Danny Danon : l’ONU doit condamner les « mensonges abjects » d’Abbas
Rechercher

Danny Danon : l’ONU doit condamner les « mensonges abjects » d’Abbas

Dans une lettre adressée à Guterres, l'envoyé israélien a déclaré que le discours du chef de l'AP "rappelle les propos racistes des pires régimes du siècle précédent »

Danny Danon, ambassadeur d'Israël à l'ONU, montre au Conseil de sécurité une carte des positions du Hezbollah dans le sud du Liban, pendant une réunion sur le 10e anniversaire de la fin de la deuxième guerre du Liban, le 12 juillet 2016. (Crédit : autorisation)
Danny Danon, ambassadeur d'Israël à l'ONU, montre au Conseil de sécurité une carte des positions du Hezbollah dans le sud du Liban, pendant une réunion sur le 10e anniversaire de la fin de la deuxième guerre du Liban, le 12 juillet 2016. (Crédit : autorisation)

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon a appelé lundi le secrétaire-général à condamner le discours du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de la veille, dans lequel il a nié toute relation entre le peuple juif et la Terre d’Israël.

« Entre autres mensonges abjects qui ont composé son discours… Abbas a réaffirmé le mensonge selon lequel la restauration d’un état-nation pour le peuple juif, dans notre foyer historique n’était qu’un « projet colonial qui n’a rien à voir avec le judaïsme », a écrit Danon dans un courrier adressé à Antonio Guterres.

« Abbas a également accusé les puissances européennes d’avoir « déplacé les Juifs d’Europe au Moyen Orient », uniquement dans le but de satisfaire leurs intérêts économiques. Ces allégations nous rappellent tristement les propos racistes des pires régimes du siècle précédent », a-t-il dit.

« C’est malheureux que dans ses derniers propos, Abbas a, une fois de plus, refusé les initiatives de dialogue avec Israël, les États-Unis et les autres membres de la communauté internationale », a-t-il poursuivi.

« Les mots haineux du (président) de l’Autorité palestinienne, qui semblent remettre en cause jusqu’à l’existence même d’un état-membre des Nations unies, sont intolérables et doivent être condamné sans équivoque », a conclu Danon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...