Découvrez 8 éléments à savoir sur Einstein pour le 100e anniversaire de la relativité
Rechercher

Découvrez 8 éléments à savoir sur Einstein pour le 100e anniversaire de la relativité

"Ma relation avec le peuple juif est devenu mon lien humain le plus fort", a-t-il écrit à David Ben Gurion en 1952

Albert Einstein lors d'une conférence à Vienne en 1921  (Crédit : Ferdinand Schmutzer/CC-BY/Wikimedia Commons)
Albert Einstein lors d'une conférence à Vienne en 1921 (Crédit : Ferdinand Schmutzer/CC-BY/Wikimedia Commons)

JTA – On célèbre mercredi le centenaire de la théorie de la relativité d’Einstein, une découverte qui a révolutionné à jamais l’étude de la gravité, de l’espace et du temps.

Alors que le génie d’Einstein a été reconnu en 1915, l’année où la théorie a été publiée (il avait énoncé la célèbre équation E = mc2 dix ans plus tôt), la relation du physicien au judaïsme et au sionisme était encore en évolution.

Voici 7 faits sur Einstein vis à vis de la religion, de la Seconde Guerre mondiale et d’Israël.

1. Il a mangé casher à 12 ans

Le jeune Einstein est passé par une phase pratiquante à 12 ans, même si ses parents étaient des juifs ashkénazes laïques allemands.

Il n’est cependant pas resté intéressé par le judaïsme assez longtemps pour célébrer une bar mitzvah.

Un étudiant juif en médecine et ami de la famille – nommé, assez ironiquement, Max Talmud – a introduit le garçon créatif aux livres de vulgarisation scientifique, qu’Einstein considérait comme contredisant les enseignements religieux.

2. Il a récolté des fonds pour l’Organisation sioniste mondiale

En 1921, le président de l’OSM et collègue scientifique Chaim Weizmann a demandé à Einstein de récolter des fonds pour l’organisation et pour l’université hébraïque de Jérusalem.

Einstein craignait que le projet sioniste risque d’attiser le conflit judéo-arabe, mais l’antisémitisme, auquel il faisait face en Europe, même s’il avait publié certains des travaux scientifiques les plus important au monde, l’a convaincu de la nécessité d’un Etat juif.

Il a accepté de faire une tournée de collecte de fonds aux États-Unis en 1921, où il a été accueilli comme une célébrité.

Il a donné plus tard, la première conférence scientifique à l’université hébraïque, une institution qu’il a aidée à conceptualiser en 1923.

3. Il a rendu visite à des Juifs en Palestine, mais n’a jamais visité Israël

En 1922, sur le chemin du retour d’un voyage en Asie, Einstein s’est arrêté pendant 12 jours dans ce qui était alors le mandat britannique de la Palestine.

Bien qu’il ait été reçu comme un dignitaire en visite et a dit à la foule qu’il était fier de la façon dont les Juifs devenaient « une force dans le monde, » il ne revint jamais.

Photo d'Albert Einstein et les dirigeants de l'Organisation sioniste mondiale publiée aux Etats-Unis en 1921. Albert Einstein avec sa femme Elsa Einstein, et les dirigeants sionistes Menachem Ussishkin, Chaim Weizmann, Vera Weizmann et Ben-Zion Mossinson arrivant à New York, 1921 (Wikipedia / domaine public)
Photo d’Albert Einstein et les dirigeants de l’Organisation sioniste mondiale publiée aux Etats-Unis en 1921. Albert Einstein avec sa femme Elsa Einstein, et les dirigeants sionistes Menachem Ussishkin, Chaim Weizmann, Vera Weizmann et Ben-Zion Mossinson arrivant à New York, 1921 (Wikipedia / domaine public)

4. Il se trouvait à l’étranger quand Hitler est arrivé au pouvoir et ne revint jamais en Allemagne

Einstein se trouvait au California Institute of Technology à Pasadena, en Californie, en février 1933, lorsqu’Adolf Hitler a été nommé chancelier d’Allemagne.

Au moment où Einstein et son épouse Elsa étaient en Belgique sur leur chemin de retour en Europe au mois de mars, leur chalet allemand était pillé par les nazis.

Le physicien a renoncé à sa citoyenneté allemande au consulat allemand de Belgique et est retourné aux États-Unis.

Il n’a plus jamais remis les pieds en Allemagne.

5. On lui a proposé d’être le deuxième président d’Israël

Lorsque Chaim Weizmann, qui a servi comme premier président de l’Etat d’Israël, est mort en 1952, le Premier ministre David Ben Gurion a offert la fonction à Einstein, qui n’avait pas été au Moyen-Orient depuis 30 ans.

Einstein a décliné, le coeur lourd, en déclarant : « Je suis profondément ému par l’offre de notre Etat d’Israël, et à la fois attristé et honteux que je ne puisse pas l’accepter. Toute ma vie, j’ai traité de questions objectives, donc je manque à la fois de l’aptitude naturelle et d’expérience pour traiter correctement avec des gens et d’exercer des fonctions officielles… Je suis le plus désolé de ces circonstances, parce que ma relation avec le peuple juif est devenue mon lien humain le plus fort, depuis que je suis pleinement conscient de notre situation précaire parmi les nations du monde ».

6. Il croyait en un Dieu « panthéiste » tel que décrit par le philosophe juif Baruch Spinoza

Einstein s’est exprimé ouvertement sur la relation entre la science et la religion tout au long de sa vie, mais ses convictions personnelles ne satisferaient ni les athées, ni les religieux fervents.

Il a aligné ses croyances religieuses sur celles de Spinoza, un penseur hollandais qui a été excommunié par la communauté juive d’Amsterdam au 17e siècle pour sa philosophie « rationaliste ».

Einstein ne croyait pas à la conception anthropomorphique communément acceptée de Dieu. « Je crois au Dieu de Spinoza qui se révèle dans l’harmonie de tout l’être, et non pas en un Dieu qui se préoccupe du sort et des actions des hommes, » a-t-il écrit à un rabbin en 1929.

7. Il a écrit un discours pour le septième Yom HaAtsmaout sur son lit de mort

En 1955, Einstein devait prononcer un discours célébrant le septième Jour de l’Indépendance d’Israël sur les réseaux américains ABC, NBC et CBS.

Le 17 avril, neuf jours avant le discours, il a eu une hémorragie interne qui l’a mené à l’hôpital.

Il aurait emmené le brouillon du discours avec lui à l’hôpital, mais il est mort le lendemain après avoir refusé une operation chirurgicale d’urgence.

Les Archives de l’Etat d’Israël ont publié en 2013 les ébauches du discours.

« [L]a création d’Israël est un événement qui engage activement la conscience de cette génération », a écrit Einstein dans le brouillon.

« Il est, par conséquent, un paradoxe amer de constater que l’État qui était destiné à être un refuge pour un peuple martyre est lui-même menacé par de graves dangers pour sa propre sécurité. La conscience universelle ne peut pas être indifférente à un tel péril ».

8. Il a visité l’imprimerie de JTA

Einstein était un partisan connu de la Jewish Telegraphic Agency, pour laquelle il a aidé à récolter des fonds dans les années 1930 et 1940.

En faisant appel à l’aide publique, il a déclaré que la « Jewish Telegraphic Agency remplit des fonctions vitales pour l’ensemble de [la] communauté juive», et à un moment donné a été photographié à l’imprimerie de JTA.

En 2012, une série de lettres entre Einstein et Jacob Landau le fondateur de JTA (Einstein a été le parrain de son fils) a refait surface et a été vendue aux enchères chez Sotheby.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...