Rechercher

Décès du sénateur US Orrin Hatch, qui affichait son amitié pour les Juifs et Israël

Le sénateur républicain ayant servi le plus longtemps avait écrit une chanson de Hanukkah et a porté une mezouza autour de son cou pendant quarante ans

Le sénateur républicain de l'Utah Orrin Hatch (Crédit : US Congress)
Le sénateur républicain de l'Utah Orrin Hatch (Crédit : US Congress)

JTA – Orrin Hatch, décédé samedi à l’âge de 88 ans des complications d’un accident vasculaire cérébral après une longue carrière politique qui a fait de lui le républicain le plus longuement en poste de l’histoire du Sénat, était un mormon pratiquant de l’Utah.

Cependant, il mettait en avant sa foi mormone pour se présenter comme un ami de toujours des Juifs et d’Israël – et la façon la plus visible dont il manifestait son adoration était la mezouza qu’il portait autour du cou.

« Il est difficile pour moi d’exprimer la profonde révérence que j’ai pour le peuple juif », avait déclaré Hatch dans un discours du 14 mai 2018 au Sénat donné en soutien à la décision controversée du président de l’époque, Donald Trump, de déplacer l’ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem. « Comme symbole de mon respect, je porte une mezouza autour du cou. Je la porte tous les jours depuis près de quatre décennies – en fait, plus de quatre décennies. »

Une mezouza est une petite boîte qui contient un petit rouleau de parchemin sur lequel sont écrits des versets de la Torah – et est normalement posée sur les montants de porte des maisons juives. Mais certains juifs les portent en colliers.

« La mezouza me rappelle l’affinité que j’ai, en tant que membre de la foi mormone, pour le peuple juif et son histoire », a poursuivi M. Hatch dans son discours. Il a également souligné le lien entre Israël et l’État de l’Utah, qui a été colonisé par les mormons au XIXe siècle après l’assassinat de leur prophète Joseph Smith, qui avait pour objectif de fonder un État dans lequel il serait possible de pratiquer la foi – et la polygamie – librement.

« Israël et l’Utah ont tous deux été fondés par des minorités religieuses qui cherchaient à fuir les persécutions », a déclaré M. Hatch.

L’amour professé par Hatch pour le peuple juif ne s’arrêtait pas à sa mezouza. Auteur-compositeur accompli, il a également écrit et interprété une chanson de Hanoukka à la demande du journaliste juif Jeffrey Goldberg. La chanson, « Eight Days of Hanukkah », avait été enregistrée plus tard pour le magazine Tablet et contenait les paroles suivantes : « Un petit groupe de personnes a ouvert la voie / A travers la nuit la plus sombre, ils prient / En quête de liberté religieuse, ils / Ont fait plus que survivre ».

Hatch avait confié à Goldberg qu’il se sentait « coupable » de ne pas avoir encore écrit une chanson de Hanoukka.

Lorsque Hatch s’est retiré du Sénat en 2019, après y avoir été élu pour la première fois en 1976, il avait servi sept mandats et joué un rôle important dans l’élaboration de législations ainsi que dans la désignation des juges de la Cour suprême qui ont ensemble contribué à mettre en avant un modèle profondément conservateur. Pendant les quatre dernières années de sa carrière, en tant que président pro tempore du Sénat, Hatch était troisième dans la ligne de succession présidentielle.

Pendant son mandat, il n’a pas manqué de souligner ses convictions pro-israéliennes. Il s’est rendu à de nombreuses reprises en Israël, où il aimait participer aux dîners du Shabbat et qualifiait les relations israélo-américaines « d’indestructibles ». En 2011, après la proposition du président Barack Obama de faire revenir Israël à ses frontières d’avant 1967 comme prétexte aux négociations de paix, Hatch a présenté une résolution qualifiant une telle proposition de « contraire à la politique et à la sécurité nationale des États-Unis », une position qui s’alignait parfaitement sur celle du Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, à ce sujet.

Lorsque Netanyahu a prononcé son discours conjoint au Congrès en 2015 dans le but de faire pression sur les États-Unis pour qu’ils abandonnent l’accord sur le nucléaire iranien, Hatch se trouvait juste derrière lui sur l’estrade.

La mort de Hatch a été déplorée par le groupe de lobbying pro-israélien AIPAC, qui a tweeté qu’il « avait une sincère sympathie pour l’État juif. » Nathan Diament, directeur exécutif de l’Orthodox Union Advocacy Center, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que Hatch avait également joué un rôle clé dans l’adoption de lois sur la liberté de religion qui bénéficiaient à la communauté orthodoxe.

« Il a beaucoup intériorisé le fait que, d’une certaine manière, il s’identifiait à l’expérience juive », a déclaré M. Diament.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...