Rechercher

Découverte d’une défense d’éléphant datant de la préhistoire près d’Ashkelon

La plus ancienne défense retrouvée entière sur un site préhistorique au Proche-Orient, selon l'AIA, a été découverte dans le secteur du kibboutz de Revadim

Des archéologues, paléontologues et conservateurs entourant la défense d'un éléphant à défenses droites, découverte au kibboutz Revadim, dans le sud d'Israël, en août 2022. (Crédit : Yoli Schwartz/Autorité israélienne des antiquités)
Des archéologues, paléontologues et conservateurs entourant la défense d'un éléphant à défenses droites, découverte au kibboutz Revadim, dans le sud d'Israël, en août 2022. (Crédit : Yoli Schwartz/Autorité israélienne des antiquités)

Des archéologues israéliens ont dévoilé mercredi la défense d’un énorme éléphant – aujourd’hui disparu- longue de 2,6 mètres et datant de la préhistoire, qui a été découverte dans le centre d’Israël au début du mois d’août au cours de deux semaines de fouilles menées par l’université de Tel Aviv et l’université Ben-Gurion du Néguev, dans le cadre de l' »Opération Eléphant ».

Il s’agit de la plus ancienne défense retrouvée entière sur un site préhistorique au Proche-Orient, a indiqué l’Autorité israélienne des Antiquités (AIA).

La défense, qui pèse environ 150 kg, a été découverte dans le secteur du kibboutz de Revadim, près d’Ashkelon par le Dr Eitan Mor, un biologiste de Jérusalem, qui a organisé un voyage dans la région par curiosité pour les éléphants, selon un communiqué de l’AIA.

« De gigantesques éléphants déambulaient et broutaient sur ce site préhistorique de la plaine côtière d’Israël il y a un demi-million d’années, comme en atteste cette antique défense exceptionnellement bien préservée », a expliqué l’AIA dans son communiqué.

Elle provient d’un éléphant dit à défenses droites, une espèce « ayant disparu de cette région il y a environ 400 000 ans », a déclaré à l’AFP Avi Levy, directeur des fouilles à l’AIA.

D’après la taille de cette défense, l’éléphant devait mesurer de 4,5 à 5 mètres.

Des archéologues, paléontologues et conservateurs entourant la défense d’un éléphant à défenses droites, découverte au kibboutz Revadim, dans le sud d’Israël, en août 2022. (Crédit :Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

Des os d’éléphants avaient déjà été trouvés dans ce secteur d’Israël mais pas une défense de ce type, qui a été qualifiée de trouvaille « fantastique » par Levy.

« À ma grande surprise, j’ai repéré quelque chose qui ressemblait à un grand os d’animal qui dépassait du sol. En regardant de plus près, j’ai réalisé qu’il s’agissait d’un « vrai » os, et je me suis empressé de le signaler à l’Autorité israélienne des antiquités », a déclaré le Dr Eitan Mor.

« La découverte de la défense, détachée du crâne et du reste du corps (de l’éléphant), pose question: la défense est-elle le reste d’un éléphant pourchassé ou a-t-elle été collectée par des habitants locaux durant la préhistoire? La défense avait-elle un sens social ou spirituel? », se sont interrogés Ofer Marder, professeur d’archéologie à l’université Ben Gurion de Beer Sheva, et Ianir Milevski, directeur de la branche préhistoire à l’AIA.

Des outils en silex ont également été trouvés près de la défense, utilisés par des hommes préhistoriques pour écorcher et découper des animaux.

Les scientifiques pensent que les espèces d’éléphants, qui ont précédé leurs descendants actuels, sont arrivées dans la plaine côtière d’Israël il y a environ 800 000 ans et se sont éteintes il y a environ un demi-million d’années. Selon l’IAA, les découvertes d’éléphants sont rares et le fossile présente « un grand intérêt scientifique ».

L’IAA a expliqué que les travaux archéologiques réalisés à Revadim, où des outils en pierre et en silex ainsi que d’autres restes fossilisés ont été découverts, ont révélé que les humains s’étaient installés dans la région et chassaient les éléphants qui la parcouraient.

Le directeur de l’IAA, Eli Skozido, a souligné que cette découverte était « de première importance pour la communauté universitaire, mais aussi d’un grand intérêt public ».

Lorsqu’elle sera extraite du sol, elle sera transférée à un laboratoire de l’AIA pour y être étudiée et conservée.

Skozido a ajouté que l’autorité prévoit d’exposer publiquement la défense après les efforts de conservation dans la salle d’exposition permanente de l’IAA, à Jérusalem.

Le professeur Israel Hershkovitz, du Centre Dan David pour l’évolution humaine et la biohistoire de l’université de Tel Aviv, a déclaré que le fossile, dont on dit qu’il est en très bon état, est aussi « extrêmement fragile » et que des efforts ont été faits pour le protéger après sa découverte.

« Nous sommes maintenant en train de l’étudier dans son contexte archéologique, avant de le transférer au laboratoire de conservation de l’Autorité israélienne des antiquités, où il sera étudié et conservé », a déclaré Hershkovitz.

L’IAA a déclaré que l’étude conjointe vise à résoudre les débats entourant les chasseurs d’éléphants préhistoriques et leur culture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...