Arrivée en France de Syriens via un « couloir humanitaire » depuis le Liban
Rechercher

Arrivée en France de Syriens via un « couloir humanitaire » depuis le Liban

Tous ont obtenu un visa de demandeur d'asile délivré par l'ambassade de France au Liban, selon la communauté catholique et "seront accueillis dans différentes villes, notamment Versailles, Rennes, Besançon"

Des réfugiés syriens à Mafraq (Crédit : Debra Kamin/Times of Israel)
Des réfugiés syriens à Mafraq (Crédit : Debra Kamin/Times of Israel)

Vingt Syriens sont arrivés vendredi soir en France, bénéficiant d’un « couloir humanitaire » depuis le Liban dans le cadre d’un accord entre l’État français et des associations chrétiennes, a-t-on appris auprès de la communauté catholique Sant’Egidio.

Le vol commercial Beyrouth-Paris dans lequel ces 20 personnes – « dont neuf mineurs en très bas âge » – avaient pris place a atterri vers 19H30 à l’aéroport parisien Roissy-Charles de Gaulle, a indiqué à l’AFP une porte-parole de Sant’Egidio.

Tous ont obtenu un visa de demandeur d’asile délivré par l’ambassade de France au Liban, selon la communauté catholique.

« Ils seront accueillis dans différentes villes, notamment Versailles, Rennes, Besançon, et dans le Vaucluse », a précisé Sant’Egidio dans un communiqué.

Un premier groupe de 16 Syriens était arrivé en juillet.

D’ici 2018, 500 réfugiés doivent ainsi être accueillis dans toute la France, comme le prévoit l’accord signé en mars 2017 entre l’État et trois associations catholiques et deux protestantes. Selon cet accord, les organisations chrétiennes financent l’accueil des réfugiés, l’Etat facilite lui l’octroi des visas et la reconnaissance du statut de réfugié.

La France est le deuxième pays européen, après l’Italie, à mettre en place ces « couloirs humanitaires » aériens avec des associations chrétiennes.

Un accord, signé mercredi, prévoit l’ouverture de couloirs humanitaires vers la Belgique. « Ce seront 150 Syriens, actuellement réfugiés au Liban et en Turquie, qui pourront rejoindre la Belgique, dans les prochains mois, en toute légalité et sûreté », a indiqué Sant’Egidio dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...