Avant de partir, Yaalon implore l’armée de “rester humaine”
Rechercher

Avant de partir, Yaalon implore l’armée de “rester humaine”

Alors qu’il quitte la vie politique, le ministre sortant de la Défense salue les hauts gradés de Tsahal pour leur usage “réfléchi” de la force

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre sortant de la Défense et membre du Likud, Moshe Yaalon pendant une cérémonie de départ à la Kyria, le quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre sortant de la Défense et membre du Likud, Moshe Yaalon pendant une cérémonie de départ à la Kyria, le quartier général de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Sous le chaud soleil de Tel Aviv, le ministre sortant de la Défense Moshe Yaalon a inspecté les troupes et offert un adieu personnalisé aux plus hauts officiers de l’armée israélienne et aux membres du ministère de la Défense pendant une cérémonie qui a eu lieu dimanche au complexe de la Kirya, le quartier général de l’armée.

Quelques minutes auparavant, dans une salle de conférence loin au dessus de la cour, envahie par la foule des journalistes et leurs caméras, Yaalon a rendu hommage à l’Etat-major israélien pour avoir montré de la « mesure » dans son usage de la force, et a exhorté l’establishment militaire à ne pas oublier de « rester humains ».

« Un groupe responsable et de haut niveau est assis ici, mené par le chef d’Etat-major, qui exerce la force d’une manière réfléchie », a-t-il déclaré.

« Souvenez-vous, une armée doit gagner, mais nous devons rester humain, même après la bataille », a-t-il dit aux généraux.

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon trinque avec l'Etat-major de l'armée israélienne avant sa cérémonie de départ au quartier général de l'armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon trinque avec l’Etat-major de l’armée israélienne avant sa cérémonie de départ au quartier général de l’armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

En plus de cette conversation tranquille avec tout l’Etat-major, Yaalon a tenu une réunion plus privée avec son chef, le général Gadi Eizenkot.

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec le chef d'Etat-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot, au quartier général de l'armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec le chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, au quartier général de l’armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Les photos de la conversation montrent le ministre sortant sourire et parler avec le général qu’il a nommé, et dont le mandat devrait expirer dans un an et demi, s’il n’est pas étendu.

Une fois que Yaalon a fait ses adieux privés aux généraux, qui étaient habillés de leur plus bel uniforme, il s’est dirigé dans la cour située sous le bâtiment central de la base, qui est divisée en deux, avec l’armée d’un côté et le ministère de la Défense de l’autre.

Après l’hymne national, Hatikva, Yaalon a été mené par Eizenkot pour rencontrer les représentants des différentes branches et unités de l’armée pour ce dernier moment à son poste de ministre de la Défense.

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec l'Etat-major de l'armée israélienne au quartier général de l'armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec l’Etat-major de l’armée israélienne au quartier général de l’armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Une fois les troupes soigneusement inspectées, Yaalon est revenu de l’autre côté de la cour où l’Etat-major et les officiels du ministère de la Défense se tenaient en rang pour une dernière poignée de main.

Le premier général à serrer la main du ministre sortant était le chef d’Etat-major adjoint Yair Golan, dont le discours controversé de Yom HaShoah aurait contribué à l’éviction de Yaalon.

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon serre la main du vice chef d'Etat-major de l'armée israélienne, Yair Golan, au quartier général de l'armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon serre la main du vice chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Yair Golan, au quartier général de l’armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Quand les deux hommes se sont serrés la main, le bruit de tous les appareils photo présents a rempli la cour, pendant que les photographes tentaient désespérément de capturer ce moment.

Une fois le rang terminé, Yaalon a fait une brève pause pour une dernière photographie officielle, avant de rentrer à l’arrière d’un SUV noir qui l’attendait et a démarré.

« C’était une expérience magnifique de travailler avec ces personnes merveilleuses », a-t-il publié dimanche sur Twitter, en hébreu, avec une photo. « Les aides, les officiers, les soldats. Merci à tous. »

Yaalon a démissionné de son poste et de la Knesset vendredi, en pleine lutte avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, disant qu’il ne lui faisait plus confiance. Netanyahu était en discussion pour remplacer Yaalon par Avigdor Liberman dans le cadre d’un accord pour faire entrer le parti Yisrael Beytenu dans la coalition gouvernementale.

Si les pourparlers de coalition se déroulent comme prévu, Yisrael Beytenu devrait rejoindre le gouvernement mardi, le jour où Liberman commencera officiellement à être ministre de la Défense.

Yaalon a démissionné samedi soir de la Knesset. Il sera remplacé lundi par le prochain candidat sur la liste du Likud, l’activiste du mont du Temple et rabbin Yehuda Glick.

Yehuda Glick devant une image du mont du Temple (Crédit photo: Yossi Zamir / Flash90)
Yehuda Glick devant une image du mont du Temple (Crédit photo: Yossi Zamir / Flash90)

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...