Israël en guerre - Jour 201

Rechercher
Carnet du journaliste

Eli Cohen surmonte les obstacles diplomatiques sur la voie du dégel avec l’Ukraine

Le haut diplomate a dû prendre deux trains de nuit pour rencontrer le président Zelensky dans le froid de Kiev, donnant ainsi à Netanyahu un peu de répit avec l'Occident

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

  • Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à droite, s'entretenant avec l'ambassadeur d'Israël en Ukraine, Michael Brodsky, après être descendu du train à Kiev, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
    Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à droite, s'entretenant avec l'ambassadeur d'Israël en Ukraine, Michael Brodsky, après être descendu du train à Kiev, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
  • Le ministre des Affaires étrangères s'entretient avec le président ukrainien Volodymr Zelensky à Kiev, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)
    Le ministre des Affaires étrangères s'entretient avec le président ukrainien Volodymr Zelensky à Kiev, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)
  • Un soldat ukrainien surveillant la visite du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    Un soldat ukrainien surveillant la visite du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
  • Un prêtre observant la visite du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    Un prêtre observant la visite du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
  • La gerbe de fleurs déposée par le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
    La gerbe de fleurs déposée par le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, à Boutcha, Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Kiev, Ukraine – Six semaines seulement après son entrée en fonction en tant que ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen s’est embarqué dans un voyage aussi complexe sur le plan logistique que sur le plan diplomatique.

Les désaccords à l’origine des tensions dans les relations entre Israël et l’Ukraine persistent depuis que les forces russes ont envahi leur voisin il y a 51 semaines. Kiev souhaite qu’Israël se range fermement du côté de l’Occident, en adoptant une position morale claire contre Moscou et le président Vladimir Poutine. Volodymyr Zelensky, le président juif de l’Ukraine, souhaite également que l’État juif offre ses célèbres technologies de défense aérienne, car la Russie, frustrée, attaque les infrastructures civiles avec des missiles et des drones.

Israël, déterminé à maintenir son statu quo avec la Russie dans le ciel syrien et sa relation productive avec la puissance mondiale, s’est contenté de fournir une aide humanitaire à Kiev et de voter avec elle à l’ONU.

Le 37e gouvernement dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu semble vouloir faire bouger les choses dans le sens de Kiev. L’un des principaux moteurs de cette politique est le désir de montrer qu’il se tient aux côtés de ses alliés occidentaux, d’autant plus que leurs critiques publiques s’intensifient au sujet de la réforme du système judiciaire et de la légalisation d’avant-postes illégaux. Et comme les armes iraniennes jouent un rôle de plus en plus important dans les bombardements russes, Jérusalem y voit également l’occasion de dépeindre Téhéran comme une menace pour Israël et l’Ukraine – et par extension, pour l’Occident démocratique.

Cohen a compris très rapidement qu’une visite à Kiev – en tant que premier ministre israélien à se rendre dans la capitale depuis le début de la guerre – pourrait mettre les relations bilatérales sur une nouvelle voie après une année de récriminations, souvent publiques.

Dans son discours inaugural au ministère des Affaires étrangères, Cohen a déclaré qu’Israël « parlerait moins » de la guerre, une déclaration que de nombreux alliés ont interprétée comme une indication que le nouveau gouvernement ne critiquerait pas la Russie publiquement. Il a également annoncé qu’il s’entretiendrait avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avant de répondre à un appel d’un responsable ukrainien, ce qui a suscité la colère de Kiev.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, s’exprimant au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mais Cohen n’a pas tardé à trouver sa place. Il a fini par s’entretenir avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, qui l’a invité à Kiev. Et lorsque le secrétaire d’État américain Antony Blinken est venu à Jérusalem pour sermonner les responsables israéliens sur les fondements de la démocratie, Cohen a pu atténuer quelque peu les critiques en confirmant qu’il se rendrait en Ukraine dans un avenir proche.

Cela s’avéra plus facile à dire qu’à faire.

Zelensky et Kuleba se sont envolés pour le Royaume-Uni aux dates où Cohen devait initialement les rencontrer, ce qui l’a obligé à repousser sa visite d’une semaine.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan souhaitant le rencontrer pour le remercier des efforts de sauvetage d’Israël après les tremblements de terre meurtriers de la semaine dernière, Cohen s’est rendu à Ankara la veille de son voyage en Ukraine.

En raison de la guerre en cours, Cohen n’a pas pu faire de cette visite l’affaire d’une journée.

L’espace aérien au-dessus du pays est fermé au trafic civil, il a donc dû atterrir dans un pays voisin, puis se rendre à la capitale par voie terrestre et s’assurer d’être de retour en Israël à temps pour le début du Shabbat le vendredi soir.

Initialement, Cohen et sa délégation avaient prévu de se rendre en Moldavie en raison de la proximité de Kiev. Mais il a décidé qu’il serait plus confortable pour ses assistants et les journalistes qui les accompagnaient de voyager en train de nuit depuis la ville frontalière polonaise de Przemyśl.

La police polonaise patrouillant autour de la gare de Przemyśl, avant la visite en Ukraine du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, en Pologne, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Après avoir décollé de l’aéroport Ben Gurion sur un vol charter, Cohen et son équipe ont atterri à Rzeszów, en Pologne, puis sont montés dans un convoi pour faire le trajet d’une heure jusqu’à Przemyśl.

La police ayant assuré la sécurité de la gare plongée dans l’obscurité, la délégation israélienne est montée à bord d’un train qui attendait, arborant le blason de l’Ukraine, le trident de Volodymyr le Grand.

Avant de s’endormir pendant les dix heures de trajet, Cohen, quelque peu décontenancé – dont le comportement de monsieur Tout-le-Monde lui a permis de gravir les échelons du Likud – a passé sa tête dans les cabines des journalistes, leur a serré la main et les a rassurés en leur disant que c’était le meilleur moyen pour se rendre à Kiev, plutôt que de sillonner les routes de Moldavie et du sud-est de l’Ukraine.

Les équipes diplomatiques d’Israël à Varsovie et à Kiev se sont empressées de s’assurer qu’il y avait suffisamment de nourriture casher pour la délégation, remplissant l’un des wagons de repas chauds pour le voyage.

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, descendant du train à Kiev, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Eli Cohen est descendu du train dans l’air glacial de Kiev le lendemain matin, alors que de vigilants soldats ukrainiens surveillaient de près les Israéliens qui affluaient sur le quai.

Leur pays étant en guerre, les fonctionnaires ukrainiens portaient des vêtements de couleur kaki de style militaire, même pendant les réunions diplomatiques. Comme un clin d’œil au style décontracté de son hôte, Cohen a choisi de ne pas porter de cravate pendant tout le voyage.

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Michael Brodsky, attendait sur le quai pour accueillir Cohen comme le veut le protocole, vêtu d’une veste et d’une cravate bleue. Dès qu’il a remarqué la tenue de son patron, Brodsky a rapidement enlevé sa cravate.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à droite, salué par l’envoyé spécial de l’Ukraine, Maksym Subkh, à gauche, à Kiev, le 23 février 2023. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)

Le voyage a commencé solennellement sur des terres souillées par le sang des personnes assassinées en 2022 et en 1941. À Boutcha, la banlieue de Kiev où les troupes russes ont massacré des centaines de civils et abandonné leurs corps dans les rues, Cohen a traversé un champ boueux recouvert de glace avant de déposer une gerbe de fleurs sur une fosse commune contenant 116 corps.

La corde raide diplomatique sur laquelle Cohen essayait de marcher a failli s’effilocher dans l’église située à côté de la fosse commune. Interrogé directement sur sa volonté de condamner nommément la Russie, Cohen a refusé, se contentant de dire qu’Israël est solidaire du peuple ukrainien.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen en visite à Boutcha, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Les responsables ukrainiens ont déclaré que la non-condamnation laissait planer un doute sur la rencontre entre Cohen et Zelensky.

Alors que l’air se refroidissait sous un ciel gris, Cohen s’est rendu à Babi Yar, le ravin dans lequel plus de 30 000 Juifs ont été fusillés en septembre 1941. Avec le directeur-général de son ministère, Ronen Levy, il a planté un arbre – néanmoins certain qu’il ne tiendrait pas longtemps dans le sol gelé.

L’emploi du temps de Cohen lui a permis de visiter le centre de Kiev. Ses guides l’ont emmené à la cathédrale Sainte-Sophie, vieille de 1 000 ans, un choix rare pour un haut fonctionnaire israélien.

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, visitant la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, en Ukraine, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Bien qu’il n’y ait plus de soldats russes dans les banlieues de Kiev, les signes de la guerre sont omniprésents. Le convoi de Cohen est passé devant des barricades métalliques et des postes de contrôle sur les routes principales de la ville, dont la plupart ne sont plus occupés. Il a été conduit à travers des lits de rivière alors qu’il se rendait à ses réunions, tandis que des équipes travaillaient à proximité pour réparer les ponts que les forces ukrainiennes ont fait exploser pour ralentir une éventuelle avancée russe.

Il était tout aussi impossible de faire abstraction du conflit en cours à l’intérieur des bâtiments gouvernementaux. Les fenêtres du grand bâtiment du ministère des Affaires étrangères, datant de l’époque soviétique, étaient recouvertes de sacs de sable. Alors que Cohen et Kuleba marchaient dans les couloirs avant leur réunion d’une heure, des sirènes de raid aérien ont retenti, soulignant la nécessité pour l’Ukraine de protéger son ciel.

Kuleba a semblé encouragé par ce qu’il a entendu de Cohen. Il est sorti de la réunion détendu, discutant amicalement avec le grand rabbin ukrainien, Moshe Azman, avant de dire aux journalistes qu’il était « satisfait » de l’offre israélienne de garanties de prêt et d’aide à la création d’un système d’alerte des frappes aériennes.

À ce stade, les responsables ukrainiens donnaient encore l’impression que la rencontre avec Zelensky n’était pas garantie. Mais deux heures plus tard, Cohen et une équipe restreinte se sont retrouvés dans les couloirs sombres des bureaux présidentiels, guidés par des gardes munis de lampes de poche.

Les deux hommes ont trouvé un terrain d’entente, notamment sur la menace iranienne, que Zelensky a qualifié « d’ennemi commun ». Il a également écrit sur ses comptes de réseaux sociaux qu’Israël est le partenaire le plus important de l’Ukraine au Moyen-Orient.

Dans la soirée, après avoir visité la synagogue Brodsky d’Azman et rencontré des dirigeants juifs, Cohen s’est précipité vers la gare de Kiev pour un nouveau voyage de nuit.

Alors que le train avançait dans l’air hivernal vers l’est, en direction de la frontière polonaise, Cohen avait des raisons d’espérer qu’il avait mis les relations israélo-ukrainiennes sur une nouvelle voie, une voie qui pourrait sauver les relations de Netanyahu avec l’Occident.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.