Ban réprimande les responsables israéliens qui ont déformé ses propos
Rechercher

Ban réprimande les responsables israéliens qui ont déformé ses propos

Dans le New York Times, le secrétaire général de l'ONU condamne le terrorisme mais réaffirme qu'Israël ignore la frustation des Palestiniens

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, informe le Conseil de sécurité au cours d'une réunion de la situation au "Moyen-Orient et en Palestine", le 26 janvier 2016 aux Nations unies à New York. (Crédit : AFP/Nations Unies/UN Photo/Loey Felipe)
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, informe le Conseil de sécurité au cours d'une réunion de la situation au "Moyen-Orient et en Palestine", le 26 janvier 2016 aux Nations unies à New York. (Crédit : AFP/Nations Unies/UN Photo/Loey Felipe)

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a réitéré lundi sa critique sévère contre la politique d’Israël en Cisjordanie mais a souligné que ses paroles – qui ont été décriées par une batterie de responsables israéliens – étaient en aucun cas, une justification pour les attaques terroristes.

« En Israël et dans les territoires palestiniens occupés, 2016 a commencé comme 2015 a fini – avec des niveaux inacceptables de violence et un discours public polarisé », a écrit Ban dans une opinion dans le New York Times.

« Cette polarisation s’est montrée dans les couloirs de l’ONU la semaine dernière quand j’ai souligné une vérité simple : l’histoire prouve que les gens vont toujours résister à l’occupation », a-t-il dit.

Dans une pique à peine voilée lancée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a accusé mardi le chef des Nations unies d’ « encourager la terreur », Ban a soutenu que ses propos avaient été déformés par les critiques.

« Certains ont cherché à tirer sur le messager – en déformant mes propos en une justification erronée de la violence », a écrit la tête de l’ONU. « Les attaques au couteau, les attaques à voiture bélier et d’autres attaques des Palestiniens qui visent les civils israéliens sont répréhensibles, comme l’incitation à la violence et la glorification de tueurs ».

« Rien n’excuse le terrorisme. Je le condamne catégoriquement ».

Cependant, Ban a ajouté qu’il était « inconcevable » que la violence soit freinée uniquement par des mesures de sécurité accrues.

« Comme j’ai mis en garde le Conseil de sécurité la semaine dernière, la frustration et les griefs palestiniens ne font que grandir sous le poids de près d’un demi-siècle d’occupation » a-t-il poursuivi.

« Ignorer cela ne le fera pas disparaître. Personne ne peut nier que la réalité quotidienne de l’occupation provoque la colère et le désespoir, qui sont les principaux facteurs de la violence et de l’extrémisme et sapent tout espoir d’une solution négociée à deux Etats ».

Ban a en outre critiqué l’expansion des implantations juives en Cisjordanie, ainsi que la démolition de maisons palestiniennes illégales.

« Le gouvernement [israélien] a approuvé les plans pour plus de 150 nouveaux logements dans des colonies illégales en Cisjordanie occupée. Le mois dernier, 370 acres en Cisjordanie ont été déclarées ‘terres d’Etat’, un statut qui conduit généralement à l’usage exclusif des terres par les colons israéliens », a-t-il ajouté.

« Dans le même temps, des milliers de maisons palestiniennes en Cisjordanie risquent d’être démolies en raison des obstacles qui peuvent être légaux sur le papier mais sont discriminatoires dans la pratique. Les Palestiniens – en particulier les jeunes – sont en train de perdre espoir sur ce qui semble être une occupation dure, humiliante et sans fin », a-t-il précisé. « Les Israéliens sont également sous le choc des attaques quasi-quotidiennes et perdent de vue la possibilité d’une paix globale avec les Palestiniens ».

Ban a ajouté qu’il « défendra toujours le droit d’Israël à exister », ainsi que « le droit des Palestiniens à avoir un Etat à eux ».

Il a ajouté que l’ONU s’était engagée à promouvoir la paix et les valeurs démocratiques dans la région mais a souligné qu’il était préjudiciable avant tout chose qu’Israël continue à s’ « en prendre » à ceux qui ont les meilleurs intérêts de l’Etat juif à l’esprit.

« La critique de l’Organisation des Nations unies – ou les attaques contre moi – est inévitable », a écrit le chef de l’ONU.

« Mais quand les sincères préoccupations au sujet des politiques qui manquent de vision ou moralement néfastes émanent tant de sources, y compris les plus proches amis d’Israël, il ne peut pas être soutenable de continuer à tirer à boulets rouges sur chaque critique bien intentionnée ».

Danny Danon, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, a réagi rapidement à l’article de Ban publié dans le New York Times en affirmant qu’il n’y avait aucune justification pour la terreur. « Il n’y a aucune excuse pour le meurtre de femmes dans leurs maisons en face de leurs enfants », a déclaré Danon.

« La machine de l’incitation [à la violence] palestinienne produit le terrorisme et le Secrétaire général de l’ONU avec ses mots a créé de la légitimité pour le terrorisme ».

Danon a affirmé que Ban « choisit d’ignorer la réalité d’Israël, et au lieu de soutenir la lutte israélienne contre une vague de terrorisme palestinien, il soutient les Palestiniens qui incitent au terrorisme ».

Ban a suscité l’indignation israélienne la semaine dernière quand il a affirmé au sujet des attaques palestiniennes, qui ont tué plus de 25 Israéliens ces quatre derniers mois, que c’était dans « la nature humaine de réagir à l’occupation ».

« Il n’y a aucune justification pour le terrorisme », avait déclaré Netanyahu en réponse.

« Les terroristes palestiniens ne veulent pas construire un Etat ; ils veulent détruire un Etat, et ils ne le disent que fièrement. Ils veulent tuer les Juifs partout et ils l’affirment fièrement. Ils ne tuent pas pour la paix et ils ne tuent pas pour les droits de l’Homme ».

L’ONU a « perdu sa neutralité et sa force morale, et les déclarations du secrétaire général ne font rien pour faire améliorer sa situation », a-t-il fustigé dans une déclaration vidéo. Les remarques de Ban, a déclaré Netanyahu, « encouragent la terreur ».

La ministre adjointe des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely a déclaré que les commentaires du chef de l’ONU « nuisent à la lutte mondiale contre le terrorisme, dont Israël est à la tête, et donne une légitimité à ces meurtriers pour continuer à attaquer ».

D’autres responsables israéliens se sont précipités pour condamner Ban, tel Yair Lapid.

L’équipe du Times of Israël et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...