Rechercher

Altercation entre les Goldin et la police qui a tenté de freiner la marche vers Gaza

Des centaines de personnes ont rejoint la famille pour protester contre l'inaction du gouvernement ; Simcha Goldin a déploré que "les anciens Premiers ministres ont eu peur d'agir"

  • Simha et Leah Goldin (au centre, à gauche et à droite), les parents du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est détenu par le Hamas depuis le conflit de Gaza en 2014, bloqués par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud du pays, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Simha et Leah Goldin (au centre, à gauche et à droite), les parents du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est détenu par le Hamas depuis le conflit de Gaza en 2014, bloqués par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud du pays, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Leah Goldin, au centre, bloquée par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud du pays, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Leah Goldin, au centre, bloquée par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud du pays, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Vue aérienne des manifestants marchant lors d'un rassemblement organisé par les membres de la famille Goldin, le 3 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Vue aérienne des manifestants marchant lors d'un rassemblement organisé par les membres de la famille Goldin, le 3 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants portant des dépouilles symboliques depuis Ashkelon arrivent au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants portant des dépouilles symboliques depuis Ashkelon arrivent au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants marchant lors d'un rassemblement à l’initiative  des membres de la famille Goldin, de la ville israélienne d'Ashkelon vers le kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants marchant lors d'un rassemblement à l’initiative des membres de la famille Goldin, de la ville israélienne d'Ashkelon vers le kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Des manifestants marchant avec une bannière montrant les visages du captif Avera Mengistu, et des soldats décédés Oron Shaul et Hadar Goldin arrivant au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Des manifestants marchant avec une bannière montrant les visages du captif Avera Mengistu, et des soldats décédés Oron Shaul et Hadar Goldin arrivant au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • Leah Goldin , au centre, mère du défunt soldat israélien Hadar Goldin dont le corps est détenu par le Hamas depuis le conflit de Gaza en 2014, est bloquée par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud de l'Israël, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Leah Goldin , au centre, mère du défunt soldat israélien Hadar Goldin dont le corps est détenu par le Hamas depuis le conflit de Gaza en 2014, est bloquée par les forces de police israéliennes dans le kibboutz de Karmia, dans le sud de l'Israël, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

La famille d’un soldat de Tsahal détenu à Gaza a eu une brève altercation avec la police vendredi, alors qu’elle tentait de rejoindre la frontière avec la bande de Gaza accompagnée de centaines de partisans dans le cadre d’une marche en signe de protestation contre l’inaction du gouvernement.

Les manifestants ont appelé le gouvernement à agir pour restituer les corps de Hadar Goldin et Oron Shaul, ainsi que de deux autres Israéliens détenus par le Hamas.

La marche a eu lieu peu de temps avant qu’Israël ne lance l’opération Aube à Gaza contre le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, qui menace depuis plusieurs jours d’attaquer des cibles israéliennes près de la frontière. Mardi, Tsahal avait fermé la plupart des routes principales le long de la frontière de Gaza, craignant des attaques du groupe après l’arrestation de son chef en Cisjordanie.

La police a déclaré que les manifestants avaient violé un accord selon lequel ils ne devaient pas dépasser le carrefour de Yad Mordechai, situé à environ trois kilomètres au nord du passage d’Erez en direction de l’enclave.

La famille Goldin était à la tête de la manifestation, qui marquait les huit années écoulées depuis que leur fils Hadar a été tué lors de la guerre de Gaza en 2014, puis enlevé par des terroristes du Hamas en même temps que le corps du soldat Oron Shaul. Les manifestants ont également demandé la libération d’Avera Mengistu et de Hisham al-Sayed, deux civils en situation de handicap qui ont traversé la bande de Gaza de leur propre gré plus tard cette année-là et qui sont, depuis lors, détenus par le Hamas.

La police a déclaré que les manifestants ont ignoré les appels répétés à cesser d’avancer vers la frontière et qu’un participant a été brièvement arrêté accusé de « trouble à l’ordre public ». « La police israélienne autorise le droit de manifester, mais ne permettra pas de mettre en danger des vies humaines », ont déclaré les forces de l’ordre dans un communiqué, appelant le public à se conformer aux directives de sécurité en vigueur.

Les Goldin ont entamé leur marche mercredi, en partant de leur domicile à Kfar Saba, à un peu plus de 80 km de la frontière de Gaza.

Dans des déclarations faites aux journalistes vendredi, la famille Goldin s’en est prise aux gouvernements israéliens actuel et précédents pour ne pas avoir fait plus pour ramener les soldats – et civils – détenus par le Hamas. Ils ont fait valoir que les mesures humanitaires que le gouvernement accepte d’avancer pour la bande de Gaza devraient être subordonnées au retour de leur fils et des trois autres Israéliens retenus dans la bande.

Le gouvernement s’est longtemps abstenu d’avancer de réels projets humanitaires pour reconstruire l’enclave, qui souffre de difficultés économiques massives dues aux cycles répétés de violence avec Israël et aux restrictions maintenues par l’armée israélienne – et dans une moindre mesure par l’Égypte – pour empêcher la contrebande d’armes en vue de futures guerres.

Des manifestants portant des dépouilles symboliques depuis Ashkelon arrivent au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Cependant, Israël a avancé des mesures plus tempérées visant à empêcher l’effondrement total de l’économie gazaouïe, comme l’autorisation de faire pénétrer des vaccins et des respirateurs pour soigner les malades graves de la COVID-19 et la délivrance de permis d’entrée à des milliers d’ouvriers Palestiniens leur permettant de travailler en Israël chaque jour, une main d’œuvre essentielle à l’économie israélienne. Ces initiatives ont été largement soutenues par l’establishment sécuritaire, qui considère le maintien de la stabilité dans l’enclave comme un intérêt de sécurité nationale.

Mais ces mesures ont enragé la famille Goldin, qui affirme que les gouvernements successifs ont défendu leur cause avec trop de légèreté sans prendre de réelles mesures lorsqu’ils en ont eu l’occasion.

« [L’ancien Premier ministre] Benjamin Netanyahu n’a pas fait en sorte de ramener Hadar et Oron pour des raisons politiques, et non pour des raisons de sécurité. [L’ancien Premier ministre] Naftali Bennett n’a rien entrepris pour résoudre ce problème durant une année entière, également pour des raisons politiques », a déclaré le père de Hadar, Simcha Goldin.

Vue aérienne des manifestants marchant lors d’un rassemblement organisé par les membres de la famille Goldin, le 3 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

« Lorsque je parle de ‘raisons politiques’, je veux surtout parler de lâcheté. Et maintenant, nous avons notre Premier ministre Yair Lapid qui vient de prendre ses fonctions, et qui doit faire preuve de courage et de responsabilité ; il doit ramener nos soldats et résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les habitants du sud d’Isarël. »

« Faire revenir Hadar, Oron, Avera et Hisham est la petite partie de l’iceberg », a déclaré Leah Goldin, la mère de Hadar. « Le plus gros défi est de restaurer notre fierté nationale, de redevenir ce que nous sommes vraiment et de ne pas nous prosterner devant l’archi-terroriste [chef du Hamas] Yahya Sinwar, qui a assassiné Hadar lors d’un cessez-le-feu, l’a kidnappé et le détient encore aujourd’hui ».

« Nous avons toute une armée et tout un gouvernement qui s’agenouillent et répondent à tous ses caprices sans même exiger le retour des garçons. Nous avons donc décidé d’agir après huit ans, de tout simplement nous lever et de marcher jusqu’à ce que nous obtenions le retour de nos garçons », a-t-il ajouté.

Des manifestants marchant lors d’un rassemblement à l’initiative des membres de la famille Goldin, de la ville israélienne d’Ashkelon vers le kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Tzur Goldin, le frère de Hadar, a ajouté : « Hadar a été abandonné à Gaza ces huit dernières années parce que le gouvernement craint le Hamas. »

« Hadar, Oron, Avera et Hisham reposent sur les terres du Hamas ; le gouvernement les piétine tous les jours et donne de l’argent au Hamas. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...