Des étudiants de l’université d’Oxford veulent interdir la viande casher
Rechercher

Des étudiants de l’université d’Oxford veulent interdir la viande casher

Le porte-parole de Somerville indique que le collège examine la demande, mais qu'il élargira son offre de viande pour répondre aux besoins des étudiants juifs et musulmans

Bibliothèque du Somerville College, Oxford, Bibliothèque (Aivin G via Wikimedia Commons)
Bibliothèque du Somerville College, Oxford, Bibliothèque (Aivin G via Wikimedia Commons)

JTA – Une association étudiante de l’Université d’Oxford a adopté une motion non contraignante visant à interdire effectivement toute viande casher.

La Junior Common Room, une association étudiante du collège Somerville de l’Université d’Oxford, a demandé au collège de ne servir que de la viande qui a été étourdie avant d’être tuée, selon la BBC. Cette exigence exclurait la viande casher, qui ne peut être étourdie avant l’abattage.

Un porte-parole du collège a dit que le collège examine la demande, mais qu’il élargira également son offre de viande casher et halal.

« Nous voulons que tous nos élèves se sentent à l’aise et bien traités, y compris à l’heure des repas », a déclaré le porte-parole, selon la BBC. « Nous envisageons d’élargir notre offre de viande halal et casher, et de proposer davantage d’options sans lactose, sans gluten et sans viande, à la demande du JCR ».

Illustration d’un homme apprêtant de la viande dans un abattoir casher (AP Photo/Mosa’ab Elshamy)

La présidente de la Jewish Society de l’université, Nicole Jacobus, a déclaré à la BBC que le vote nuit à la diversité à Oxford.

« Le vote en faveur de l’interdiction des aliments casher ne fait qu’aggraver la question de la diversité, car il montre que non seulement les étudiants juifs sont mal lotis, mais qu’ils ne peuvent pratiquer activement leur religion à Somerville », dit-elle. « Cela a des répercussions négatives sur l’ensemble de la communauté étudiante d’Oxford. »

Au cours des années précédentes, des allégations répétées antisémites ont été formulées par des étudiants activistes à Oxford.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...