Antisémitisme : la Pologne est en passe de perdre sa réputation, avertit l’UE
Rechercher

Antisémitisme : la Pologne est en passe de perdre sa réputation, avertit l’UE

Le gouvernement de Varsovie doit "stopper la vague de mauvaises opinions sur la Pologne", qui prend "les proportions d'un tsunami", a affirmé le responsable européen Donald Tusk

Le président du conseil européen Donald Tusk, au centre, arrive à un déjeuner lors d'une réunion informelle des 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE au siège du conseil de l'Union européenne de Bruxelles, le 23 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Ludovic MARIN)
Le président du conseil européen Donald Tusk, au centre, arrive à un déjeuner lors d'une réunion informelle des 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE au siège du conseil de l'Union européenne de Bruxelles, le 23 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Ludovic MARIN)

La Pologne est confrontée à un tel « tsunami » d’opinions négatives qu’elle est en passe de perdre sa réputation sur la scène internationale, en raison notamment d' »excès antisémites », a averti vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

« J’ai dit à (Mateusz) Morawiecki (le Premier ministre polonais) que la situation est très sérieuse et qu’elle affecte directement les intérêts polonais et la réputation de la Pologne aux yeux du monde entier », a commenté Tusk, lui même un ancien Premier ministre polonais, lors d’une conférence de presse clôturant un sommet européen à Bruxelles.

Le gouvernement conservateur nationaliste au pouvoir à Varsovie doit impérativement « stopper la vague de mauvaises opinions sur la Pologne », qui prend « les proportions d’un tsunami », a estimé le président du Conseil.

« La second vague qu’il faut arrêter est la vague d’excès antisémites peu judicieux dans des déclarations faites en Pologne », a-t-il encore dénoncé.

« Le gouvernement (polonais) a la capacité de stopper ces deux vagues s’il en a la volonté », a exhorté M. Tusk.

La Pologne et Israël sont en conflit ouvert depuis l’adoption par le Parlement polonais d’une loi interdisant l’utilisation de l’expression « camps de la mort polonais » et punissant de trois ans de prison toute personne accusant l’Etat polonais de participation aux crimes nazis.

A LIRE : Texte intégral de la loi polonaise controversée sur la Shoah

En voulant défendre cette loi controversée visant à protéger la Pologne d’accusations de complicité de génocide avec les nazis, Morawiecki a fait scandale en affirmant qu’il y avait aussi « des auteurs juifs » de la Shoah. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a jugé ces propos « inacceptables ».

Varsovie est également sur la sellette à Bruxelles en raison notamment de réformes judiciaires controversées et de ses politiques migratoire et environnementale.

Préoccupée par l’évolution de l’Etat de droit en Pologne, et notamment par des réformes controversées de la justice, la Commission européenne a même déclenché en décembre l’article 7 du traité de l’UE, une procédure pouvant aller jusqu’à priver ce pays de ses droits de vote au sein de l’Union.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...