Rechercher

Dan Halutz : « L’ascension de Ben Gvir pourrait conduire à une guerre civile »

L'ancien chef d'état-major de Tsahal a déclaré qu'un conflit armé interne en Israël est possible si le législateur d'extrême droite "essaie d’appliquer ses horribles idées"

L'ancien chef d'état-major de Tsahal, Dan Halutz, s'exprimant lors d'une conférence le 14 juillet 2016. (Crédit : Flash90)
L'ancien chef d'état-major de Tsahal, Dan Halutz, s'exprimant lors d'une conférence le 14 juillet 2016. (Crédit : Flash90)

L’ancien chef d’état-major de Tsahal, Dan Halutz, a averti qu’une « guerre civile » pourrait éclater si le député du parti HaTzionout HaDatit, Itamar Ben Gvir, tente de mettre en application ses « horribles » idées à la suite des prochaines élections.

Halutz, qui a été chef militaire entre 2005 et 2007, a déclaré à Democrat TV en début de semaine que « dès que Ben Gvir tentera d’appliquer ses horribles idées, il y aura une guerre civile ici ».

« Nous ne renoncerons jamais aux droits fondamentaux, cette personne a été exclue du service militaire, elle a de nombreuses infractions à son nom – je ne sais pas comment il a pu être autorisé à posséder une arme de poing« , a ajouté Halutz.

Ben Gvir, que Tsahal a refusé d’enrôler en raison de ses activités d’extrême droite dès l’adolescence, a connu un regain de popularité au cours de l’actuel cycle électoral, les sondages prévoyant que son parti obtiendrait 12 à 14 sièges et pourrait devenir la troisième faction de la Knesset. Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu, qui avait auparavant évité Ben Gvir, a récemment déclaré publiquement que s’il récupérait les fonctions de Premier ministre, le très controversé législateur obtiendrait un poste de ministre dans son gouvernement.

Halutz a cité une interview télévisée avec un Ben Gvir âgé de 18 ans, dans laquelle ce dernier s’était déguisé en Baruch Goldstein, le tireur qui avait perpétré un massacre à la mosquée Ibrahimi à Hébron en 1995, tuant 29 pèlerins palestiniens au Tombeau des Patriarches. Ben Gvir est également tristement célèbre pour une vidéo réalisée avant l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, dans laquelle il tient l’emblème de sa voiture et déclare « nous avons eu sa voiture, et nous l’aurons aussi ».

Ces dernières années, Ben Gvir a affirmé qu’il avait évolué et s’était modéré depuis cette époque, mais Halutz a rejeté cette idée, affirmant qu’  « il n’a pas changé et ne changera pas… ce que nous voyons est ce que nous obtenons ».

La photo du meurtrier Baruch Goldstein accrochée dans la maison du leader d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir. (Crédit: La Treizième chaîne)

Pendant des années, Ben Gvir a affiché sur un mur de sa maison de Kiryat Arba une photo de Goldstein accrochée, ne la retirant qu’en 2019 après qu’elle a été fortement médiatisée dans les médias locaux. Il a également plusieurs condamnations pénales à son nom, notamment pour incitation au racisme et soutien à une organisation terroriste.

« Ils préparent le terrain », semblant sous-entendre que ses adversaires politiques se préparent à combattre son programme et à saper sa légitimité après l’élection », a déclaré Ben Gvir à Maariv en réponse aux commentaires de Halutz.

Un autre ancien chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot – qui sera en lice la semaine prochaine – a cherché à faire baisser la température après l’avertissement de « guerre civile » lancé par Halutz, appelant les électeurs à donner la priorité à l’unité lors du vote de mardi.

Faisant référence aux commentaires de Halutz, Eisenkot, qui a été chef d’état-major de 2015 à 2019, a déclaré dans une interview sur la Douzième chaîne vendredi que « si c’était un avertissement, c’est bien, mais j’espère vraiment que nous n’en arriverons pas là ».

« Je pense que nous en sommes loin. Je donne du crédit aux dirigeants et aux citoyens d’Israël qui peuvent identifier ceux qui unifient et non ceux qui divisent. »

L’ancien chef d’état-major de Tsahal et candidat à la Knesset, Gadi Eisenkot, dévoilant les projets du parti HaMahane HaMamlahti pour améliorer la sécurité intérieure d’Israël, le 18 octobre 2022. (Crédit : Elad Malka)

Eisenkot se présente en troisième position au sein du parti HaMahane HaMamlahti dirigé par un autre ancien chef d’état-major de Tsahal, Benny Gantz. Le parti devrait remporter 11 à 13 sièges si les derniers sondages s’avèrent exacts, bien que les sondages de la télévision israélienne soient notoirement peu fiables.

HaMahane HaMamlahti s’est positionné comme une alternative de compromis viable, que ce soit à la large coalition du Premier ministre sortant Yair Lapid ou à l’alliance de droite de Netanyahu qui soit chargée de former un gouvernement.

En contraste direct avec la posture politique de Ben Gvir, le parti de Gantz se présente comme mamlachti, souvent traduit par « homme d’État », et met l’accent sur la promotion d’un discours civil sain et d’un leadership responsable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...