Antisémitisme : la communauté juive de Toulouse particulièrement touchée
Rechercher

Antisémitisme : la communauté juive de Toulouse particulièrement touchée

Le Parquet s’est doté d’un "référent antisémitisme" ayant pour tâche d’examiner les plaintes et signalements pour des actes antisémites

La façade de la mairie de Toulouse (Crédit : Felipeh/CC.BY.SA/Wikimedia commons)
La façade de la mairie de Toulouse (Crédit : Felipeh/CC.BY.SA/Wikimedia commons)

Sept ans après les attentats de Mohamed Merah, les Juifs toulousains seraient toujours particulièrement touchés par les insultes, les agressions et les graffitis à caractère antisémite, avance un article du site de France 3 Régions. À tel point que le Parquet s’est doté d’un « référent antisémitisme » ayant pour tâche d’examiner les plaintes et signalements pour des faits d’antisémitisme.

L’article cite ainsi l’exemple de Anna, de confession juive, qui a dû déménager car « elle ne se sentait plus en sécurité chez elle », entourée de voisins qui refusent de lui dire bonjour. « Sale Israélienne. Retourne dans ton pays. Tueur d’enfants palestiniens », lui aurait-il asséné.

C’est également à Toulouse que la présidente de région, Carole Delga, avait reçu un courrier anti-juif. Un sexagénaire y a aussi été arrêté pour avoir dessiné des croix gammées et des inscriptions antisémites sur la façade de la mairie.

En réponse à de tels actes, la section Midi-Pyrénées du CRIF a créé une commission visant à identifier et comptabiliser les actes antisémites. « Tags, insultes, agressions : nous poursuivrons en justice tous les actes antisémites, même les plus petits », explique ainsi Franck Touboul, responsable local de l’organisation, à France 3. « Avant, je faisais enlever systématiquement et rapidement tous les tags anti-juifs. Désormais, nous les signalons au parquet avant de les faire retirer. »

Le 19 février dernier, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées à Toulouse à l’appel de partis politiques et associations pour dire non à l’antisémitisme. D’autres rassemblements se sont tenus dans les principales villes de la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...