Des solutions pour que plus d’élèves américains s’immergent dans l’hébreu
Rechercher

Des solutions pour que plus d’élèves américains s’immergent dans l’hébreu

Des écoles souhaitent faire en sorte que de plus en plus d'étudiants choisissent l'hébreu à l'université, qui observe une baisse dans l'apprentissage

  • Illustration : La Harlem Hebrew Academy propose une immersion en hébreu pour les étudiants de tous horizons. (Autorisation Hebrew Public)
    Illustration : La Harlem Hebrew Academy propose une immersion en hébreu pour les étudiants de tous horizons. (Autorisation Hebrew Public)
  • Les responsables du programme espèrent que l'étude de l'hébreu dans les premières années encouragera les étudiants à poursuivre l'étude de cette langue à l'université. (Autorisation Hebrew Public)
    Les responsables du programme espèrent que l'étude de l'hébreu dans les premières années encouragera les étudiants à poursuivre l'étude de cette langue à l'université. (Autorisation Hebrew Public)
  • Illustration : Les élèves de la Harlem Hebrew Academy Charter School ont intégré l'hébreu dans toutes les matières, à l'exception des arts du langage en anglais. (Autorisation Hebrew Public)
    Illustration : Les élèves de la Harlem Hebrew Academy Charter School ont intégré l'hébreu dans toutes les matières, à l'exception des arts du langage en anglais. (Autorisation Hebrew Public)
  • Illustration : Des élèves en classe à la Harlem Hebrew Language Academy Charter School. (Cathryn J. Prince/ Times of Israel)
    Illustration : Des élèves en classe à la Harlem Hebrew Language Academy Charter School. (Cathryn J. Prince/ Times of Israel)

NEW YORK – Huit paires d’yeux sont braqués sur leur professeur alors qu’il lance sur la table le cube de carton surdimensionné sur lequel sont imprimées des lettres hébraïques. Dès qu’il atterrit, les mains se lèvent et les élèves de Sixième se disputent la chance de répondre à la question de vocabulaire.

Bienvenue à un cours d’hébreu intermédiaire à la Harlem Hebrew Academy, une école laïque bilingue à charte où les enfants de tous les milieux sont immergés dans l’hébreu moderne. En plus d’offrir aux élèves de la maternelle à la 4e une éducation dynamique, l’école à charte pourrait également jouer un rôle essentiel pour freiner la diminution du nombre d’étudiants qui s’inscrivent en hébreu moderne à l’université.

L’objectif de l’école ? Atteindre les étudiants pendant leur jeunesse afin qu’ils continuent à poursuivre l’hébreu en grandissant.

« Nous savons que si les étudiants nous quittent avec un certain niveau d’hébreu, ils sont plus susceptibles de conserver une certaine maîtrise de la langue, et cela facilite la possibilité d’y revenir et d’étudier », a déclaré Valerie Khaytina, directrice des relations extérieures de l’association à but non lucratif Hebrew Public, qui gère l’école Harlem Hebrew et 14 autres écoles à charte du même type dans tout le pays.

Selon un rapport récent de la Modern Languages Association, les inscriptions universitaires en hébreu moderne ont chuté de 17,6 % entre 2013 et 2016, tandis que l’étude de l’hébreu biblique a chuté de 24 %. Au cours de la même période, les inscriptions en langues étrangères ont diminué de 9 % dans l’ensemble.

Naomi Sokoloff, professeur d’hébreu au Département de langue et civilisation du Proche-Orient et de littérature comparée de l’Université de Washington. (Naomi Sokoloff)

« Cela me brise le cœur de voir ces chiffres », a déclaré Naomi Sokoloff, professeur d’hébreu au département des langues et civilisations du Proche-Orient et de littérature comparée de l’université de Washington.

« Nous avons cette langue qui a été revitalisée il y a tout juste 100 ans, et à cette époque, il y a eu un boom de l’écriture, de la littérature et de la culture », a-t-elle dit.

« L’étude de l’hébreu est vitale pour les relations israélo-américaines parce que les étudiants qui étudient l’hébreu s’immergent dans la culture et voient ce qui est dynamique et amusant au lieu de ne voir que la politique et les questions sociales », a déclaré Mme Sokoloff.

L’étude de l’hébreu, ou de toute autre langue étrangère d’ailleurs, offre de nombreux avantages sur le plan cognitif – en particulier lorsque les élèves commencent à un âge précoce, a expliqué Mme Sokoloff. Et les écoles d’immersion telles que la Harlem Hebrew peuvent aider à atteindre cet objectif.

Lorsque les élèves sont ainsi immergés dans l’hébreu pendant la majeure partie de leurs études primaires et secondaires, cela est de bon augure pour un retour futur à des études structurées, même s’il y a une interruption, a déclaré Shiri Goren, directrice du programme d’hébreu moderne à l’université Yale.

Dr Shiri Goren, directrice du programme d’hébreu moderne de l’Université Yale. (Isabel Chenoweth)

Beaucoup d’élèves de Goren avaient étudié l’hébreu avant de venir à Yale, et un grand nombre de ceux du département l’ont fait quotidiennement jusqu’en 3ème.

Pour aider à susciter l’intérêt pour l’hébreu au niveau universitaire, Mme Goren a déclaré qu’il est important que les universités commencent à attirer des étudiants bien avant qu’ils ne commencent leurs études post-secondaires, par le biais de salons de l’éducation et de salons universitaires.

Il existe des avantages supplémentaires au-delà de la maîtrise de l’hébreu : Selon Sokoloff, apprendre les racines et les liens entre les mots et la sémantique dans une langue étrangère peut améliorer la lecture et l’écriture dans sa langue maternelle. En outre, a-t-elle dit, l’apprentissage d’une autre langue permet aux élèves de voir les gens d’autres pays et d’autres cultures comme des êtres humains et non comme des caricatures.

Un fil conducteur

À la Harlem Hebrew Charter School, l’hébreu est intégré dans toutes les matières, à l’exception des arts du langage anglais. Pendant le déjeuner et la récréation, c’est la langue parlée principale.

« Pour apprendre une langue, il faut vivre dans cette langue. Au moins, ces enfants ont une base sur laquelle ils peuvent construire. Ils ont une relation avec Israël et avec le monde entier », a déclaré Khaytina, devant l’entrée de la salle de gym de la Harlem Hebrew.

A l’intérieur, des bannières d’équipes sportives israéliennes ornent les murs bleu ciel et des baskets crissent sur le parquet. Une trentaine d’enfants de 10 ans criaient et riaient. Un professeur de gymnastique a donné le décompte en hébreu et les élèves ont formé trois lignes bien ordonnées, prêtes à retourner dans leurs classes respectives.

Une partie de la mission de l’école est d’aider à créer des étudiants à l’esprit international comme Christian LaFontant, qui a dit qu’il continuera à étudier les langues étrangères à l’université.

Des élèves en classe à la Harlem Hebrew Academy. (Cathryn J. Prince/ Times of Israel)

Parlant déjà couramment le français, le créole et l’anglais, cet élève de 13 ans est en 4ème à l’école Hebrew Language Academy de Brooklyn.

En ce moment, LaFontant aime enseigner les mots et les phrases de base en hébreu à sa famille. Il attend également avec impatience un voyage scolaire en Israël prévu ce printemps avec ses camarades de classe. Une fois sur place, il pourra utiliser son hébreu dans un cadre moins structuré qu’en classe, notamment en faisant ses courses au shouk, ou dans un bazar en plein air.

Bien que l’université ne soit peut-être pas une priorité immédiate pour LaFontant, il réfléchit déjà à la possibilité d’étudier l’hébreu quand il y arrivera.

« Cela dépend de la pertinence qu’il aura pour moi. Si je peux continuer à appliquer ce que j’ai appris jusqu’à présent à l’université, alors l’étudier là-bas serait une bonne idée », a-t-il dit.

Les responsables du programme espèrent que l’étude de l’hébreu dans les premières années encouragera les étudiants à poursuivre l’étude de cette langue à l’université. (Autorisation Hebrew Public)

Khaytina, et d’autres éducateurs, sont bien conscients du désir des élèves de voir leurs compétences linguistiques amenées à un niveau suffisamment élevé pour qu’elles puissent être mises en pratique tout au long de leur vie. Pour y parvenir, des écoles comme celle de Harlem doivent faire en sorte que la langue « tienne bon ».

L’un des moyens d’y parvenir est le nouveau programme des anciens élèves de l’école, qui vise à rester en contact avec les étudiants longtemps après l’obtention de leur diplôme.

Yair Weinstein, 12 ans, qui a deux frères et sœurs plus jeunes à l’école, obtiendra son diplôme d’hébreu de Harlem ce printemps. Il prévoit d’être l’un des premiers étudiants à participer au programme des anciens élèves, qui lui permettra de redonner à la communauté par le biais du volontariat tout en restant ancré dans la langue grâce à des cours d’hébreu en ligne et des visites d’écoles l’après-midi.

« J’écoute de la musique israélienne, et quand je crie sur mon petit frère et ma petite sœur, je le fais en hébreu. Je passe aussi chaque été en Israël où je suis obligé de parler hébreu pendant deux mois de ma vie », a-t-il expliqué.

Illustration : La Harlem Hebrew Academy propose une immersion en hébreu pour les étudiants de tous horizons. (Autorisation Hebrew Public)

Parce que Weinstein se considère comme parlant couramment, il a dit qu’il n’est pas sûr d’étudier l’hébreu à l’université. En ce moment, il dit qu’il aimerait étudier le japonais.

Jusqu’à présent, les écoles à charte ne sont pas une panacée pour les faibles inscriptions au niveau universitaire, mais Mme Sokoloff a déclaré que les programmes d’immersion comme celui de Harlem Hebrew sont un bon moyen d’aider à renverser la tendance.

« J’ai vu des résultats étonnants dans une école à charte, car les enfants chantaient magnifiquement en hébreu et s’appropriaient la langue de manière très naturelle », a déclaré Mme Sokoloff.

Mais quelle que soit la qualité d’un programme d’immersion avant l’université, rien ne peut remplacer des cours de langue de niveau universitaire.

« Je suis toujours convaincue que l’enseignement de niveau universitaire peut avoir un grand impact, car il instruit les étudiants à un moment de leur vie où ils choisissent leur propre voie d’adulte », a déclaré Mme Sokoloff.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...