalisé », a-t-elle déclaré. « C’est un choc pour tous nos systèmes. Cela signifie que nous devons réapprendre. »

« La recrudescence de l’antisémitisme n’est pas nouvelle. Cela fait des années que les Juifs sont la cible de violences haineuses de manière disproportionnée ». La question « ne s’inscrit pas dans la manière dont nous pensons à l’injustice raciale », a-t-elle ajouté.

Les intervenants ont convenu que la discrimination anti-juive représentait une menace plus importante pour la démocratie américaine et d’autres groupes minoritaires, ainsi que pour le succès de la politique progressiste.

« L’antisémitisme est une menace pour les Juifs et pour le mouvement progressiste », a déclaré Ocasio-Cortez.

« Tout comme le racisme, le racisme anti-Noirs, l’islamophobie et la misogynie, il nous rend tous peu sûrs. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.